Martyrs du communisme

En ces temps troublés, l'Eglise nous donne des modèles. Mercredi, le Pape François a reçu
le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour
les causes des saints, au cours de laquelle il a autorisé la
promulgation des décrets reconnaisant le martyre de victimes du communisme :

  • Manuel
    Basulto Jiménez, évêque espagnol, et 5 compagnons, tués en haine
    de la foi en 1936 et 1937
  • Giuseppe
    Massimo Moro Briz et 4 compagnons, prêtres espagnols, tués en haine
    de la foi en 1936
  • Vladimir
    Ghika, prêtre roumain, tué en haine de la foi en 1954
  • Joaquin
    Jovani Marin et 14 compagnons, prêtres ouvriers espagnols, tués en
    haine de la foi de 1936 à 1938
  • Andrea
    da Palazuelo (au siècle: Michele Francesco Gonzalez Ganzalez),
    prêtre espagnol profès de l'Ordre des Frères mineurs capucins, et
    31 compagnons, tués en haine de la foi de 1936 à 1937
  • Giuseppe
    Girotti, prêtre italien profès de l'Ordre des Frères prédicateurs,
    tué en haine de la foi à Dachau, en Allemagne en 1945
  • Stefan
    Sandor, laïc hongrois profès de la Société de Saint François de
    sales, tué en haine de la foi en 1953
  • Rolando
    Rivi, séminariste italien, tué en haine de la foi en 1945