Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Avortement / Culture de mort : Euthanasie / France : Politique en France

Marine Le Pen veut interdire la recherche sur l’embryon

Marine Le Pen est interrogée par La Croix :

"Si vous siégiez à l’Assemblée nationale, vous seriez-vous impliquée dans le débat sur la bioéthique ?

M Oui, car il s’agit là d’un sujet absolument fondamental, qui touche à notre vision de l’homme et aux racines de notre civilisation. Mais il n’y a pas que le FN qui soit écarté du débat : les Français aussi. On l’a bien vu avec le « bébé-médicament » : ils ont appris, du jour au lendemain, que l’on pouvait faire un bébé pour en soigner un autre. En dépit de toute la compassion que l’on peut avoir pour ces familles dont l’enfant est atteint d’une maladie génétique rare, on se trouve là dans un basculement. Lorsqu’on choisit un embryon, que l’on évacue les autres dans le but exclusif de fabriquer un enfant pour soigner, on bascule vers la transformation de l’être humain en objet. Avec des notions de rentabilité, d’utilité dans la procréation.

De manière générale, que pensez-vous de la recherche sur l’embryon ?

Qu’il faut l’interdire, purement et simplement. Un certain nombre de chercheurs, opposés à l’utilisation de l’embryon, soulignent d’ailleurs que c’est choisir la facilité, alors qu’il existe d’autres moyens de faire avancer la recherche comme les cellules souches du cordon ombilical. Le rôle des responsables politiques, c’est de poser des limites.

Souhaitez-vous revenir sur la loi Veil ?

Revenir sur ou à la loi Veil, car cette loi qui prévoyait que l’avortement soit l’ultime choix a été dénaturée. Aujourd’hui, lorsqu’une femme se rend au Planning familial, on lui propose l’avortement ou… l’avortement ! Il est impératif de rétablir les conditions d’un véritable choix, ce qui passe par l’information, des aides financières aux familles et l’adoption prénatale. Je pense également qu’il faut cesser de rembourser l’avortement. Il existe suffisamment de moyens de contraception aujourd’hui. D’une manière générale, il faut promouvoir le respect de la vie dans notre société.[…]

Quelle est votre position sur l’euthanasie ?

Qu’il ne faut pas franchir ce pas. La loi Leonetti me paraît suffisante, elle est un point d’équilibre ; si on va au-delà, nous assisterons encore une fois à un basculement, même s’il y a beaucoup de progrès à faire en termes de prise en charge et pour lutter contre la douleur.

Le succès du Pacs ne prouve-t-il pas qu’il répondait à une demande sociale ?

Non, l’objectif du pacs était d’accoutumer les esprits à l’arrivée d’une législation sur le mariage homosexuel. C’est un succès car c’est surtout une niche fiscale. Je rappelle que seuls 6 % des pacs concernent les homosexuels. Je suis donc pour le rendre inefficace à travers une revalorisation du mariage par l’impôt.

Les allocations familiales doivent-elles être versées sous conditions de ressources ?

Non seulement elles doivent rester universelles, mais elles doivent surtout être largement réévaluées. Les familles sont les grandes abandonnées de la politique depuis vingt ans. La mesure phare du FN est la création d’un salaire parental équivalent au Smic dès le premier enfant. Autrement dit, un véritable choix accordé à la mère de s’occuper de ses enfants. Les familles nombreuses devraient, en outre, bénéficier d’un accès privilégié au logement social. Étant entendu que, dans le cadre de la préférence nationale, toutes ces aides devraient être réservées aux familles françaises, car les étrangers qui viennent sur notre territoire doivent pouvoir subvenir à leurs besoins."

Partager cet article

39 commentaires

  1. Les tenants des points incontournables seront ils satisfaits ?

  2. Quasi sans faute…

  3. Chapeau bas à la nouvelle présidente du FN qui a toujours été très claire sur la question […]

  4. les tenants des points des poins non négociables (et non incontournables comme dit plus haut) se posent des questions. Par rapport à ses positions exprimées en d’autres occasions et beaucoup plus ambiguës, et par rapport à des positions exprimées en interne ou en externe par des membres de son entourage politique immédiat.

  5. Pourquoi avoir coupé le passage sur la peine de mort, il est intéressant aussi!

  6. N’est-ce pas contradictoire avec votre souhait de rétablir la peine de mort ?
    Pas du tout. Car nous parlions de la vie innocente ! En revanche, lorsque quelqu’un est lui-même porteur de mort, de barbarie, le rôle des dirigeants est de protéger la société, je suis donc favorable à un référendum sur le sujet.

  7. Si l’on comprend bien sa réponse, elle est d’accord pour la loi Veil. Elle est donc en opposition avec l’Église sur ce point et sur un point non négociable.
    Dont acte.

  8. Des réponses saines et éclairées.
    Marine apporte un cinglant démenti à ceux qui n’ont de cesse de la calomnier et de traversir ses opinions. Oui, Marine défend la vie, aujourd’hui mieux que quiconque.

  9. @ Athos
    Le ”retour à la loi Veil” et non ”sur la loi Veil” correspond aux positions de M LP prises durant la campagne interne de pré congrès. Et qui reprenaient ce qu’elle avait écrit dans son livre de 2006 : guère de variations sur le fonds.
    Cela correspond également, si j’ai bien lu le livre de M. BILLOT de LOCHNER, aux 12 mesures proposées dans sa plate forme ”AUDACE 2012”.

  10. Quasi sans faute, Sarkozy n’aurait pas fait mieux.
    Ceci dit cela ne l’engage pas à grand chose.
    Et tout de même un sérieux loupé : la loi Veil a été dénaturée et Marine Le Pen va en donner LA bonne interprétation ? A qui veut on faire avaler cela ?
    La vie humaine est sacrée, la loi Veil doit être supprimée et remplacée par une politique favorisant l’accueil de la vie, il n’y a pas de “demi avortement”, en soi c’est toujours un acte révoltant et indigne.
    Les mouvements pro-life aux Etats Unis ont souvent gagné parce qu’ils sont restés fermes. Souvenons nous aussi de ce qu’on dit Jean-Paul II à Chicago ou Mère Teresa quand elle reçut le prix Nobel en 1979. Il ne s’agissait pas de dire ce que tout le monde avait envie d’entendre.

  11. @ Olivier M :
    Non, Marine, en beaucoup d’autres occasions a affirmé publiquement qu’elle ne souhaitait pas revenir sur la loi Veil, elle s’en moque éperdument ainsi que de tous les points concernant la morale catholique, elle ne pense qu’à une seule chose: arriver.

