Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

Menace sur Summorum Pontificum ?

Menace sur Summorum Pontificum ?

Paix Liturgique relaie une inquiétude qui croît actuellement à propos du Motu Proprio Summorum Pontificum, redonnant au missel de 1962 un droit plénier au sein de l’Eglise :

Depuis quelques temps, les signaux d’alerte à propos de Summorum Pontificum se multiplient : la majorité des évêques italiens et les poids lourds de la Curie, notamment à la Secrétairerie d’État, ont convaincu le pape que la traditionalisation liturgique du jeune clergé était « préoccupante » et que le « droit à la messe traditionnelle », institué par le motu proprio de Benoît XVI, était une atteinte à Vatican II.

Le lundi de Pentecôte, ouvrant à Rome la réunion de la Conférence des Évêques Italiens, la CEI, le pape a d’abord lavé la tête des évêques italiens, qui traînent des pieds pour mettre l’Église italienne en état généralisé de synode car ils considèrent que c’est une idée coûteuse et totalement inutile. Manie de vieillard, disent même certains.

Puis, une fois les journalistes sortis de la salle des débats, le pape a abordé un thème qui unit beaucoup d’évêques de la Péninsule : l’exécration de Summorum Pontificum. François a confirmé la parution prochaine d’un document qu’on l’a pressé de rédiger, destiné à « réinterpréter » le motu proprio de Benoît XVI. La parution a en effet tardé, car le document semble avoir provoqué des objections et freinages, spécialement de la part du cardinal Ladaria et de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui ont fait valoir qu’il allait provoquer dans le monde entier des troubles des oppositions incontrôlables. Malgré tout, la Secrétairerie d’État pousserait à la parution du texte, dont les dispositions essentielles seraient les suivantes :

– les communautés célébrant selon la forme antique pourraient continuer à le faire ;

– en revanche, les prêtres diocésains devraient désormais obtenir une permission spécifique.

Il est évident que ce document, inapplicable dans de nombreux pays dont la France, aura surtout une portée symbolique : faire que la célébration de la messe traditionnelle ne soit plus un droit, mais une exception tolérée.

Le groupe de pression anti-messe traditionnelle, à l’Université Saint-Anselme, à la Curie et à la CEI, entraîne ainsi le pape vers une erreur politique majeure : le mécontentement latent de toute une partie des catholiques devant les approximations doctrinales, les faiblesses devant les dérives allemandes, la multiplication des déclarations pour le moins déconcertantes, risque de se transformer en un véritable « ras-le-bol ». Au lieu de s’efforcer de sentir ce que pense et ce à quoi aspire toute une partie très vivante du peuple chrétien, on la pousserait au désespoir et à l’exaspération.

La paix de l’Église, spécialement la paix liturgique, à laquelle Benoît XVI avait beaucoup contribué avec son texte sage libérateur, est délibérément déchirée : un retour aux pires années de l’après-Concile s’annonce.

Partager cet article

39 commentaires

  1. Voilà qui entraînera une (nombreuse) fois de plus Benoît XVI à la mortification à cause de son inexplicable renoncement qui nous laisse dans un océan de perplexité et un abime de douleurs…

    • 11 février 2013 : Benoît XVI annonce sa renonciation
      12 février 2013 : les terminaux de cartes bancaires du Vatican, coupés depuis plus d’un mois, sont remis en service

      Coïncidence ?

  2. Mais peut-être comprendront-ils enfin que la FFSPX a raison et qu’accepter Vatican II est une erreur monumentale, on en voit aujourd’hui les fruits: églises vides, les évêques à genoux non devant leur Seigneur et Maître lais devant des guignols comme macron et sa clique de décérébrés, les pseudo-catholiques ne croient plus ni au Ciel ni à l’enfer ni au Purgatoire, cela va de soi. Quant à la Présence Réelle ce sont sans doutes des inventions du monde d’avant!!!!

