Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Musique liturgique pour la liturgie

"Logique "me direz-vous! Oui mais pas pour tout le monde. Un évêque le rappelle :

Mar "L'évêque de Ratisbonne (sud de l'Allemagne) veut le retour à la musique liturgique pendant les mariages et l'abandon de la pop, des bandes originales de comédies romantiques ou des compositeurs classiques.

"Une chanson, fût-elle aussi émouvante que celles d'Elton John ou d'Andrea Bocelli, n'est absolument pas adaptée aux besoins de la liturgie", a plaidé l'évêque, Gerhard Ludwig Müller, dans une contribution à la revue spécialisée "Service religieux" (Gottesdienst) citée par le quotidien Süddeutsche Zeitung lundi.

"L'organisation d'un mariage ne peut s'affranchir des règles générales de la liturgie et de la musique d'Eglise", affirme le diocèse dans un texte mis en ligne sur son site internet. En cas de doute, les prêtres peuvent se référer au carnet de chants habituels de l'Eglise ou à l'Instruction publiée par le Vatican en 1967 "Musicam sacram", rappelle le document.

Même les morceaux classiques comme "La marche nuptiale "de Felix Mendelssohn ou "La marche des fiancés" de Richard Wagner ne trouvent pas grâce aux yeux du prélat, qui rejette en bloc "tout ce qui serait classé par n'importe quel auditeur sous le nom de musique de divertissement". "La fête civile de mariage est le bon lieu pour cette musique, mais en tout cas pas la cérémonie religieuse", conclut le texte".

C'est sûr que monseigneur ne va pas se faire d'amis. Mais ce n'est pas grave, c'est souvent le prix de la vérité!

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

8 commentaires

  1. Faites appel aux choeurs d’enfants, maîtrises et manécanteries… C’est un beau cadeau à offrir à des futurs mariés et c’est une bonne oeuvre!
    cf site internet des Pueri Cantori (enfants chanteurs) pour les coordonnées des choeurs.
    Enfants chanteurs, au service de la liturgie.

  2. Pueri Cantores… Pardon…

  3. c’est bien de mettre des bornes à la vulgarité ambiante. Cette nouvelle me remonte le moral.
    Si on pouvait en même temps supprimer les diaporamas avec la jeune mariée en couche culotte à l’âge de 3 ans pendant la soirée cela assainirait magnifiquement les noces que nous sommes parfois obligés de subir.

  4. C’est incroyable ce que certains prêtre peuvent accepter comme inepties dans leur Eglise sous prétexte de ne pas faire fuir certains jeunes voulant se marier à l’Eglise!
    Tout cela se veut romantico/larmoyant, c’est d’un pathétique…
    J’imagine bien que ce n’est pas aisé de dire “non” à certaines demandes souvent ingénues. Mais quoi, une église, ce n’est pas Las Vegas!
    Et pour peu que le prêtre sache expliquer les raisons de son refus, cela peut amener, non juste un mariage de plus sur les registres mais deux conversions, qui sait?
    Une fois où j’ai dû assister à un de ces mariages, j’ai ensuite essayé d’en discuter avec les jeunes mariés. Réponse: mais si le prêtre accepte çà, qu’est ce que tu as à nous reprocher? Sous-entendu: tu n’es pas prêtre toi, ne sois pas plus royaliste que le roi!
    Alors, oui, en tant que fidèle, on peut donner son avis, mais tant que des prêtres acceptent certains comportements inappropriés, certaines entorses (quand ce ne sont pas des fractures multiples…) à la liturgie, nous ne pouvons pas grand-chose.

  5. L’abomination de la désolation dans les lieux saints;Le “décolleté” de la mariée témoigne souvent de la nudité spirituelle du couple.Quelle grâce peut bien passer par ces mascarades ?.Et l’on peut présager hélas de la fragilité de ces unions bâties sur le sable de la vanité mondaine.
    Ne parlons pas du cirque de funérailles indignes de vulgarité.Parce Domine.La coupe déborde…

  6. … la coupe déborde, tout comme le décolleté de la mariée (Vanity fair, en filant la métaphore senexienne).

  7. Il y a la tenue aussi à réformer : décolleté plongeant dos ou devant, jupe fendue, buste très dénudé (juste des bonnets) etc… robe de toutes les couleurs… et la musique : n’importe quoi, du “happy days” au “..que je t’aime…” c’est la foire depuis longtemps !
    Ce qui est déplorable c’est de constater que les prêtres ne savent pas parler du sacrement de mariage et les homélies sont souvent une rétrospective de jeunesse de l’un des époux ou de l’historique de leur rencontre !Ils arrivent même à parler de tout sauf du sacrement de mariage ni de Dieu qui unit les époux !
    Après cela il faudrait aussi revoir la cérémonie des enterrements, c’est pas triste non plus.

  8. « […] une retraite d’impies, de voluptueux, de sacrilèges, par les discours qu’on y tient, par les postures qu’on y prend, par les vanités qu’on y affecte, par les regards qu’on y jette et les désirs dont on s’y souille, les rendez-vous qu’on y donne, par les sacrements qu’on y profane. »
    Qui parle ainsi des églises ? Le père Pierre-Hubert Humbert (1686-1778)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!