  12. @ PK et TORCHESAC
    L’Eglise admet que face à une légisaltion mauvaise on agisse par étapes pour en réduire la part de mal qu’elle contient : c’est ce que font les Pro Vie américains que vous citez. Selon ce principe d’action (et non pas vérité absolue, J-P II et Mère Theresa n’étant pas des hommes politiques se présentant à des élections), si on diminue de moitié un jour le nombre d’avortements en France, on aura rendu crédible l’abolition.

  13. @PG
    et qui ne correspondent pas à de multiples déclarations, répertoriées notamment sur le SB, toutes plus contradictoires les unes que les autres.
    Cessez donc de venir ici uniquement pour défendre la vulgate mariniste. C’est lassant et n’a aucun intérêt.
    @Olivier M (qui lui aussi mène une veille vigilante sur la toile dès que MLP est un tant soi peu critiquée)
    Doit-on vous rappeler l’ensemble des déclarations contradictoires sur le sujet de votre icone et de ses vassaux ? Ceux de vénussia Myrtil ? Ceux d’un certain candidat aux cantonales dans les hauts de seine ? ETc

  14. @ PG,
    On va vous répondre pour la 1000e fois la même chose – je m’étonne d’ailleurs que MJ ne l’ai pas (encore une fois) fait dans votre commentaire.
    Appliquer la loi Veil pour faire diminuer les avortements est un objectif ACCEPTABLE UNIQUEMENT SI LA FINALITÉ EST L’ABROGATION.
    Point d’abrogation chez Marine Le Pen : elle l’a assez clamée.
    Si vous et votre collègue Olivier M. êtes des acharnés aveugles pour soutenir MLP, c’est votre choix mais cessez de soutenir que c’est compatible avec la DSE.
    De ce point de vue, il n’y a PAS de différence entre MLP et le reste du système pro-mort.
    Assumez vos choix !
    MLP n’est PAS une candidate pour le vote catholique.

  15. Lettre ouverte aux apprentis sorciers s’apprêtant à commettre leur mortelle révolution anthropologique.
    Citoyens « cannibales » (1),
    J’ai lu vos longs et terrifiants débats sur ce que vous appelez pompeusement « la bioéthique » et qui concerne en fait la révolution anthropologique mortifère que vous vous acharnez à imposer à un peuple qui ne vous a pas mandatés pour cela.
    Bourse pleine et ventre bien garni, vautrés dans les ors des palais du Système exsangue aux yeux du monde, vous vous vous apprêtez, à l’insu du peuple drogué par vos soins, à mettre un point d’orgue à deux siècles de lente euthanasie appliquée à, non seulement notre beau pays, mais aussi à notre civilisation, si ce n’est tragiquement hélas à l’humanité toute entière.
    Nouveaux aristos décadents d’un monde totalement coupé de la vie, vous pérorez avec morgue et suffisance pour imposer à vos concitoyens, non plus le « meilleur de mondes », mais « la planète 0 défaut » définie et conçue par et pour les « parfaits » qui possèdent – dès la conception ?- le chromosome privilégié de l’insatiable « religion de Progrès contre l’humanité ».
    Le monde s’écroule autour de vous.
    .Demain peut-être des révoltes sanglantes se multiplieront parce que les petits de ce monde « d’abondance » manqueront de la plus élémentaire nourriture, le blé devenu parmi tant d’autres une manne spéculative de premier ordre.
    Peu vous chaut, ce sera nécessairement la faute de la religion chrétienne, des « obscurantistes » , et autres « intégristes » que vous stigmatisez au nom de la tolérance à sens unique, celui de votre mère en humanité, la guillotine.
    Ce n’est d’ailleurs pas votre problème, vous n’êtes apparemment pas mandatés pour protéger vos concitoyens par la recherche de solutions propres à résoudre de tels détails de l’anarchie financière mondiale.
    Pas davantage vous ne voyez la violence qui se décuple dans le corps social de votre pays : + 35 % environ d’augmentation cette année du nombre d’ agressions physiques. …
    Nos campagnes jadis paisibles sont envahies de rôdeurs, de brigands et d’incendiaires. On ne pille plus seulement les églises, on les saccage, on les profane, impunément, bien sûr.
    C’est pour vous qui financez , dans ce sens, le Hellfest, manifestement dans l’ordre des choses, le prolongement en quelque sorte de vos vociférations sectaires dans le temple de la « sagesse du peuple ».
    Y verriez-vous donc ainsi une possibilité de gouvernance par la Terreur afin d’achever de boucler votre Système totalisant , et par là , totalitaire ?
    Les familles dont vous vous acharnez également à effacer la composition naturelle se déchirent, s’entre tuent encombrant une justice aussi désorientée que paralysée.
    Décomposées, recomposées, amputées, unijambistes, écervelées, robotisées, sans cœur, que sais-je, elles apportent au quotidien leur misérable contribution à l’explosion exponentielle de cette violence dans l’arène sociale de vos tragiques jeux du cirque. ( ce n’est pas moi qui le dit , c’est un homme du sérail, Monsieur Delevoye, cf son dernier accablant rapport).
    Il suffit d’ouvrir quotidiennement le journal pour constater l’horreur de la réalité : les victimes de cet état qui est aussi votre état de méfaits. Désormais des enfants, même plus des adolescents ! se suicident en se défenestrant chaque semaine.
    Il n’y a pratiquement plus de prêtres consacrés à leur juste mission pour prêcher l’amour et la charité.
    Pour autant, vous, vous en trouvez encore suffisamment pour dire que ce sont eux les responsables coupables, les « pédophiles » qui seraient censés cacher la forêts des turpitudes des vôtres en la matière, et votre accablante responsabilité dans l’avènement de cette terrible misère humaine.
    Que ce soit l’homme, la femme, l’enfant, l’embryon, le vieillard, vos funestes recettes « humanistes » arrivent à leur fin : le triomphe de l’utilitarisme des obscures « Lumières » dont vous revendiquez d’ailleurs indéfiniment la source tout au long de vos glauques débats.