    • Autour de La Croix de Jésus, quelques femmes, et un apôtre. Plus personne de ceux qui disaient quelques jours avant « allons mourir avec Lui ». C’était le lieu de la victoire totale et offerte à toutes les générations des humains.
      Se méfier des apparences?
      Les papes fin XIXème et début XXème déjà décrivaient les combat « infernal« Que l’Église affrontait, à l’INTÉRIEUR comme de l’extérieur… cf aussi la Salette…Fatima.

  3. Une remise en cause qui n’étonnera que ceux qui veulent bien l’être ! Depuis le tout début, nous savons que le débat Vatican II vs. Tradition n’est que celui de la Sainte Messe Tridentine, le reste est du décor. La rupture est consommée depuis longtemps alors ce que dit François, je préfère n’en rien dire pour rester poli… Nous disposons de milliers d’heures de bonnes lectures depuis les Pères de l’Église, de centaines de Saints et de Saintes à admirer, le moderne, lui, tombera en poussière et bon débarras !

  4. Il n’y a pas de hasard…au moment où le Covid fragilise la sensibilité de tous, même des catholiques privés de messe et de sacrements, après le remplacement de l’eau bénite par le gel hydroalcoolique et les gants de caoutchouc. Tout se tient. Le Plan de destruction de la Sainte Église avance au même rythme que celle de la Chrétienté (je veux dire : de l’Europe blanche)

  5. Ensuite ce sera la messe œcuménique sans consécration. On y vient lentement, mais sûrement

  6. Voilà qui va obliger les catholiques à faire des choix: soit une cène protestante, soit le saint sacrifice de la messe. Dire que la messe moderne et la messe traditionnelle sont les deux formes d’un même rit nous laisse déjà dans un océan de perplexité, tant on a l’impression qu’il ne s’agit pas de la même religion.

  7. Mgr Viganò aurait-il donc raison quand il déclare : “Bergoglio a montré qu’il veut remplacer l’Église catholique par une structure œcuménique et mondialiste qui ne conserve que le nom ou la « marque » de l’Époux du Christ” ?… En tout cas, la parution du document annoncé sera le signal que François veut la guerre liturgique…

    • Depuis le concile Vatican II, nous avons que l’Eglise dite catholique ne l’est plus. Benoît XVI lui-même a été un théologien du concile. Le Bon Dieu ne nous a laissé que Mgr Lefèbvre et ses évêques, Mgr Williamson et ses évêques, et Mgr Huonder…

      • Mgr Lefebvre a signé le concile.

        Il a aussi dit que la forme ordinaire était une messe valide (il a dit tout et son contraire, ce n’est pas un reproche).

        • Vous avez vu ça où? Donnez les documents avant d’écrire n’importe quoi

          • Ca n’est pas tout à fait n’importe quoi… mais vous avez sans doute raison, ça n’est pas exact.

            Je partage votre sentiment, ces commentaires à l’emporte-pièce sont très éprouvants : mieux vaut se taire que de dire des bêtises.

            Ce qui est inquiétant, c’est l’éparpillement de la pensée chrétienne. Pensée sans habitus. Analyses partielles et synthèses inexistantes. En ces temps de Pentecôte, il faut recevoir les dons de Science, de Conseil, d’Intelligence et de Sagesse; (les autres aussi d’ailleurs…) utiles à une bonne formation philosophique, soubassement indispensable au combat de la foi !

            Ce qui est rassurant, c’est que certains ici lisent, comprennent et diffusent les textes de Mgr Vigano. La parole de la FSSPX est rare, et elle a raison : elle est là pour l’avenir; il y a longtemps qu’elle a compris qu’il y a une dégénérescence irréversible de la clique de Rome.

            François marche à son pas, mais avec ténacité : son temps est compté !

          • Il n’a pas voté toutes les constitutions mais signé tous les décrets de promulgation. C’est dans sa biographie par Mgr T de M.

