Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Marion Maréchal : N’attendons pas l’homme providentiel. L’homme et la femme providentiels, c’est chacun, chacune d’entre vous

Marion Maréchal : N’attendons pas l’homme providentiel. L’homme et la femme providentiels, c’est chacun, chacune d’entre vous

Marion Maréchal est intervenue en fin d’après-midi à la Convention de la droite. Extraits de son discours :

La première étape du combat se joue ici, c’est de rompre définitivement avec la droite des experts-comptables ! Celle de ceux qui veulent être modernes… Être dans le vent, ou l’ambition des feuilles mortes que sont certains politiques aujourd’hui. Cela fait 30 ans que la droite ne réfléchit plus et n’a plus rien à proposer. L’écologie est conservatrice, c’est un combat identitaire. Nous sommes légitimes pour porter ce combat. Nos gouvernements ont renoncés à porter une politique économique plus traditionnelle : agriculture, industrie, artisanat. Nous devons être du côté du réalisme contre l’idéologie. Nous avons le droit d’opposer notre culture française à des revendications politco-religieuses. Pour s’assimiler, il faut s’assimiler à quelqu’un et à quelque chose. Le camp des réalistes que nous sommes a le devoir de se fixer sur 5 grands défis. Le grand remplacement, le grand déclassement, l’épuisement écologique, le basculement anthropologique, et le grand affrontement des puissances. Face aux droits des minorités, nous devons affirmer le droit à la continuité historique. Cela passe par la mise en place d’une politique nataliste ! Et tant pis si j’ai dit un gros mot. J’admets que je souhaite pour ma fille une société ou l’enfant ne soit pas un produit à consommer. Je souhaite en tant que femme ne pas être un produit. Le progressisme devient un anti humanisme : tout se vend, de l’utérus à l’enfant.

Je ne crois pas du tout que tout soit écrit par avance. La France a connu des chutes. Mais elle a aussi et surtout connu d’incroyables résurrections. Je ne comprends pas du tout que l’on puisse perdre espoir ! Je crois que le grand basculement politique s’opérera par ce type d’initiatives. N’attendons pas l’homme providentiel. L’homme et la femme providentiels, c’est chacun, chacune d’entre vous, là où vous êtes, pour agir dans le sens de vos convictions et des intérêts du pays. N’attendons pas que l’Etat nous sauve, actuellement il est phagocyté par une idéologie et des intérêts contraires à l’intérêt national. Je suis convaincue que le basculement politique s’opérera par ce type d’initiative et par la multiplication des ilots de résistance au sein de la société civile. Comme nous le faisons mon équipe et moi-même, avec l’ISSEP, en contribuant à former une nouvelle génération de dirigeants au service de leur pays. La France c’est nous, elle vit en nous, elle existe par nous et elle existera demain par ce que nous aurons su recevoir et transmettre. La France peut rayonner aujourd’hui dans le grand combat pour la dignité humaine !

Je ne suis pas de celles qui défendent bec et ongle l’UE, dont je pense qu’elle a été mal pensée et qu’elle est en de nombreux points délétère. Mais en politique, c’est le terrain qui commande. Et le terrain, aujourd’hui, est européen. Je suis très optimiste car nous avons la clé du destin européen. Nous n’avons quasiment jamais été mis en minorité. Notre servilité actuelle est volontaire. Renversons ce système.

Nous devons bâtir sur le roc, pas sur des coups médiatiques ! Par les idées, par les loyautés, les réseaux, des élus locaux, des soutiens financiers, culturels, intellectuels, par la confiance des entreprises. Pour y parvenir, il y a urgence à rompre avec la droite des expert comptables, ce champs de ruine idéologique qui n’a comme seul obsession que d’apparaître “moderne”. Ici, nous portons de plus grandes ambitions. Et ce ne sont pas seulement des ambitions de droite. Ce sont des ambitions françaises. Il n’est pas simple de faire preuve de bon sens, face à une actualité devenue un véritable Gorafi géant. Face aux délires du camp progressiste, le camp des réalistes que nous sommes a le devoir de se concentrer sur les grands défis du siècle. Pour moi, le plus grand obstacle est celui du désespoir. Où serions nous si nous avions perdu espoir après la défaite de 1870 ? De 1940 ? Nous sommes condamnés à l’espoir, alors agissons ! Et alors demain, j’en suis convaincue, nous serons au pouvoir.

Partager cet article