    A tout âge, selon votre funeste conception, l’homme doit se plier aux sévices de « la libre volonté » dogme essentiel de votre responsable et coupable « religion du Progrès contre l’humanité ».
    Plus il sera sans défense, tout petit d’homme, vieillard, accidenté de la route , plus l’homme se verra obligatoirement condamné à offrir sa chair et sa vie à la « Déesse Science » , pour peu que de très « petits rapporteurs » et autres tout puissants « facilitateurs » , ou leurs disciples , aient prononcé la sentence selon laquelle ils ne sont « plus destinés à vivre », conformément au « dogme » de la libre volonté ».
    Pourquoi dès lors se suicider en effet, d’autant que la mort sera offerte gracieusement aux frais généreux d’un Système pourtant réputé ruiné !…
    Pourquoi en effet, la vie ne deviendrait-elle pas automatiquement aussi idyllique que celle éprouvée dans l’atmosphère feutrée remplie de « sagesse » et de « tolérance » de vos nobles assemblées ( relisons les « débats » ou ce qui en tient lieu, c’est édifiant).
    Assurément l’enfant qui enjamberait le rebord de sa fenêtre ne devrait –il pas réaliser aussitôt que ce qui
    lui manque le plus, l’amour d’authentiques parents, lui est offert si suavement sous des formes diverses et avariées par « l’humanité en marche » , celle qui est sur le point d’effacer de notre vocabulaire, la mort, la haine, l’injustice, bien sûr comment n’y pas penser, le désespoir et la misère !
    On peut imaginer aisément ce monde « juste et parfait » , « O défaut » , voire « ISO 666000 » que vous voulez instaurer à toute force .
    Demain nous serons sans doute aussi appelés par une pauvre esclave à l’autre bout du monde :
    « allô ici Maya , du Groupe Superprédator .Nous avons une promo spéciale, 50 % de réduction sur l’enfant blond aux yeux bleus. »
    Le mois suivant la promo portera sur l’euthanasie : « vous ne voulez pas en profiter, c’est gratuit pour ceux qui ont deux reins en bon état, il nous suffit de votre RIB – relevé d’identité barbare- pour la prime à la casse , et de votre Si-vitale carte , tout est remboursé par l’Insécurité sociale. » Superprédator se chargera de couper l’alimenta- tion et l’hydratation.
    Mais à qui voulez-vous faire croire à la bonhomie de telles perspectives si peu outrées et anticipées, citoyens « O défaut » ?
    De toute évidence vous mentez car vous êtes trop intelligents pour croire à ces perspectives chantantes
    où la seule dimension de l’homme qui ait jamais réussi à le sauver de ses appétits féroces est bien la dimension spirituelle, que, par sectarisme barbare vous haïssez à haute voie dans l’hémicycle , bafouant ainsi publiquement le principe de liberté de conscience, vous les prétendus champions des « droits de l’homme ? », droits de plus en plus limités à celui de se taire et d’ ingurgiter toutes vos couleuvres.
    Que vous le vouliez ou non ce sont nos Saints et nos martyrs , Saint Colomban, Saint Bernard, Saint Hugues, Saint Venceslas , Saint Vladimir , Saint François d’Assise, Saint François de Sales, Saint Benoît, Sainte Clotilde et tant d’autres , dont vous vous efforcez , avec vos petites gommes d’échappés d’IUFM, d’effacer les noms sur le calendrier d’une Europe qui ,dans les faits, existait bien avant la révolution et que Nain- Poléon, dans le prolongement de celle-ci , ne commence à la mettre à feu et à sang.
    Le Chancelier Nicolas Rolin vous a-t-il attendu pour fonder les Hospices de Beaune dont le monde entier admire encore aujourd’hui l’ordonnancement des lieux qui respire l’humanité et la charité ?
    Saint Vincent de Paul a-t-il attendu vos overdoses en tous genres pour rendre l’espoir aux désespérés ?
    L’original Abbé Pierre lui-même a-t-il décrété qu’il fallait offrir la mort à tous les miséreux auxquels il a rendu le goût de vivre ?
    Le Père Guy Gilbert vous a-t-il attendu au coin de la rue pour secourir les loubards ?
    Tous ces authentiques humanistes sont –ils d’infréquentables « obscurantistes » par le seul fait, discriminatoire par votre bouche, d’être chrétiens ?
    Pas un homme de bonne volonté issu du peuple ne ferait sienne votre condamnation.
    Il n’y a que vous qui en êtes capables, téléguidés que vous êtes par vos appétits féroces à instaurer la hard discount de l’humain, misérables margoulins que vous êtes de la marchandisation de l’homme par l’homme, voire de l’industrialisation de sa production, qui masque si mal une idéologie sectaire et totalitaire à bout de souffle qui ne vous sert que de prétexte, mais dont on ne mesure et subit que trop les effets au quotidien.
    Il ne s’agit pas pour autant ici de revenir à l’ordre ancien, ce qui relèverait d’une autre utopie.
    Il s’agit d’une part prioritairement de démasquer l’imposture sentimentaliste et la caricature de notre civilisation dont vous alimentez continûment votre luxueuse et abondante propagande pour imposer votre parfait Système totalitaire destructeur de la notion même d’humanité, et d’autre part de sauvegarder les principes éprouvés issus de l’ordre naturel de tous temps nécessaires à l’épanouissement de l’humanité authentique, du commencement de son existence à sa fin.
    Cela suffit, Messieurs les beaux esprits .vous qui volez insolemment au-dessus du monde.
    Puisse Dieu vous pardonner, même si vous savez ce que vous faites.
    Cependant, pour l’heure, vous nous emmerdez avec vos égocentrées et mortelles « utopies », alors dégagez, allez « vôté » au Goulag ! (2)
    Sancenay
    1) la paternité du mot cannibale revient à l’éminent Professeur Jacques Testard, d’où les guillemets
    2) expression bourguigonne imagée peu flatteuse.