        • Son esprit ultra légitimiste l’a aveuglé dans un premier temps sur ce concile dont il a perçu très rapidement la nocivité. Qui ne se trompe jamais lui jette la première pierre.
          Quand à la validité du rite ordinaire, il y a eu beaucoup d’écrits sur ce sujet délicat. Leurs conclusions s’accordent en majorité sur sa validité mais aussi sur un appauvrissement de son effet propitiatoire.
          De là à dire qu’il a tout dit et son contraire, il faudrait faire preuve d’un peu plus de nuances. S’il y en a un qui a tenu fermement la barre de la barque pendant la tempête, c’est bien Mgr Lefebvre. Et l’Église lui en saura gré tôt ou tard.

          • Et il serait bien que les évêques actuels de la FSSPX, ses continuateurs, interviennent dans le débat public comme le fait Mgr Vigano. On dirait qu’ils sont muselés, et réduits à la distribution des sacrements !
            C’est très curieux comme attitude, en tous cas pas très traditionnel, pour le coup !!!

        • Mgr Lefebvre a bien dit que la nouvelle messe était valide mais il a affirmé que, malgré sa validité, elle représentait un grave danger pour la foi comme le démontre le Bref Examen Critique du Nouvel Ordo Missae dont il a été un des principaux contributeurs.
          Avec le recul de plusieurs années, Mgr Lefebvre a pu voir les désastres de la nouvelle messe notamment sur les prêtres formés après 1965 c’est-à-dire formés ( je dirais “déformés”) avec l’esprit du concile.
          Chez Mgr Lefebvre, il n’y a donc pas contradiction mais une évolution logique enracinée dans la prudence et l’esprit de foi.

  8. Les réformes post-conciliaires ont eu une très large tendance à considérer l’exception comme la règle, que ce soit pour la communion ou pour l’usage du grégorien pourtant encouragé par le texte de Sacrosanctum concilium
    art 116 : “L’Église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine ; c’est donc lui qui, dans les actions liturgiques, toutes choses égales d’ailleurs, doit occuper la première place.”
    Si la célébration en forme extraordinaire devient une exception tolérée dans la même proportion que l’exception de la communion dans la main, c’est plutôt de bonne augure.
    Et ne parlons pas de toutes les dérives et hérésies, qui sous la fausse étiquette de Vatican II ont envahi l’Eglise avec le succès que l’on connait. Un grand nombre de messes se disant Vatican II ne respectent même pas l’ ordo missae de 1970 promulguée par Paul VI.
    Alors, même si, sous prétexte d’adaptation, on voit de nouvelles tentatives de détruire les bons séminaires comme dans les années soixante-dix, et certains évêques allemands être en contradiction, non seulement avec le catéchisme, mais aussi avec les commandements de Dieu, tenons bon dans la fidélité comme en 70 (1970 pas 1870).
    Les destructeurs passeront, mais Ses paroles ne passeront pas.

  9. Outre la citation culte des Tontons flingueurs : “Les c… ça ose tout c’est même à ça qu’on les reconnaît!” Il y a de grandes probabilités que nous soyons en face d’une réalisation du secret de la Vierge à Mélanie de la Salette: “Les prêtres, ministres de mon Fils, les prêtres, par leur mauvaise vie, par leurs irrévérences et leur impiété à célébrer les saints mystères, par l’amour de l’argent, l’amour de l’honneur et des plaisirs, les prêtres sont devenus des cloaques d’impureté. Oui, les prêtres demandent vengeance, et la vengeance est suspendue sur leurs têtes. Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu, lesquelles, par leurs infidélités et leur mauvaise vie, crucifient de nouveau mon Fils !” Léon XIII en était si conscient qu’il écrivit dans l’exorcisme qu’il promulgua en 1903 : « Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre et la chaire de la Vérité pour éclairer les païens, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé. » Par naissance j’arrive d’un milieu en partie “bouffeur de curé”. Mais ce qui me frappe c’est la hargne avec laquelle les “collabos” exècrent la forme extraordinaire du rite romain alors qu’on s’extasie devant les décrépitudes du protestantisme et de ses produits dérivés, devant les exentricités “liturgiques”. Cela ne peut être la signature du Bon Dieu mais celle de la Bête 666… A bon entendeur salut! Malheur à tous ces prélats, à commencer par le Pape. Prions la Miséricorde divine pour eux…

