Mois de mars, mois de saint Joseph, protecteur de l'Eglise universelle

Dans l'exhortation apostolique Redemptoris Custos (1989) consacrée à Saint Joseph, le pape Jean-Paul II écrit :

J"En des temps difficiles pour
l'Église, Pie IX, voulant la
confier à la protection spéciale du saint patriarche Joseph, le déclara «
Patron
de l'Église catholique
». Le Pape savait que son geste n'était pas
hors de
propos car, en raison de la très haute dignité accordée par Dieu à ce
fidèle
serviteur, « l'Église, après la Vierge Sainte son épouse, a toujours
tenu en
grand honneur le bienheureux Joseph, elle l'a comblé de louanges et a
recouru de
préférence à lui dans les difficultés ». Quels sont les motifs
d'une telle confiance? Léon XIII
les énumère ainsi: « Les raisons et les motifs speciaux
pour lesquels saint Joseph est nommément le patron de l'Église et qui
font que
1'Eglise espère beaucoup, en retour, de sa protection et de son
patronage sont
que Joseph fut l'époux de Marie et qu'il fut réputé le père de
Jésus-Christ.
[…] Joseph était le gardien, l'administrateur et le défenseur légitime
et
naturel de la maison divine dont il était le chef. […] Il est donc
naturel et
très digne du bienheureux Joseph que, de même qu'il subvenait autrefois à
tous
les besoins de la famille de Nazareth et l'entourait saintement de sa
protection, il couvre maintenant de son céleste patronage et défende
1'Eglise de Jésus Christ
».

Ce patronage doit être invoqué, et
il est toujours
nécessaire à l'Église, non seulement pour la défendre contre les dangers
sans
cesse renaissants mais aussi et surtout pour la soutenir dans ses
efforts
redoublés d'évangélisation
du monde et de nouvelle évangélisation des
pays et
des nations […].

Déjà, il y a cent ans, le
pape Léon XIII exhortait le monde catholique à prier pour obtenir la
protection de saint
Joseph, patron de toute 1'Eglise. L'encyclique Quamquam pluries se
référait à l'
« amour paternel » dont saint Joseph « entourait l'enfant Jésus », et à
ce «
très sage gardien de la divine Famille », elle recommandait « l'héritage
que
Jésus a acquis de son sang ». Depuis lors, l'Église, comme je l'ai
rappelé au
début, implore la protection de Joseph « par l'affection qui 1'a uni à
la Vierge
immaculée, Mère de Dieu » et elle lui confie tous ses soućis, en raison
notamment des menaces qui pèsent sur la famille humaine. Aujourd'hui
encore,
nous avons de nombreux motifs pour prier de la même manière:
«
Préserve-nous, ő
Père très aimant, de toute souillure d'erreur et de corruption…;
sois-nous
propice et assiste-nous du haut du ciel, dans le combat que nous livrons
à la puissance des ténèbres…; et de même que tu as arraché autrefois
l'Enfant Jésus
au péril de la mort, défends aujourd'hui la sainte Église de Dieu des
embûches
de l'ennemi et de toute adversité
». […]"

Prions Saint Joseph en ces jours de Congrégations générales et pendant le Conclave :

Ô bienheureux Joseph, nous recourons à vous dans notre tribulation
et, après avoir imploré le secours de votre très sainte Epouse,
nous sollicitons aussi, avec confiance, votre patronage.
Au nom de l'affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu,
au nom de l'amour paternel dont vous avez entouré l'Enfant Jésus,
nous vous supplions de jeter un regard favorable
sur l'héritage que Jésus-Christ a conquis au prix de son sang,
et de nous assister de votre puissance et de votre secours,
dans tous nos besoins.
Protégez, ô très sage gardien de la Sainte Famille,
le peuple élu de Jésus-Christ.
Préservez-nous, ô Père très aimant,
de toute contagion de la corruption et de l'erreur.
Soyez-nous favorable, ô notre très puissant libérateur.
Du haut du ciel, assistez-nous dans le combat
que nous livrons à la puissance des ténèbres.
Et de même que vous avez arraché autrefois l'Enfant Jésus du péril de la mort,
délivrez aujourd'hui la sainte Eglise de Dieu
des embûches de l'ennemi et de toute adversité.
Couvrez chacun de nous de votre perpétuelle protection
afin que, à votre exemple et soutenus par votre secours,
nous puissions vivre saintement, mourir chrétiennement
et obtenir ainsi la béatitude éternelle. Amen (source)