Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

Marx réhabilité ?

On constate ces temps-ci que son très relatif purgatoire, après la chute du Mur de Berlin, n’aura pas duré bien longtemps :

La BBC a organisé un concours du "plus grand philosophe de tous les temps", élu par un vote des internautes. Le gagnant, loin devant les autres "nominés", dont Saint Thomas d’Aquin, est Marx.

Simultanément, Jacques Attali, toujours doué pour humer l’air du temps, publie un essai réhabilitant Karl Marx. Le livre se classe parmi les cinq meilleures ventes de sa catégorie.

Le noeud de cette réhabilitation est, évidemment, que Marx ne serait pas discrédité par l’échec sanglant de tous les régimes qui se sont réclamés de lui.

Pour l’essayiste Francis Wheen, sur la BBC :

"(Il y a dix ou quinze ans), après la chute du mur de Berlin et tout le reste, il y avait comme une idée communément admise que Marx était mort et enterré sous ses décombres, et qu’il n’y avait plus aucune raison de s’y intéresser (…). Depuis une dizaine d’année, j’ai remarqué (…) qu’on le mentionne encore beaucoup pour quelqu’un qui est censé être enterré sous les décombres, et je crois que beaucoup de gens se rendent compte que c’est sous les icônes staliniennes qu’il a été enterré pendant une grande part du XXe siècle, et que c’est maintenant le bon moment pour revenir à ce que Marx lui-même a dit, pensé et fait plutôt que de se fier à ce qui a été dit en son nom par divers porte-paroles (…)"

Pour Attali,

"(…) mis ) part quelques fondateurs de religions (sic), aucun homme n’a exercé sur le monde une influence comparable à celle que Karl Marx a eue au XXe siècle. (

Pourtant, juste avant l’aube du siècle suivant, (…) la pratique politique construite autour de son nom a été renvoyée aux poubelles de l’Histoire. (…)

A lire son oeuvre de près, on découvre pourtant qu’il a vu, bien avant tout le monde, en quoi le capitalisme constituait une libération des aliénations antérieures. On découvre aussi qu’il ne l’a jamais pensé à l’agonie et qu’il n’a jamais cru le socialisme possible dans un seul pays (…)."

Cette réhabilitation veut en quelque sorte dissocier Marx du marxisme. Soit.

Mais sur la forme, elle se fonde sur une contradiction flagrante : elle tire argument de la renommée de Marx, largement dûe à l’iconographie marxiste-léniniste, pour parler de son "influence incomparable", tout en le dédouanant des crimes commis en son nom. C’est grâce au marxisme-léninisme que Marx est devenu une figure de la "pop culture", comme l’assassin Che Guevara; et c’est parce que son visage et quelques-uns de ses slogans sont familiers qu’il a remporté les suffrage d’internautes qui n’ont pas lu une page de lui.

Sur le fond, elle mêle le vrai et le faux : Marx a bien fait un certain éloge du "capitalisme", mais son postulat politique central est que la dynamique interne d’une société de libertés économiques peut être conservée dans une société planifiée. Et ce postulat est historiquement disqualifié.

Henri Védas

Partager cet article