  16. @ sancenay
    pour une fois, de vous lire jusqu’au bout, on en a pour son argent…merci ! ajouterais-je ceci :
    nous savons que vous tous qui menez à la ruine commune, vous en êtes payés grassement. Vous vous soumettez et servez la finance matérialiste qui est votre intérêt propre. Elle vous paye au détriment du Bien commun.

  17. ces paroles s’adressent aux lecteurs de ce journal et vont dans le sens du journal ,elle reste fidèle à une conception “republicaine “de la politique qui est distincte de la conception catholique integrale .pour qu’elle reussisse elle a besoin d’un fort mouvement culturel ,internet en particulier la presse nationale ensuite ce qui necessite un pardon mutuel ,du rassemblement des elites du mouvement national,ce n’est pas gagné malgré le premier pas à NICE ,les evenements catastrophiques qui se preparent peuvent lui donner une vague d’elus locaux qui manquent cruellement .

  18. @ PK
    Il est évident que quand PRESENT rend compte pour s’en réjouir d’une disposition d’une région italienne le Latium je crois, qui rétablit l’entretien préalable avant toute décision d’avortement, ainsi que la mise en place de solutions d’aide à la mère, c’est louable. Et d’ailleurs l’Eglise italienne s’en était félicité. Mais que quand c’est M LP qui le propose en France, avec de plus le salaire maternel, vous décrétez que c’est non catholique. Le problème est que vous confondez les propositions programmatiques et les intentions (le FN pense à un référendum, ce qui démontre qu’il ne renonce pas à la Vie) : les partis évoluent, c’est la faiblesse des démocraties, et si les catholiques français au lieu de se diviser entre acceptation et démission, et maximalisme irréaliste maintenant, s’unissaient pour défendre derrière leur épiscopat une position à peu près commune, cela aurait du poids sur les partis politiques.
    Faute de cela les partis de droite font ce qu’ils jugent possible : l’UMp ne fait rien qui défende la Vie, à part le combat personnel de certains de ses parlementaires, dont il faut saluer le courage, et le FN fait comme le faisait P de V. ou C. BOUTIN (dont les propositions sur l’avortement étaient semblables à celles du FN ), ce qui est encore possible et crédible par rapport à une société dé-moralisée.
    Douloureuse question : vaut-il mieux diminuer de moitié en 5 ou 10 ans le nombre d’avortements et démontrer qu’une politique de la Vie est possible et fructueuse en complétant la partie de la législation qui le permet et en abolissant l’autre, ou attendre le soir du grand soir catholique lorsque 60 % des Français seront dans la rue pour réclamer l’abolition de la loi VEIL ?
    AUDACE 2012, et nous le verrons sur le SB prochainement, penche également pour la solution prudentielle, provisoire faute d’une autre possibilité, celle de l’éabolition légale pure et simple.
    Mais la politique doit tenir compte du réel : ce n’est pas la loi seule qui corrige les moeurs, alors que paradoxalement, elle peut en faciliter la corruption. C’est tout le mystère du péché qui est en l’homme : la nature nous pousse vers le bas, surtout par la société. Evidence actuelle.
    Le vote catholique est simple : au premier tour on indique un choix préférentiel selon les PNN, au second on élimine soit l’un soit les deux candidats (par abstention ou vote blanc).

  19. PG, c’est le monsieur jourdain des commentaires. Tordre, falsifiez etc.Le tout sur un ton patelin, avec lequel il prend quand même les autres pour des imbéciles.Notamment sur le fait qu’ici jamais personne n’a parlé de grand soir catholique ni écarté le travail par étapes.PK ne dit rien d’autre. Mais c’est la la méthode archi usée de PG que d’attribuer à ses contradicteurs des idées et des propos qui ne sont pas les leurs.
    Le problème, comme cela a été dit cent fois ici, n’est pas les propositions factuelles de MLP. Le problème, c’est de les croire. Car, de déclarations contradictoires en effets d’annonce, on y perd son latin. On le perd d’autant plus à lire les déclarations de membres de son entourage ou de nouveaux responsables du FN.
    MLP manie le froid et le chaud selon ses interlocuteurs, sur l’avortement, le pacs et tous les sujets de société. Electoralisme, quand tu nous tiens….

  20. Cher Sancenay,
    Je viens à l’instant de terminer de lire votre lettre ouverte : je suis profondément bouleversée et émue par ce que vous dénoncez si gravement et justement. Puisses les saints de France et d’Europe nous donner la vaillance de résister avec persévérance et intelligence.
    J’ai pu approcher d’assez près ces “aristocrates décadents” dont vous parlez : ce sont des chefs d’œuvres d’égoïsme et de mépris pour la faiblesse humaine. Placés au sommet de la société, ils se gargarisent de leur misérable influence sur les hommes.
    Quand aux “échappés d’IUFM”, que je connais aussi un peu, ce ne sont que des minables, qui détruisent l’intelligence des enfants et l’idéal des professeurs de bonne volonté.
    Puisse votre lettre être lue par un très grand nombre et réveiller les morts !

  21. @ ATHOS
    Je ne prête pas à PK les propos qu’il ne tient pas et je ne vois pas en quoi ce que vous dites est étayé d’arguments : simplement, nous catholiques anti avortement, nous sommes une minorité au sein même du catholicisme français.
    Aussi, je voulais simplement dire à @ PK que le jour où une majorité de français anti avortement sera majoritaire électoralement en France n’est pas pour demain. Et qu’en attendant ce ”grand soir” catholique, il faut adopter une stratégie : c’est aussi la ligne, si j’ai bien saisi ce qu’exprime son livre, de M. BILLOT de LOCHNER, y compris sur l’avortement.
    Il vaut mieux en débattre sereinement que d’y mêler des considérations polémiques inutiles. Cela fait perdre le fil de l’essentiel : comment défendre au mieux la Vie, dans le contexte politique de 2011-2012.

  22. @PG
    cessez ce petit jeu. Nous l’avons démonté depuis longtemps.
    Tactique PG :1- j’attribue à mes contradicteurs des propos non tenus
    2-lorsque ma remarque m’en est faite, je nie, fait diversion en orientant le fil sur un hors sujet, accuse mes contradicteurs de ne pas avoir d’arguments. Un litanie sans fin, maintes fois vue.
    Or, le propos de PG était bien dans un premier temps de mettre en accusation les catholiques, soi disant incapables de mener une lutte efficace contre l’avortement, pour, par sous-entendu plus ou moins habile, faire la promotion de MLP qui, elle, et vous allez voir ce que vous allez voir, réussira, la où ces crétins de cathos ont échoué.
    -3-j’amende ensuite mon propos (j’ai pas dit ça, vous me comprenez mal…) lorsqu’un contradicteur me remet à ma place.
    Le problème de PG, c’est que, quel que soit le lieu de son intervention sur la toile, il est en campagne électorale permanente pour l’institut de veille et de propagande mariniste sur le net.
    Donc, contrairement à ses dires, cette polémique n’est pas inutile, car bien au contraire, les multiples interventions de PG pollue sans cesse la sérénité d’un débat et fait perdre le fil de l’ESSENTIEL : la défense et la promotion de la vie. Sans faire des élections 2012, un point de référence obligé.
    Il ne faut pas confondre débat et pêche aux voix.

  23. @ PG,
    J’abonde dans le sens d’Athos : vous me prêtez des propos que je n’ai pas tenu.
    Je vous mets au défi de prouver que MLP veut abolir la loi Veil et non la conserver.
    Si vous êtes capable de le prouver – ce qui n’est pas le cas – alors toutes les mesures que prendra MLP si par hasard elle arrivait à la magistrature suprême ne changera rien à la chose : 200 ans d’expérience ont montré que tout ce qui ne s’opposait pas formellement à la Révolution allait dans le sens de l’aggravation et donc de la Révolution.
    Que MLP soit une opportuniste ou une vraie révolutionnaire, finalement, peu me chaut. Tout ce que l’on peut EFFECTIVEMENT constaté, c’est qu’elle est CONTRE un point non négociable de l’Église.
    Si vous voulez un exemple de discours compatible au FN, écoutez Gollnsich et comparez. Si pour vous, cela semble identique, on ne peut rien pour vous.
    Elle ne peut donc pas prétendre au vote catholique (et finalement, ce dernier doit compter quand on voit comment elle a ajusté le tir depuis son « élection » à la tête du FN).
    Personnellement, je clos le débat ici sauf si vous apportiez la preuve su-citée auquel cas je battrai ma coulpe publiquement.