  10. Le pape François n’est pas éternel. Le conclave pourrait encore réserver une surprise, avec un nouveau pape au moins bienveillant vis-à-vis de la Tradition, voire plus si affinité.
    Le conclave est une horloge comtoise : un coup de balancier à gauche, un coup de balancier à droite. C’est ainsi qu’on mesure le temps de l’Eglise. Et c’est Jésus lui-même qui règle le mécanisme, pour notre édification personnelle (balancier à gauche) et collective (balancier à droite).

    • A condition que la prochaine élection ne soit pas déjà organisée par les mêmes loges que la dernière, et qu’on laisse une petite place au Saint-Esprit. J’avoue que la situation actuelle ressemble tellement à toutes les prophéties réunies, que même en n’étant pas mystico-dingo, je m’attends fortement à ce que Benoît XVI soit le dernier pape, et que François-sans-numéro et lui ne soient pas remplacés. Ou alors par un imam, en espérant que ce ne soit pas carrément par l’Antéchrist lui-même…

  11. Voilà qui va alimenter la rumeur : Vendredi dernier, à la veille de la Pentecôte, l’archevêque de Dijon, Mgr Minnerath pour ne pas le nommer, a signifié son éviction pure et simple à la FSSP après 23 ans de présence à Dijon, sans aucune raison ni concertation, laissant ainsi une communauté orpheline. Un prêtre diocésain (celui d’une des plus grosse église de Dijon) dira la messe St Pie V (à l’heure qui lui conviendra, doit-on lire entre les lignes, donc probablement 8h30 ou 9h00 ou 18h). Pour le reste nous n’aurons qu’à nous adresser aux prêtres voisins…
    De là à ce que ce monsignore fasse jurisprudence, il n’y a qu’un pas. Et comme il prend sa retraite, a priori en novembre, atteint par la limite d’âge … après lui le déluge !
    Les bruits concernant le document cité dans cet article se font plus audibles, mais attention au retour de bâton !
    En pleine période de denier du culte, ce n’est pas raisonnable, mais comme disait Michel Audiard : Les C… ça ose tout !

    • Il est temps de se réveiller, les amis !!! Ca vous ‘pend au bout du nez’ depuis des années. Seuls les aveugles ne voulaient pas croire que ça arriverait !!! Ah oui, François détricote, lentement, mais surement…

      Il n’est pas bon de croire à une chimère, à un hybride mal conçu. Il serait temps que Salon Belge diffuse Mgr Vigano et ses vigoureux enseignements, non ?

      • Oui, vous avez tout à fait raison !
        Il serait temps aussi que le Salon beige fasse toute sa place à la FSSPX au lieu de se cantonner avec une évidente partialité aux instituts Ecclesia Dei.

        • C’est une blague ?

        • Vous êtes un peu dur, les infos SPX sont régulièrement partagées ici. En revanche, on aimerait ne plus être bassiné sur les déclarations de François quand par hasard ou démagogie il dit quelque chose d’à peu près orthodoxe du genre : l’avortement c’est très vilain (la semaine même où il a invité avec tous les honneurs une avorteuse de haut vol), exemple parmi d’autres… Sa technique, comme chez un autre plus jeune, c’est l’ “en même temps”.

  12. Quoiqu’il en soit, rien ni personne ne nous empêchera d’assister à la Sainte Messe de toujours, n’en déplaise à ces huiles vaticanes.

