Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Message de Noël de Mgr Marc Aillet

Extrait :

Mgr aillet " (…) Combien d’hommes et de femmes, d’enfants et de jeunes seront plongés dans la nuit, en ce Noël 2010 ? Des embryons « surnuméraires », sans « projet parental », seront soumis à l’arbitraire du pouvoir exorbitant des politiques et des scientifiques, coalisés contre le droit inviolable à la vie. Des enfants ne verront pas le jour, parce que, face à des difficultés sociales inextricables et sous la pression d’une société à dominante masculine, des mamans se verront forcées de mettre fin à leur grossesse, condamnées ainsi à des traumatismes humainement incurables. La précarisation, conséquence de la crise économique mais aussi des nombreuses épreuves qui divisent couples et familles, continuera de toucher un nombre croissant de nos concitoyens (…) Au nom de la religion, des chrétiens du Moyen Orient, lâchement abandonnés par l’Occident, seront persécutés, comme ceux qui ont été assassinés en Irak ces dernières semaines, au mépris du droit le plus fondamental à la liberté religieuse (…)

Mais aussi, en cette nuit de Noël : des scientifiques poursuivront leurs travaux de recherche pour améliorer les conditions de vie des plus faibles ; des professionnels de santé, des travailleurs sociaux et de nombreux bénévoles se porteront sur tous les fronts de la souffrance et de la pauvreté pour secourir leurs semblables, et parmi eux beaucoup de chrétiens, engagés dans des associations caritatives ou humanitaires. J’encourage particulièrement les fidèles de notre Eglise à ne pas se laisser détourner des exigences de la solidarité et du partage avec les plus pauvres par le consumérisme ambiant, en particulier en ces jours de fêtes marqués par une surenchère commerciale (…) "

Partager cet article

5 commentaires

  1. Oh oui, l’humanitaire et le caritatif, que c’est beau. Les laïcs engagés qui viennent à l’ambon prononcer les lectures du jour, avec une écharpe de belle facture, et une désinvolture étudiée ( parce que Dieu n’est pas seulement notre Seigneur, il est aussi notre pote) n’ont QUE cela à la bouche.
    C’est hyper glamour.
    Que les catholiques aident leur prochain sans en faire tout un pataquès, et qu’ils nous parlent un peu plus de Dieu en évitant tous ces poncifs.

  2. Pensons aussi à ceux qui s’engagent, parfois au péril de leur âme, dans des mouvements politiques, dans l’entreprise, dans les syndicats ou dans l’administration publique pour faire avancer très modestement le schmilblick.
    C’est dur, on se trompe souvent mais qui ne risque rien n’a rien.

  3. On a un peu trop souvent tendance à mettre la charrue avant les boeufs.
    Les oeuvres, c’est bien, surtout après la conversion.
    Ce ne sont pas les oeuvres qui nous valent l’amour de Dieu,
    mais la conversion qui nous pousse à oeuvrer.
    On l’oublie un peu trop souvent. C’est très bien de dire « oeuvrez », mais RIEN de radical n’est fait pour favoriser la conversion.
    Au lieu de présenter un visage de Dieu, débarassé du décorum hérité de 68, on se paye d’injonctions politiquement correctes, qui nous font entrer dans un jeu de miroir qui ne mène à rien.
    Je ne me reconnais pas dans une religion catholique qui serait représentée par de jeunes retraités hédonistes, qui feraient un peu de caritatif pour se montrer qu’ils sont des gens bien, forts de leur expérience (de 68). Je n’y crois pas. Ils ne me donnent pas envie de leur ressembler.
    Mais il en va hélas de même pour les fringants jeunes responsables de telle ou telle association caritative catholique. S’ils n’ont pas l’amour éperdu des saints, ils n’ont pas le pouvoir d’attraction des saints.
    Ce qui fait vibrer des jeunes d’aujourd’hui, ce n’est pas l’humanitaire, et ce n’est pas le caritatif. Pour cela, il y a les associations caritatives et les association humanitaires. Ce qui ferait vibrer des jeunes c’est : LE VISAGE DE DIEU QUI LES AIME, EUX. Avec leur qualités et leurs faiblesses. N’en faites pas des saints immédiatement. Beaucoup de ceux qui aident les autres devraient être aidés eux-mêmes.
    On peut être assistante sociale et alcoolique.
    On peut être Médecin Sans Frontière et être un personnage odieusement nombriliste.
    Bien sûr, je sais bien que c’est une expérience extrêmement enrichissante d’aider les autres.
    MAIS C’EST UNE AUTRE HISTOIRE.
    Et cela ne mène pas forcément à la Foi.
    Et cela ne tire pas les aidants de leur désarroi profond.
    Non, hélas.

  4. “Au nom de la religion, des chrétiens du Moyen Orient, lâchement abandonnés par l’Occident, seront persécutés,” La Chrétienté d’Occident combien de divisions ? Les catholiques fidèles d’Europe sont aussi persécutés mais de manière soft depuis au moins deux siècles.

  5. Il est toujours difficile d’extraire des passages: je retiens le courage de Mgr Aillet à propos des chrétiens persécutés pour leur foi et son courage, jamais démenti, pour défendre aussi toute vie humaine
    Merci monseigneur

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services