Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Mgr Cañizares appelle un chat : “un chat”

C Le cardinal Antonio Cañizares a provoqué l'émoi en Espagne en suggérant que l'avortement était pire que les abus sexuels dans les institutions irlandaises gérées par les ordres catholiques. Commentant ce scandale, Mgr Cañizares ("le petit Ratzinger"), nommé en décembre Préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, a déclaré jeudi:

"Ce qui a pu se passer dans un certain nombre de collèges n'est pas comparable avec les millions de vies détruites par l'avortement".

Ces propos ont provoqué la colère du gouvernement socialiste, qui a approuvé récemment un projet de libéralisation de la loi sur l'avortement, qui sera autorisé librement jusqu'à la 14e semaine de grossesse.

De fait : il n'y a rien de pire que le crime abominable de l'avortement.

Le préfet de la Congrégation pour le clergé avait déclaré mercredi que les "quelques prêtres [qui] se sont retrouvés parfois impliqués dans de graves problèmes et des situations délictueuses", devaient être "jugés comme il se doit et punis". Mgr Claudio Hummes estime toutefois que les abus sexuels ou de violences sur mineurs concernent "un très faible pourcentage du clergé". Le monde s'en scandalise, à juste titre. Mais pourquoi ne se scandalise-t-il pas de l'avortement ? Là est l'hypocrisie dénoncée par Mgr Canizares.

Partager cet article

12 commentaires

  1. …ou son équivalent l’expérimentation sur les embryons …autorisée dernièrement par le Conseil d’Etat dans un silence …de mort.

  2. Les magistrats formés au mépris de la vie humaine et au relativisme sont un châtiment dû à l’absence du Christ-Roi.

  3. Ceci dit, je trouve qu’il y a des comparaisons mal placées qui ne relèvent d’une intelligence fulgurante….
    [Le Cardinal commente les abus en Irlande, abus dont le Vatican a dit l’autre jour qu’ils devaient être sévèrement punis. Le Cardinal dénonce ici l’hypocrisie de notre monde qui se scandalise à moitié, qui se scandalise quand cela peut ternir l’Eglise, mais qui ne se scandalise pas du meurtre des tous petits. MJ]

  4. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec Mgr Canizares.
    Pour moi, dans les deux cas il s’agit de la négation de la nature divine d’autrui, qu’autrui soit un enfant abusé ou qu’autrui soit un enfant tué.
    Par le caractère identique de la négation de la nature divine de ces deux évènements, ces viols et ces meutres sont à mon sens comparables.
    Il serait même possible de dire que le fait que ce soit des prêtres (qui donc théoriquement sont formés et sont censés voir en autrui un autre Christ) qui abusent d’enfants est plus grave que le fait que des gens qui n’ont pas forcément reçu le Christ (et n’ont pas étudiés 7-8ans dans des séminaires) tuent des enfants à naître.
    [Le Cardinal insiste aussi sur la quantité. Peu de cas d’abus face à des millions d’avortements. L’un scandalise, l’autre non. MJ]

  5. Je suis d’accord sur le fond.
    Mais ce qui me choque dans l’affaire irlandaise, c’est (entre autres, car il y a énormément d’aspect soigneusement passé sous silence) que ce soient des chrétiens qui aient commis ou laissé faire.
    Nous devons être irréprochables. C’est ainsi que nous rendrons témoignage du Christ.

  6. A propos de quelques commentaires ci-dessus :
    – il est clair selon le droit naturel comme selon le droit positif que l’homicide volontaire prémédité l’emporte en gravité sur toute autre atteinte aux personnes.
    – il est tout aussi clair que, pour un crime ou un délit donné, la sanction encourue est aggravée si l’auteur est une personne ayant autorité sur sa victime (et de manière réciproque, l’attentat sur une personne est aggravé si celle-ci a autorité).

  7. je trouve attristant de relativisme les les jugements à l’emporte pièce portés sur le très habile et courageux propos de son Excellence le Cardinal Canisarès qui n’a demandé à personne d’être d’accord ou pas.

  8. les deux crimes tuent, un enfant martyrisé est mort psychiquement!
    Mais probablement c’est la comparaison du nombre, à ce jour personne ne peut comptaliser le nombre de meurtres par avortement, et notre société n’est sensible qu’au nombre!
    il faut le dire et le répéter il y a plusieurs millions d’avortements par an dans le monde
    ce que vous faites au plus petit d’entre les miens c’est à moi que vous le faites

  9. Je suis assez mal à l’aise avec cette comparaison.
    Ce n’est pas en pointant les contradictions des autres qu’on se lave des siennes (cf. la paille et la poutre).
    Il est évident qu’en terme de communication cela peut être très contre productif pour la défense de la Vie et qui donne l’impression que l’Eglise relativise ces fautes !
    Si l’on veut vraiment alerter sur l’avortement, il aurait mieux valu dire:
    C’est horrible ce qui s’est passé dans ces institutions. L’Eglise reconnait les torts de ceux qui ont agi ainsi.
    Mais n’oublions pas non plus les autres atrocités actuelles en cours. Celles-ci sont AUSSI à dénoncer.
    Soyons cohérents: n’opposons pas les atrocités, mais dénonçons les en blocs, nous en serons d’ailleurs que plus crédibles.
    [C’est bien ce que fait Rome en dénonçant tous les scandales. MJ]

  10. @Sancenay: je trouve que le relativisme, en l’occurrence, se situe plutôt dans les propos du Cardinal .
    Je veux être clair: sur le fond je suis pour une condamnation sans partage de l’avortement. Et pour répondre à M.Janva,j’approuve à 100% la dénonciation de l’hypocrisie des media. Mais ce n’est pas en étant soi même hypocrite qu’on doit le faire. C’est en tout cas mon avis.
    D’un autre côté, je considère parfaitement déplacé et grave de la part d’un Cardinal de “relativiser” un autre crime sous pretexte qu’il a engendré moins de victimes. A ce titre le génocide des Cambodgiens ou des Arméniens est moins grave que celui des Juifs. Et ce n’est pas une

  11. J’aime mon Eglise et tous ceux qui, comme ce bon évêque, osent penser différemment, mais il faut bien dire que d’autres ont préféré donner leur vie plutôt que d’être violé. Il est des morts pires que la mort physique…

  12. à JP
    est-ce qu’en droit quelques tripatouillagges sexuels, aussi regrettables soient-ils ont la même gravité et sont justiciables des mêmes sanctions que le crime , et à fortiori le crime de masse organisé ?
    Pourquoi ce droit naturel qu’évoque fort bien L. Chéron devrait-il changer de nature lorsque des prêtres sont en cause ?
    Parce que la dictature du monde le veut? Alors,plus que jamais , non !
    Quant à parler d’hypocrisie alors que le Cardinal ne fait que remettre les choses à leur juste place cela dépasse le stade du relativisme : force est de constater que ce la relève de l’irrespect caractérisé et du jugement sans mandat.
    Et si vous êtes catholique je ne saurais que trop vous conseiller amicalement de demander pardon pour cette faute contre un éminent vicaire du Christ qui ne fait que son devoir avec courage et charité.
    bien à vous,

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services