  24. PK pose bien le problème.
    Si l’on accorde à MLP le bénéfice du doute sur la sincérité de son egagement, tablant sur l’utilisation d’une méthode tactique électorale (électoraliste ?), se pose ensuite, la question de l’efficacité d’une telle tactique.
    Comme le dit fort bien PK “200 ans d’expérience ont montré que tout ce qui ne s’opposait pas formellement à la Révolution allait dans le sens de l’aggravation et donc de la Révolution.” C’est la un point de réflexion incontournable pour notre famille de pensée. Ajoutons que le problème de l’avortement n’est pas le seul concerné.

  25. Tout engagement qui vise à diminuer un mal est bon à prendre.
    Soyez réalistes, l’abrogation de la loi Veil ne se fera pas du jour au lendemain.
    Même si Marine ne va pas aussi loin que Bruno Gollnisch dans ses propositions, elle est la seule représentante d’un parti à proposer une amélioration de la législation sur la vie, dans l’optique de vider la loi Veil de sa substance. Et c’est seulement ainsi que l’opinion basculera en faveur de son abrogation, ce qui est loin d’être acquis aujourd’hui.

  26. Désolé PK mais vous n’êtes pas propriétaire du vote catholique.
    Et Marine LE PEN, qui défend la Vie sans concession, a et aura un vote catholique grandissant.
    Dont le mien.

  27. @olivierM
    il est heureux, qu’étant responsable toulonnais du FN, MLP est votre voix.
    Cela dit, il est amplement démontré que justement MLP fait des concessions sur nombre de sujets dont la défense de la vie (à tort ou a raison, mais c’est un fait), et ensuite j’ai bien peur que vous vous leurriez sue le second point. L a méthode coué n’a jamais rien donné de bon en politique.

  28. @ ATHOS et PK
    2 réflexions :
    – Tout d’abord, de la même manière que la reductio ad hitlerum est un détournement de liberté d’expression, l’axiome selon lequel penser qu’agir par étapes pour lutter par la loi (car il existe aussi les oeuvres de charité privées, la prière, et les campagnes d’opinion) serait une concession à la culture de mort et donc une faute morale, n’est pas recevable. Il faut donc récuser ce procédé dialectique et procès, ceci d’autant plus que d’autres responsables politiques, tel P de V., C. BOUTIN, ou assoicatifs tel M. de LOCHNER, promoteur d’AUDACE 2012 pensent la même chose et font ou ont fait des propositions semblables.
    – Je ne rentrerai pas dans le débat usant et finalement contre productif du comparatif entre BG et M LP, qui m’a tjrs paru artificiellement organisé : ce que dit M LP et qu’elle redit ici, le prouve. Elle veut supprimer les lois Roudy Aubry et autres sq. Et redonner la possibilité aux femmes de garder leur enfant.
    Déjà dans son livre paru en 2006, ”A contre flots”, M LP annonçait cette ligne tactique qui peut paraître un repli ou une renonciation, mais qui s’explique par le constat du fait que la législation VEIL et les lois qui l’ont aggravée sont en place depuis 40 ans : ce qui pouvait sembler FACILEMENT réversible (et comme beaucoup je l’ai espéré) dans les années 90 ne l’est plus. La marche est longue pour renverser le courant : les catholiques américains ont démontré que c’est par étapes, successives, avec parfois échecs, voire reculs, que le mouvement Pro Vie s’inscrit dans la société, et ceci là-bas, dans une société nettement plus religieuse et chrétienne que la nôtre, les protestants fondamentalistes ayant été aussi engagés que les catholiques.
    Refuser de voter pour un recul de l’avortement par la loi en 2012, au prétexte que ce ne sera pas la fin définitive de l’avortement par la suppression de la loi VEIL, mais seulement des autres lois qui ont suivi, est une faute politique et morale aussi grande que de ne rien faire, choix hélas de beaucoup de catholiques mollassons. Il est évidemment catholiquement préférable de sauver 100 000 vies en qq années que de n’en pas sauver une seule.
    Se donner bonne conscience en réclamant l’impossible par la loi est une posture : ce n’est pas une stratégie crédible en faveur de la Vie. On ne réforme pas les moeurs par la loi : ce n’est pas une position catholique, qui est qu’on favorise le bien par la loi. Si la loi pouvait assurer le salut individuel et collectif, tout serait tellement simple : ce serait la fin de toute oeuvre et militance catholique, devenues inutiles.
    Avorter est tuer une vie : mais supprimer la loi Veil ne supprimerait pas l’avortement comme pratique devenue collective. Ce sont les intelligences et les consciences qu’il faut redresser, progressivement, et donc par étapes législatives accompagnant cette reconquête.

