Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Mgr Bagnard et le Téléthon

Extrait d’un communiqué publié hier par l’évêque de Belley-Ars :

Bagnard "On ne peut pas, en effet, passer sous silence le grave problème éthique que soulève à la conscience humaine – et donc aussi à la conscience chrétienne – l’utilisation d’embryons humains pour la recherche médicale. […] Comment ne pas s’interroger sur la portée et la gravité des questions humaines que met en jeu ce type de recherche. […] Au centre des réflexions […] se trouve la fameuse question sur le statut de l’embryon humain. Comment identifier les premières cellules embryonnaires ? […]

La Congrégation pour la doctrine de la foi a donné une réponse sans ambiguïté dans son Instruction Donum vitæ du 22 février 1987. […] Ce qui est remarquable dans cette réponse, c’est qu’elle ne provient pas de la foi ! Ses affirmations ne prennent en comp­te que la réalité qu’observent les scientifiques. […] Nous ne sommes pas dans le domaine de la religion, mais dans le domaine des sciences de l’homme. C’est sur cette base uniquement anthropologique qu’est affirmé le caractère humain des cellules embryonnaires. […] Dans cette perspective, peut-on "utiliser" comme un moyen un embryon humain, à la manière d’un matériau, fût-ce pour la recherche la plus généreuse qui soit ? […] Même le désir de venir en aide à ceux qui sont atteints de telle maladie n’autorise pas à faire n’importe quoi sur un embryon hu­main.

Que peuvent faire alors les donateurs ? Il faut qu’ils puissent être assurés que leur don ira à des recherches qui respectent l’embryon. Ils ont le droit de savoir à quoi servi­ra leur don. Ils peuvent aussi donner à d’autres Associations dont les objectifs sont sans ambiguïté. […] Face aux questions posées, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à Paris, écrit au sujet des Responsables du Téléthon :

"Il leur faut assumer l’indispensable débat que suscitent les enjeux éthiques et l’impact moral des recherches qu’ils permettent… Le Téléthon a favorisé, dans ses vingt années de combats, la reconnaissance sociale de la personne handicapée ou malade dans sa dignité et ses droits. Il lui faut surmonter un nouveau défi : être à la hauteur d’une exigence morale, d’une promesse dont il est directement comptable bien qu’elle nous concerne tous."

Michel Janva

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services