Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Missionnaire, l’Eglise doit favoriser le déploiement de nouvelles écoles catholiques

Le pape François nous invite à « aller aux périphéries ». Dans La Nef, Anne Coffinier fait des propositions sur le plan scolaire :

"[…] Cela signifie qu’elle ne peut pas se contenter de gérer les écoles de l’Enseignement catholique actuel, ne serait-ce que parce que nombre de baptisés sont scolarisés ailleurs. Missionnaire par essence, elle doit favoriser le déploiement de nouvelles écoles catholiques afin que toujours plus d’enfants aient accès à la vérité qui rend libre, même si elle est soumise à des contraintes budgétaires et qu’elle a de lourds défis à relever au sein même de l’Enseignement catholique. Charité oblige, elle doit aussi se préoccuper de la qualité de l’enseignement dispensé à tous, notamment aux élèves des écoles publiques : contenu des programmes, manuels et diplômes, formation des professeurs…

Images-4Aller aux périphéries implique que l’Église instruise des publics qu’elle ne scolarisait pas jusque-là. Elle peut soit fonder elle-même soit soutenir activement ceux qui fondent de nouvelles écoles. Le Droit canon est clair : « Can. 800 – § 1. L'Église a le droit de fonder et de diriger des écoles de toute discipline, genre et degré. » Et : « Can. 802 – § 1. S'il n'y a pas d'école où est donnée une éducation imprégnée d'esprit chrétien, il appartient à l’Évêque diocésain de veiller à ce qu'il en soit fondée. » Quoi de plus urgent par exemple que de créer des écoles dans les quartiers où Notre Seigneur est particulièrement méconnu ? Quoi de plus attendu par les familles – en particulier à Paris – que le développement d’écoles qui soient à la fois vraiment catholiques, exigeantes intellectuellement mais accessibles aux élèves moins scolaires ?

Ce faisant, l’Église répondrait à la demande des 60 % de parents qui, selon les sondages, voudraient pouvoir scolariser leurs enfants dans l’école privée mais qui ne sont que 20 % dans les années fastes (et 17 % seulement en 2015) à pouvoir le faire. En effet, depuis 1985, est respectée par la gauche comme la droite une sorte de coutume politique sans fondement légal qui revient à fixer à 20 % le quota maximum des enfants ayant droit à accéder au sous-contrat. Ne serait-il pas opportun que l’Église s’élevât avec force contre cette pénurie de places délibérément organisée par l’État pour contenir le nombre d’enfants scolarisés hors de l’Éducation nationale, sous le prétexte fallacieux de ne pas « réanimer la guerre scolaire » ? En outre, dénonce-t-elle assez la pénalisation financière des parents d’élèves des écoles catholiques tandis que la gratuité est arbitrairement garantie à ceux qui choisissent l’école publique ? […]

67 nouveaux établissements ont ouvert en septembre, dont 39 % à l’initiative de catholiques. C’est considérable et porte à près de 800 le nombre des groupes scolaires indépendants, ce qui représente 60 000 élèves. De plus en plus d’évêques perçoivent désormais la légitimité et la pertinence de ces écoles missionnaires ne procédant pas de l’initiative des directions diocésaines. Mais il faut aller à présent au-delà. Il est temps que des établissements de l’Enseignement catholique créent des établissements scolaires hors contrat ou, à défaut, des classes hors contrat en leur sein, afin de renouer avec l’esprit de mission et de liberté pédagogique par rapport à la ligne officielle que promeut la rue de Grenelle.

Autre chantier majeur : celui du contenu de ce qui est enseigné. Mater et magistra, l’Église doit même s’intéresser au moins autant à la formation de la raison qu’à la formation de la foi. Sa sollicitude doit aller droit au cœur de l’école, à savoir l’instruction, la formation académique. En effet, à notre époque nihiliste et déconstructiviste, la mission éducatrice de l’Église ne concerne pas uniquement la dimension surnaturelle de l’existence. La nature étant contestée, cette mission commence avec l’annonce de la nature ! En butte à de graves défigurations idéologiques, le français, l’histoire, les sciences de la vie et de la terre et la philosophie sont autant de disciplines au sujet desquelles la société attend que l’Église exerce son magistère en dénonçant haut et fort ce qui n’est pas conforme à la vérité et en encourageant les alternatives de qualité. […]

Hélas, comme la loi Debré dispose que c’est l’État qui décide unilatéralement des programmes, les évêques français ont perdu l’habitude de s’intéresser à ce domaine. N’est-il pas temps de mettre un terme à ce désintérêt ? L’Église pourrait susciter la rédaction de nouveaux manuels scolaires, encourager, voire coordonner le travail de dissidence courageusement mené dans le secret des classes par des milliers d’hommes et femmes de bonne volonté, et réformer résolument la formation des professeurs ainsi que celle des directeurs d’établissement catholique qui sont notoirement défectueuses ? […]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services