  29. Cher Sancenay,
    merci pour cette belle lettre ouverte qui remet la culture de mort dans toute sa perspective historique et idéologique.
    Merci aussi pour cet élan du cœur qui remuera les tripes des convaincus comme des hommes de bonne volonté, pour ne pas dire tout simplement de ceux qui disposent d’une once de bon sens.
    Le caractère totalitaire de la démocratie moderne, que Tocqueville avait déjà si finement pressenti (De la démocratie en Amérique, t. II), est en effet de plus en plus manifeste. Et ce particulièrement en France puisque, comme vous le faites remarquer, nos élus continuent de se référer aux Lumières mortifères, racistes, matérialistes, mécanicistes et finalement fondamentalement misanthropes qui considèrent, à l’instar de Rousseau, que le Législateur peut “pétrir l’homme à sa guise” (Du contrat social, Livre II, chapitre VII, “Du Législateur). Qu’attendre de députés qui se revendiquent de Voltaire, qui, loin d’être un démocrate au sens antique, écrit que “la multitude sera toujours composée de brutes [i.e “d’abrutis”]” (Voltaire’s notebook, Théodore Besterman éd., t. II, p. 405) et que “quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu” (Voltaire, correspondance, t. VIII, p. 422)? Qu’attendre de ces gens, supposés, par leurs subtiles discussions, incarner la volonté générale, alors que s’inscrivant dans la lignée de Diderot, ils pensent à l’instar de leur maître que “l’homme et l’animal ne sont que des machines de chair ou sensible” (Diderot, Mémoires pour Catherine II, p. 245)?
    Dès lors, avec un tel environnement mental, comment ces personnes peuvent-elles prétendre parler de “bioéthique”? C’est oublier que le sens profond de ce mot savant est “la morale de la vie”. Soit au final deux termes avec lesquels ils ne peuvent qu’être mal à l’aise. La vie, la morale; mais ce sont deux notions qui leurs sont à tout le moins étrangères, si ce n’est deux concepts naturels auxquels ils sont intrinsèquement opposés!
    Toutefois, le Salon Beige montre que des députés n’ont pas rompu avec tout l’héritage précieux que nous ont légué Athènes, Rome et Jérusalem. Cela permet peut être de ne pas perdre tout espoir. Mais tout de même, cet héritage idéologique des Lumières continue de faire ses ravages au sein des assemblées alors même que les Français n’y croient plus. Il continue de produire ses fruits pour des minorités malfaisantes, qui réussissent à imposer au plus grand nombre leur façon de penser et leurs conceptions anthropologiques réductrices, qui nie toute dignité à l’homme. Quel écart manifeste entre nos représentants et les attentes du peuple français! Ceux là s’acharnent sur la vie, tandis que leurs électeurs tentent de vivre ou de survivre dignement, en préservant leur liberté sans cesse atteinte, ou alors s’abreuvent, quant ils n’y parviennent pas, pour oublier, des drogues du monde moderne: consommation, loisirs, télévision, sexualité débridée… Ces gens doctes ont ils été élus pour discuter bioéthique par le peuple, ou pour redresser une situation économique et sociale catastrophique? Ont-ils été élus pour discuter du statut de l’être humain, déjà théorisé depuis des siècles par Aristote ou Saint Thomas d’Aquin, sans qu’il soit besoin de se pencher de nouveau sur ces “préjugés”, ou pour recréer de l’emploi, abaisser les impôts, rationaliser les dépenses publiques, et défendre non pas la liberté dont tout le monde se fiche au plan pratique, mais les libertés concrètes que notre civilisation a défendu pendant des siècles?
    Jeune marié, j’attends de l’Etat et de ses serviteurs, qu’il me permette de fonder une famille, de vivre décemment, de pouvoir travailler dans le domaine pour lequel je suis fait. J’attends de l’Etat qu’il me donne le cadre nécessaire (et non qu’il m’assiste) pour pouvoir élever des enfants, choisir leur instruction, permettre à ma femme si elle le désire de travailler ou non. Je n’attends pas de lui qu’il me dicte ce qu’est un embryon, qu’il m’impose une façon de penser sous peine d’être réputé peu démocrate ou pire, qu’il instruise mes enfants à ma place. Je n’attends pas qu’il m’appauvrisse pour me rediriger ensuite vers les hard discount, qu’il me taxe de telle manière que je doive réfléchir s’il vaut mieux financièrement travailler ou me laisser assister, qu’il décide si je peux fumer ou pas. Travaillant dans le milieu de la jeunesse, je me rends bien compte que mes aspirations sont partagées par le plus grand nombre des jeunes français, quelque soit leur condition, leur religion ou leur couleur politique. Nos démocrates au pouvoir doivent en tenir compte rapidement et cesser de dire “qu’ils ont compris les attentes des Français”, qui à chaque élection, par leur vote, “leur adressent des messages forts”. La médiocrité de leurs discours, sur les plateaux de télévision, dans les assemblées lorsqu’ils s’y trouvent, ou dans les journaux laissent songeur.
    Il y a de fait un écart croissant entre les attentes de nos concitoyens et les sujets de préoccupations de nos élus. La question n’est pas celle du changement de régime, je le pense comme vous. A l’instar d’Aristote, il faut rappeler que la politique se définit surtout par sa fin, le gouvernement au service du Bien commun, et ne se réduit pas seulement à la question de l’exercice du pouvoir et du cadre constitutionnel dans lequel il se manifeste. Le sujet n’est pas non plus de savoir s’il faut voter Marine le Pen ou pas, comme ont l’air de penser les commentateurs de cette page. Qu’attendre des hommes politiques tant qu’ils n’auront pas coupé radicalement avec l’idéologie qui les rassemble (presque) tous? Rien. C’est assuré. On ne peut rien attendre de ces gens là. Comme vous, je suis un grand lecteur de Xavier Martin, et de tous ses ouvrages sur la philosophie des Lumières. Comme vous, je crois que les hommes de bonne volonté comme les convaincus, qui manquent souvent de formation intellectuelle du fait des exigences de la vie et d’un cursus par l’Education nationale, doivent notamment lire ces livres pour retrouver une véritable liberté de pensée. Comme vous, je pense qu’il faut comprendre cette philosophie pour en saisir certaines conséquences intrinsèques, sans quoi rien de bon ne pourra advenir concrètement dans notre société. Il faut élever le débat comme vous vous attachez à le faire dans tous vos posts, il faut éclairer les mentalités et appeler à un retour de la liberté, qui se traduira concrètement par le retour des libertés. Il faut soutenir les hommes politiques qui ont le courage de le faire. Il ne faut pas se gargariser de ceux qui, à l’instar de Marine le Pen s’en tiennent à des positions ambigües sur les points non négociables quant ils ne les bafouent pas complètement. Il ne faut pas se féliciter de députés tels que le mollasson et moustachu Jacques Remiller qui finassent pour finalement s’abstenir lâchement dans un débat qui ne peut autoriser à la moindre concession. Aurait-il finassé à ce point sous le Troisième Reich, lors de discussions scientifiques qui utilisent le même bagage intellectuel que celui défendu par ses compères de l’Assemblée Nationale? Pauvre homme… Et c’est ce genre de personnage qui représente la Nation…Il faut sortir de cette impasse intellectuelle, fruit des Lumières, pour que l’homme retrouve sa dignité. Il faut une conversion des cœurs. Il faut au pire retrouver de manière urgente la sagesse de la morale naturelle, au mieux la sagesse évangélique. Pour cela, il faut, comme le pense bien des auteurs de posts sur ce site, ne jamais transiger avec la morale.
    Ce post est long car je ne suis pas un habitué des sites de discussion. A vrai dire, c’est la première fois que je rédige un message sur un forum.
    Mais le sujet l’impose. Et votre lettre ouverte, à la fois émouvante et stimulante, m’y a invité.
    J’espère que vous serez lu. J’espère que votre lettre, qui aurait pu être rédigée par beaucoup, sera relayée par des posts nombreux. J’espère que les cœurs s’ouvriront à la Vérité, sur ce site et dans notre pays.
    Bien à Vous.

