Même les crèches en chocolat excitent les laïcistes

Ils sont ridicules même s'ils ne sont qu'une trentaine :

La-creche-en-chocolat-source-de-la-polemique-a-la-mairie-d-angouleme-photo-renaud-joubert"Philippe Vergnaud éclate de rire. Le maire-adjoint en charge du commerce à Angoulême, pâtissier de profession, a un peu de mal à comprendre pourquoi l'installation de sa crèche en chocolat (un boeuf, un âne, une vierge Marie, les rois mages et le petit Jésus), a suscité une telle polémique. "C'était un clin d’œil, assure-t-il. Il n'y avait aucune volonté de heurter".

L'élu-pâtissier qui s'affiche en "catholique non pratiquant" le jure, pas de prosélytisme derrière la démarche. "L'idée que j'ai proposée à mes collègues élus et qui a été acceptée, c'est juste de mettre en avant l'artisanat du chocolat qui est assez fort à Angoulême. J'avais récupéré des moules de figurines de crèche de grande taille que j'ai peu l'occasion d'utiliser et il y avait là une opportunité".

Philippe Vergnaud assure qu'il n'a jamais été question de laisser cette crèche dans le hall de l'hôtel de ville. "Elle est destinée à voyager d'un lieu à l'autre".

La justice aura-t-elle à plancher avant Noël sur l’histoire la crèche en chocolat installée dans le hall de l’Hôtel de ville d’Angoulême ? En tout cas, l’association charentaise de la Libre pensée –une trentaine d’adhérents dans le département- «étudie sérieusement «l’opportunité d’un recours devant le tribunal administratif».

Cette structure qui prône la tolérance et se réfère aux principes scientifiques en s’affranchissant des dogmes, ne prend pas du tout le problème à la légère. La mise en place d’un petit Jésus accompagné d’une Vierge Marie, des rois mages, d’un bœuf et d’un âne au pied du sapin du Bureau d’information municipal est bien en atteinte aux principes de laïcité.

«C’est est la marque d’une ignorance totale de la loi de séparation de l’église et de l’Etat », explique Jean-François Flatreau, le président de la Libre pensée. «Une crèche bien malvenue, poursuit Jean-Michel Nivet, figure connue de la Libre pensée en Charente, pour qui la Ville «aurait dû réfléchir» et «installer plutôt cette crèche dans un bureau privé plus que dans un hall d’accueil, lieu Républicain par excellence».

Vous pouvez envoyer un message de soutien à Philippe Vergnaud sur cette page de contact de la mairie d'Angoulême.

Laisser un commentaire