Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Menace sur le repos dominical au nom de la pandémie

Menace sur le repos dominical au nom de la pandémie

Anne Rodier écrit dans Le Monde :

Le repos hebdomadaire est donné le dimanche, « dans l’intérêt des salariés », indique le code du travail. Mais le Covid­19 a fait sauter ce verrou au nom de la santé, pour faciliter le suivi de la circulation du virus et le traçage des salariés malades et des « cas contacts », dit « contact tracing ». Durant le confinement, l’ordonnance du 25 mars avait énoncé la possibilité pour certains secteurs d’activité de déroger au repos dominical du salarié et d’attribuer le repos hebdomadaire par roulement, afin d’assurer la sécurité de la nation et la continuité de la vie économique.

Le décret du 15 mai ouvre une nouvelle dimension en l’autorisant au nom du suivi du virus, non pour le personnel de santé, mais pour les entreprises et les prestataires de services qui participent à la mise en place du système d’information sur les données des personnes malades : l’identification, l’orientation et l’accompagnement des personnes infectées ou présentant un risque d’infection et enregistrées sur le téléservice Contact Covid. […]

Ce qui tient du bon sens pour assurer la surveillance permanente destinée à éradiquer la pandémie donne au passage un nouveau coup de griffe au repos dominical. Le nombre de collaborateurs de la CNAM potentiellement concernés s’élève à 6 500, auxquels s’ajoutent ceux des ARS, non communiqués par le ministère. Ces salariés du dimanche viennent rejoindre ceux qui sont concernés par la dérogation permanente du repos dominical – commerces alimentaires, transports, pompiers, fleuristes, etc. –, la liste est longue. Et ceux qui ont été autorisés à travailler le dimanche par accord d’entreprise pour faciliter la reprise progressive de l’activité des entreprises depuis le 11 mai.

Avant le Covid­19, selon la dernière enquête Insee, en 2018, un salarié sur cinq travaillait au moins un dimanche dans le mois. La pandémie vient provisoirement de priver de nouveaux salariés de leur repos dominical. « Les dispositions sont mises en place sur une durée de trois mois, mais pourront être amenées à évoluer au regard du contexte épidémique », prévient la CNAM. L’ordonnance autorise cette pratique dérogatoire jusqu’au 31 décembre 2020.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Le dimanche, comme nos fêtes catholiques, seront bientôt sacrifiés. D’ailleurs, vous avez déjà plus de personnes avec leur caddie le dimanche matin que de personnes avec leur missel allant à la messe.

    Et le plus curieux dans ce monde païen et christianophobe, c’est l’extrême gauche (syndicats et politiciens) qui défends le mieux le repos du dimanche ! Allez voir par exemple le site de Jean-Luc Mélenchon (par exemple, je cite : « Le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche. », « Le repos dominical est en outre un pilier dans la vie française. » « C’est d’un choix de société dont il s’agit ! »).

    Il est assez étonnant de ne jamais entendre nos prêtres et évêques rappeler et défendre ce que sont les dimanches et fêtes d’obligations chrétiennes, tant pour ce monde que pour nos fins dernières. Ils donnent l’impression d’être prêts à les sacrifier au nom de le « solidarité ». Quand on pense que du temps de Moise, le non-respect du jour du sabbat (notre 3ème commandement) était puni de la peine de mort (Voir Exode, chapitre 35, versets 1-3).

    Je suis inquiet de la vie et de la société qui se prépare pour nos jeunes. Et nous allons encore perdre beaucoup de batailles…

  2. Cela fait longtemps que le repos dominical est battu en brèche !
    Paradoxalement ou peut-être pas , c’est le milieux syndical qui le mieux a intégré l’intérêt du repos dominical et le défend !
    Peu de catholiques comprennent l’intérêt social et sociétal de cette journée chômée, pourtant il est énorme pour les familles , les associations , et tout simplement pour l’équilibre de la vie sociale de toute une société civile.
    Malheureusement le repos dominical n’est que trop souvent défendu sous son aspect de commandement religieux , alors que présenter ce commandement comme une occasion de ré-création sociale hebdomadaire et salutaire paraît désuet.
    Quant aux libéraux qui s’assoient pompeusement sur le repos au nom de soit- disant intérêt économiques , ils seraient bien inspirés de saisir leur calculette de voir si la grande distribution dégagera davantage de bénéfices en ouvrant 7/7 pour un chiffre d’affaire identique.
    Il n’y a qu’eux pour s’imaginer qu’il se vendra davantage de nouilles ou de papiers-toilette pour avoir milité pour le travail du dimanche.

  3. Le repos dominical n’a jamais été aussi moderne pour sauver la vie civile de l’individualisme et restaurer le lien social.
    Mais est il un libéral un tant soit peu intéressé par le lien civil et social ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services