  30. @PG
    une nouvelle fois, et j’avoue me lasser de vous répéter sans cesse la même chose, vous nous attribuez (à PK et à moi) des propose non tenus, des idées qui ne sont pas nôtres, des intentions qui ne le sont pas non plus.
    Il s’agit donc d’un procès d’intention qui invalide constamment l’ensemble de vos argumentations.
    Malgré la lassitude que j’éprouve à devoir répondre à chaque fois à un discours qui vire à la litanie, je vais encore m’y coller.
    -votre première réflexion : vous donnez dans la facilité. Votre comparaison avec la réductio ad hitlerum est idiote et ne tient pas debout.Vous faites usage d’un artifice dialectique dont vous êtes, je dois le reconnaître, un redoutable spécialiste. Votre comparaison est d’autant moins recevable qu’elle se base sur des propos non tenus par moi et PK.
    -je m’inscris en faux sur le caractère artificiel de la fracture entre BG et MLP sur le sujet de l’avortement. Vous citiez à contre-flots. Revenons-y donc. Le problème de l’avortement est évoqué sur trois pages (192 à 194). Tois pages très floues, sans rien de bien concret sinon quelques pétitions de principes (c’est déjà ça me direz-vous). Pour le reste, MLP y use de tous les artifices dialectiques disponibles pour ne pas avoir à se prononcer sur le droit d’avorter. Elle s’en tire en page 194 par une pirouette dont vous êtes friands.
    BG est beaucoup plus clair. Il insiste en permanence sur le caractère sacrée de la vie, point essentiel, sa dimension spirituelle, philosophique. Cela, MLP n’en parle jamais. Tout juste parle telle du “respect de la vie, donnée fondamentale des sociétés humaines”. Phrase creuse sans grande signification. Or, c’est un point fondamental. Avoir une vision strictement technique du problème de l’avortement, c’est être borgne.
    -“Refuser de voter pour un recul de l’avortement par la loi en 2012, au prétexte que ce ne sera pas la fin définitive de l’avortement par la suppression de la loi VEIL”. Qui a dit cela ???? Une nouvelle fois, je vous prends en flagrant délit de manipulation. J’ai simplement dit que 2012 ne saurait être le point de référence obligé de la lutte contre l’avortement.Nuance de taille.
    Autre chose : quand, dans notre histoire, un travail par étapes a-t-il permis de corriger une loi ? Je n’ai pas d’exemple. Si des fois vous en avez, je suis preneur.
    Vous commettez une erreur d’analyse capitale pour un analyste politique. Vous dites “on ne réforme pas les moeurs par la loi”. Mais bien sûr que si !
    Qu’à donc fait la loi Veil, sinon bouleverser profondément les moeurs en imposant le droit à l’avortement auquel l’écrasante majorité de la population était hostile. Provoquant une renversement de tendance en moins de 20ans. Que font donc les lois sur la bioéthique, sinon bouleverser la vision commune, civilisationnelle, de la vie ? Que font les lois Pleven et Gayssot (que MLP ne veut pas abolir) sinon modifier en profondeur les moeurs et les opinions ? Les franc-maçons l’ont bien compris : ils passent par la loi.
    Votre analyse fait donc fausse route.
    Redresser les consciences et les intelligence ? Moi, je veux. Ça risque d’être long…..

  31. Question capitale : comment, lors de sa campagne pour les présidentielles, MLP va-t-elle concilier lutte contre l’avortement et séduction d’un électorat qu’elle veut rallier, celui de gauche populaire, électorat attaché aux “valeurs de gauche”, dont la libération sexuelle et la liberté d’avorter ? Ainsi qu’avec l’anticléricalisme affiché de cette frange de l’électorat ?

  32. En matière de loi ayant changé les moeurs, la loi de 1905, tout simplement.

  33. @ PK et ATHOS
    Je regrette de devoir vous le dire, mais en 1905, la loi ne concernait pas les moeurs des personnes, des couples et des familles.
    Pour la loi VEIL, j’avais 20 ans en 1975, et je me souviens très bien de la passivité de la société française, et particulièrement du monde catholique : je me demandais, comme beaucoup de catholiques de la tradition, pourquoi cela, qui nous troublait tous profondément.
    Un médecin ami de mes parents anti avortement bien sûr nous dit que l’explication résidait dans le fait que l’avortement se pratiquait largement toutes les villes de France, qui avaient toutes leur clinique privée ou leur médecin avorteur ”clandestin” : beaucoup de français avaient déjà ”adopté” l’avortement. D’où cette passivité effarante de la société en 1975, alors que 20 ans plus tôt, c’eut été une révolte autrement plus massive. Telle était l’opinion de ce médecin, et je pense qu’il avait raison.
    Certes la loi a aggravé les choses en ”légitimant” légalement un abandon moral déjà effectif : mais le mal était déjà là. La libération sexuelle, la pilule etc….Ce n’est pas la loi VEIL qui avait préparé cela, mais aussi peut-être la crise endémique de l’Eglise depuis les années 50 et sa perte d’influence sur les intelligences et la société.
    Pie XII dans son discours aux juristes italiens de 1953 précise bien que la loi ne peut réformer les moeurs, et qu’elle peut légitimement contenir une part de mal subsistant si elle contribue à un bien croissant, fondant ainsi une jurisprudence qu’on retrouve dans beaucoup de textes papaux et romains depuis, dont celui sur les PNN, et particulièrement dans la lettre de réponse aux questions des évêques américains sur le conseil à donner aux catholiques électeurs face aux programmes politiques quant aux PNN : favoriser toute proposition et tout candidat qui favorise les PNN par la loi même si le but ultime ne sera pas atteint immédiatement et complètement. Appliqué à l’avortement, c’est une évidence.
    Pour ce qui est des exemples du rôle de la loi agissant par étapes, il y en a un celui des USA, où cela port des fruits évidents, et si nous manquons d’exemples ailleurs, c’est aussi parce que la situation de légalisation de l’avortement est unique dans l’histoire des sociétés, et que nous catholiques y sommes confrontés pour la première fois, et en FRANCE, avec un retard à l’allumage qui est une évidence, sorti des 5% au sein des 5 % des catholiques pratiquants, ce qui fait très peu : 10 -15 0000 personnes à la Marche pour la Vie, hélas.
    Pour ce qui du vote : l’un de vous, PK, je crois, a écrit que voter FN en 2012 serait impossible à un catholique du fait de cette proposition sur l’avortement (agir par étapes), et je ne suis dons pas dans la dialectique, pas plus quand je refuse le faux procès de réduction à la culture de mort pour toute avancée dans le sens inverse, au prétexte qu’elle ne ”règle pas tout” : comme si l’avortement pouvait disparaître brusquement par une loi.
    Enfin pour le vote dit ”de gauche” : ayant été 12 ans élu d’une ville où l’électorat FN était essentiellement issu du PS ou PC, je puis vous dire que le rejet de l’avortement y était plus spontané chez la plupart que dans les classes moyennes et à ^plus forte raison dans le milieu aisé qui est le mieux sociologiquement.
    Je préfère le ton courtois à votre mise en accusation morale constante et une arrogance du style qui est plus que surprenante : vous n’êtes pas mes juges, car vous n’en avez ni la légitimité ni le mandat, ni peut-être l’expérience acquise.
    Et si nous avons des avis divergents, ce n’est pas en condamnant la personne que vous avancerez contre des idées : principe même de tout débat, à ne pas oublier quand on aborde des sujets de morale Relisez ST PAUL aux Corinthiens.
    Je vous lis, je vous réponds. Je ne vous juge pas.

