Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Homosexualité : revendication du lobby gay

Manif pour tous : “Moi, j’entends un peuple qui se lève”

PcbDu père Cédric Burgun :

"La Manif-pour-tous, le dimanche 24 mars, a été, une fois de plus, un véritable succès qui ne peut être démenti. Qui, en voyant les photos et les vidéos, pourrait le contester ? Aucun groupe, aucun mouvement, depuis 50 ans, n’avait réussi à mettre dans la rue autant de monde, en maintenant la pression dans le temps, la durée et la fidélité. Régulièrement, la France voit des manifestations ; mais qui peut arguer d’une telle mobilisation ?

Les médias pourront bien dire ce qu’ils veulent ; certains responsables politiques pourront feindre de ne pas voir et de ne pas entendre. En janvier dernier, on nous attaquait sur des soi-disant slogans homophobes que personne n’a jamais pu prouver. Aujourd’hui, des soi-disant extrémistes et dangereux manifestants se seraient attaqués contre les forces de l’ordre. Expliquez-moi comment une foule de 500.000 personnes (je coupe la poire en deux pour mettre tout le monde d’accord) peut-elle être poussée à l’arrière et être bloquée à l’avant sans que quelques « couacs » se passent ? Si la préfecture ne voulait pas que l’on descende les Champs Élysées (ce que je conçois parfaitement et veux bien entendre), il fallait donner à la Manif-pour-tous un trajet digne de ce nom ! Qui sont les véritables responsables de ces quelques débordements (inévitables, vu la tension) : la Manif ou les responsables politiques qui ne sont pas au rendez-vous d’un « peuple » qui grogne ?

Quels que soient les chiffres que l’on avance[1], la réalité est là : les moyens mis à disposition par la préfecture (places et rues, encadrements, etc.) n’étaient pas à la hauteur. Ils avaient tablé sur 100.000 personnes : un exemple de plus du succès annoncé! Les policiers ont été débordés par le nombre. On nous dit que les organisateurs se sont laissés dépasser. Mais qui essaie de minimiser la participation depuis des semaines ? Qui n’a pas donné les moyens aux organisateurs d’une manifestation paisible ? En janvier, plus d’un million de personnes ont défilé pacifiquement sans heurt : il n’y avait eu aucun problème.

Dimanche dernier, ces mêmes personnes, qui ne faiblissent pas, se sont donné rendez-vous dans des endroits ne pouvant les contenir ! Là est la vérité. Beaucoup avaient fait le déplacement depuis la province, se levant très tôt, payant de leur poche, sur leur temps et leur finance. Qui sont les extrémistes ? Des familles avec des enfants et des personnes âgées réclamant qu’un enfant puisse être élevé par un père et une mère ? Réclamant que l’on ne loue pas les utérus pour faire naître un droit à l’enfant ? Prouvez leur que ces rapports de force avec les CRS étaient strictement nécessaires ? Les poussettes et les doudous s’attaquaient-ils méchamment aux forces de l’ordre qu’il faille riposter avec les gaz lacrymogènes ? Christine BOUTIN brandissait-elle sa matraque contre des pauvres CRS débordés qu’il faille lui riposter en pleine figure ? Le directeur du cabinet du préfet de Paris a même osé évoquer « le comportement agressif des manifestants » ! Comme Laurent WAUQUIEZ l’a dit très justement, nous attendons toujours de voir les casseurs et les délits suite à cette manifestation.

Ce dédain manifeste ne fait que desservir l’unité d’un peuple déjà si meurtri par toutes les autres crises qui le traversent. Aujourd’hui, les divisions au sein de notre pays sont attisées plus que pacifiées. Le bien commun n’est plus recherché mais c’est la guerre des lobbying et du plus fort.

J’en appelle à tous les responsables comme citoyen mais aussi comme prêtre : on ne peut plus se taire face au désarroi d’un peuple si divisé sur des questions aussi cruciales : ce n’est pas uniquement un droit ou une liberté individuelle qui est en jeu ici, nous le voyons bien ! Ce changement de société, de paradigme, ne peut pas être imposé à tous sans prendre temps de refaire l’unité du peuple.

Une partie de la population s’engage aujourd’hui dans un rapport de force ; et cela fait peur" (suite).

Partager cet article

5 commentaires

  1. Excellente analyse faite avec beaucoup de lucidité . Que les gouvernants continuent comme cela et la pression ne va cesser de monter dans la chaudière jusqu’à son explosion finale à la moindre étincelle.

  2. @ Serge : C’est ce qu’ils veulent…. pour pouvoir dire ensuite que c’est de notre faute.
    Exemple : la manif d’hier : on fait tout pour que cela dégénère au maximum, et ensuite on dit, en bombant le torse, que c’est de la faute aux organisateurs…

  3. Les gens ne demandaient qu’un referendum !
    A partir de combien de personnes le peuple a-t-il le droit de donner son avis en votant ?
    Si le peuple est souverain, ses élus doivent lui laisser décider !
    Sinon c’est une dictature !

  4. Qu’elle erreur de demander ce référendum, vous savez bien que tout dépend de la façon dont la question est posée..et le sera de façon. Inévitablement tendancieuse. C’est le retrait qu’il faut obtenir. Un point c’est tout.

  5. Un référendum ? N avions nous pas voté NON au dernier ? Etttt ……

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services