    • Non, mais si les persécutions connues sous Paul VI et Jean-Paul II recommencent, les mêmes causes produisant les mêmes effets, les instituts ex-Ecclesia Dei risquent d’être obligés de rejoindre la FSSPX ou de fonder l’équivalent…rien ne se perd, rien ne se crée…

      • Combien de ces instituts ecclesia Dei sont des transfuges de la FFSPX ? Et s’ils la rejoignaient ça ne pourrait être que bénéfique pour la véritable Eglise.

  13. François? Futur ministre de la religion du gouvernement mondial ? Initiateur projet Chrislam ?….. Certes le diviseur est partout mais je pense que ça va bouger dans le bon sens, écouter ce qui se passe aux US, écoutez Dr Fuellmich, le Deep State panique, même la terre bouge de partout. Comme dit le Dr Louis Fouché ‘grâce à eux nous avons été touchés par la grâce’ en redécouvrant l’humanité. Gardons l’Espérance, on sait bien qu’il n’y a pas de vie sans croix.
    Va peut-être falloir retourner dans les garages comme dans les années 70. Remarquez que ça nous a formé (cependant sachons restez charitables et joyeux), tout est grâce !

  14. Il faut prendre garde à ne pas comprendre cela comme un conflit entre messe tridentine et messe “Vatican 2”. Comme le relève Pitoune (plus haut), les excès auxquels on a assisté (style “paroisse” St Mery) n’ont rien de conciliaire et tout du crypto- communisme ou libéralisme. Rappelons que l’ouverture des archives du KGB a révélé l’entrisme des agents soviétiques – et affiliés – jusque dans les séminaires et les plus hautes responsabilités, dès les années 50-60. Et justement les témoignages d’abus sexuels semblent concerner principalement cette période…
    Le conflit est donc entre ceux qui veulent détruire d’Eglise en “l’adaptant” au monde (ce qu’on appelle “esprit V 2”), style Conférence épiscopale allemande, et ceux qui restent attachés au magistère reçu, qu’ils soient tridentins ou respectueusement Vatican 2 (par exemple communauté St Martin, mais pas que).
    En fin de compte, cette tentative porte son propre échec: regardez quels séminaires sont pleins. Une telle mesure risque de précipiter la mise en lumière du choix de l’Esprit Saint.

  15. Le problème des Communautés Ecclesia Dei, c’est qu’elles ont cherché une entente avec Rome en 1988 alors que depuis Vatican II, les autorités du Vatican détruisent la doctrine à tous les niveaux (philosophiques, théologiques, liturgiques,…).
    Quoi de nouveau sous le soleil? Pourquoi s’étonner de ce qui est dans la continuité de ce qui a été entrepris depuis plus de 50 ans?
    Cela va obliger les catholiques à sortir de leur zone de confort et à reconnaître que Mgr Lefebvre avait raison: Il n’est pas possible de faire de compromis avec la Rome moderniste.

  16. Dans la situation actuelle de l’Eglise, alors que la pratique religieuse diminue chaque jour un peu plus, que le nombre de prêtres va bientôt nous ramener au temps des premiers chrétiens, faut il qu’il y ait en plus des inconscients pour pousser à la division et aggraver encore un peu plus la situation ? Le Saint Esprit s’est il mis aux abonnés absents ? Nous, catholiques ordinaires, ne pouvons hélas que bien peu de choses sinon prier pour qu’un peu de bon sens revienne dans les cerveaux de ceux qui s’ingénient à diviser encore un peu plus le troupeau.

  17. Que ton oui soit oui, que ton non soit non. C’est dans ces moments qu’on s’aperçoit que le choix de Mgr Lefebvre d’en 1988 a été le bon en dépit de toutes les difficultés qu’il a pu rencontrer. Et que les catholiques qui ont pensé que le grand écart était possible entre obéissance à la Tradition et obéissance au Pape s’aperçoivent qu’ils risquent la déchirure musculaire pour reprendre le mot célèbre de Georges Marchais.
    La FSSPX sera leur dernier refuge malgré toutes les répugnances injustifiées qu’il ont pu ressentir.

Publier une réponse