  34. @PG
    vous avez une tournure d’esprit plus qu’étrange. Toute critique de votre méthode de raisonnement et de votre méthode dialectique devient une attaque personnelle, un jugement, une mise cause morale. Il n’est pas question de cela. Il s’agit de démontrer et démonter (et je ne suis pas le seul à avoir mis en exergue ce point, Cf certaines remarques antérieures de MJ)une tactique d’argumentation qui est la votre.
    Tactqiue que vous utilisez une nouvelle fois, en faisant diversion, ne répondant pas sur l’essentiel, vous en tenant à des points de détail, vous drapant dans votre dignité soi-disant outrée par nos remarques. Vous voyez le mal la où il n’est pas. Je constate d’ailleurs que vous n’hésitez pas à jouer les donneurs de leçons, les professeurs de morale du débat. Je vous retourne l’une de vos remarques. Je suis un grand garçon, je ne vous ai pas attendu pour lire l’épitre de saint-paul aux corinthiens, et je connais les règles du débat, merci.
    Ceci étant dit, revenons sur l’essentiel.
    Vous jouez sur les mots, en faisant une interprétation restrictive du mot “moeurs”. Loi de 1905,par ses implications, a bel et bien eu un impact sur la vie des français, en diminuant l’influence de l’église et de la morale catholique (par l’interdiction d’enseignement des congrégations religieuses par exemple) sur la population.
    Alire le témoignage que vous citez, la france était un champ d’avortoirs ! Soyons sérieux, le nombre d’avortements était inférieur à celui d’aujourd’hui. J’ai pour ma part d’autres témoignages qui me disent la profonde hostilité des milieux populaires à l’avortement, même si effectivement la génération porteuse de mai 68 était à la barre (mais minoritaire). Cela étant dit, la loi veil est bien l’accélérateur, le point clé qui va déterminer les changements d’opinions. Le mal était la mais n’avait pas gagné. La loi le lui a permis. Sans elle, bien des choses aurait été différentes.
    Quand je parlais de la volonté de conquête d’un électorat de gauche, je ne parlais pas de celui qui a DEJA voté FN (essentiellement ouvrier), mais de celui qui n’a JAMAIS voté FN, et que MLP veut séduire. Or, cet électorat, volontiers laïciste, est très attaché aux “valeurs” issues de mai 68. Et MLP va se retrouver devant des contradictions difficilement surmontables.
    Ne vous connaissant, je ne vois pas comment je pourrais porter un jugement sur votre personne. C’est la méthode que je juge. Je constate d’ailleurs dans ce dernier commentaire la disparition de de certains de vos artifices habituels. Tant mieux.

  35. Pour rappel afin de finir avec ce débat stérile : les points non négociables ont été créés pour donner un socle MINIMAL sur lequel un vote catholique peut s’appuyer afin d’ESPÉRER aller porter des fruits beaucoup plus importants.
    C’est un surtout un socle naturel, pas spécifiquement catholique afin que tous puissent se RASSEMBLER derrière un socle de bon sens dans lequel TOUS peuvent espérer se reconnaître.
    C’est donc bien pour un catholique le minimum à exiger pour s’engager : pas d’engagement du candidat, pas de vote. Sinon, ce ne sont PAS des points non négociables !
    MLP n’est pas CONTRE la loi Veil (même si ses propositions sont sans doute ce qu’il faudrait faire pour débuter un mouvement qui conduira à son abolition. Encore que cela est discutable : la loi Veil a été imposé du jour au lendemain par un groupuscule de députés : on peut très bien rendre la pareille !).
    Bref, sur un point non négociable, elle est hors-jeu DONC elle est hors-jeu.
    Les catholiques sont libres de leur vote, comme ils sont libres de faire ce qu’ils veulent puisque notre Père nous a donné ce formidable acte d’amour de nous donner le choix dans notre vie : on peut très bien laisser tomber, ne pas croire en la transsubstantiation, en la présence réelle, en la communion des Saints, à la Sainte Église catholique, aux sacrements, etc. On est libre de pratiquer la contraception, l’amour-libre et toutes les déviances de nos envies…
    De même, on est libre de sacrifier le minimum convenu par l’Église pour donner son approbation à un candidat à une élection.
    Voilà, on peut faire toute la dialectique que l’on veut, la marxiser au maximum pour tordre le coup à ce que l’on veut, le fond du problème est là : est-on fidèle à la promesse de son baptême ?
    Chacun se fera une opinion même s’il est clairement demandé par l’Église de réserver son vote dans le doute.
    La prudence est une vertu. En l’occurrence, avec MLP, la prudence n’est même pas nécessaire car elle est clairement POUR la loi Veil. Pour info, elle ne fait que tenir les propos que tenaient les pro-avortements en 75 : « on va faire tout pour que cela n’arrive pas ».
    Résultat de cette politique : un facteur 10 dans l’augmentation… Alors, sans même rappeler 200 ans d’expérience, on a les 30 dernières pour savoir ce que nous promettent les 30 prochaines !
    Donc, en l’état, MLP : non merci. On a déjà donné. Et comme le Fils obéit à son Père, on nous demande la même obéissance à notre tour.
    Pas d’insulte, pas de jugement de valeur, rien de personnel : ce débat est purement centré sur l’application ou non des points non négociables.

  36. à Suger ,
    Merci à vous qui m’encouragez et m’aidez avec conviction et droiture à situer le débat à son juste et tragique niveau.

  37. Un grand merci à Sancenay et à Suger pour ces mises au point magistrales qui, avec une hauteur de vue remarquable, vont à l’essentiel et montrent le seul remède véritable qui s’offre à nous aujourd’hui si nous voulons sortir de la crise morale, politique et sociale qui nous détruit : remettre au coeur de la Cité ces valeurs dont notre pape Benoît XVI enseigne qu’elles ne sont pas négociables, pas négociables non pas dans la perspective d’un quelconque marchandage politicien mais dans la volonté de restaurer une société authentiquement humaine, de restaurer ce qu’Aristote et Cicéron définissaient comme l’amitié politique, c’est-à-dire un regard mutuel de bienveillance ordonné au Bien et guidé par le Juste.
    Merci à tous les deux.

  38. Merci à vous Bonchamps, que , sauf erreur de ma part je n’avait pas aperçu jusqu’ici sur le Salon Beige.
    Je ne suis pas surpris toutefois, car je savais que ,comme ne le dirait pas Giscard, dont fils a ,dans l’ombre ou les chaussons du père, voté la loi sur la bioéthique : ” Bonchamps ne saurait mentir !”.

  39. … Je fais la ola toute seule devant mon clavier 😉

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services