Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

L’Université LGBTI d’Aix-Marseille

Trouvé dans Minute :

Capture d’écran 2018-05-22 à 19.10.08

Partager cet article

21 commentaires

  1. Si je comprends bien , désormais la religion est une affaire privée et nos relations sexuelles une affaire public ??????

  2. tarés ils sont, tarés ils resteront. Quelle perte de temps et d’argent pour des débilités.

  3. Ces jeunes gens vont, dans chaque matière, chercher le biais qui les raccorde à leur préoccupation. Ils n’en sortent pas, et ne veulent en sortir. Ils se mordent la queue quoi!

  4. Depuis le temps que notre bateau sombre dans imbécillité ignominieuse, il est étonnant que nous puissions encore respirer !

  5. c’est la chienlit qui se répand partout.

  6. Cet article est la manifestation évidente de la décadence de l’Université. Pour ma part, professeur à l’Université, quand je dispense un cours, j’ai en face de moi des jeunes gens, de sexe masculin, et des jeunes filles, de sexe féminin. Deux précisions :
    (1) J’utilise deux catégories, et non trente-six : garçons d’un côté, filles de l’autre. Cela devrait, je pense, suffire pour décrypter de façon convenable le monde.
    (2) J’utilise le terme « sexe » et non l’aberrant terme « genre », terme qui n’a pas lieu d’être pour désigner une différence biologique et naturelle : car, quoi qu’en pensent certains esprits égarés, la biologie et la nature, ça existe. Le terme « genre » est en effet une catégorie grammaticale et linguistique : le substantif « lune » est du genre féminin, et le substantif « soleil » est du genre masculin.

  7. Dans le genre tarés, ils remportent la palme.

  8. Face à ces clowns , qui se prennent au sérieux , faut il en rire ou en pleurer ? Les deux, mon capitaine ! Rire face à ces imbéciles qui jouent les personnes sérieuses et dictés face à des théories , qui sont justes des erreurs de la nature , en pleurer car c est vraiment mettre bien bas notre civilisation d origine helléno-chretienne.

  9. Pardon ” doctes” et non dictés.

  10. Bonjour,
    J’ai fait mes études à la fac d’Aix en Ethnologie, et sachez que c’est effectivement l’un des centres où sont promues des aberrations du type “genriste” (voir Irène Théry de l’EHESS Marseille ou bien Laurence Hérault de la MMSH, qui possède d’ailleurs un poster noir et blanc en pied de l’immonde Thomas Beatie complètement à poil).
    Faisons juste un petit distinguo là où les “genristes” préfèreraient les amalgames et les confusions… de genre.
    Le genre culturel existe bel et bien : c’est le sens symbolique que donne une culture au sexe biologique. Ex : dans l’ethnie africaine Nuer, telle femme devient un “homme” symbolique qui remplace le conjoint d’une veuve. Mais bon sang… il ne viendrait à l’idée de personne que cette ethnie confonde sexe et genre ! D’ailleurs, si le genre culturel existe, c’est bien qu’il se fonde sur une réalité physique pour exister !!!!
    Distinguons donc le culturel et le biologique en considérant que les rapports symboliques entre ces dimensions rendent hommage en réalité aux complémentarités.
    Or, ce n’est pas en remplaçant le mot “sexe” par le mot “genre” dans une confusion sémantique (voulue) que la réalité biologique se transformera en “choix”…
    Dans l’université comme dans tous les milieux dits élitistes, le dogme idéologique remplace bien souvent la science. Et à Aix-Marseille en particulier, il n’est pas bon de se réclamer d’une opinion différente (ne serait-ce que celle dictée par la nature). Les girouettes “genristes” veillent à ce que leur diktat minoritaire écrase la majorité.
    Qui parle de “choix” ???

  11. au fou lachez les chiens. En matière de tarés on fait difficilement mieux

  12. Et en plus, la “définition” des intersexués n’est bien sûr pas exacte, car il y a des cas où l’évidence n’est pas visible et où les gens n’ont pas envie de croiser des marxistes ou des obsédés,idiots utiles de la marchandisation du sexe vendu en pièces détachés.
    les plus floués avec tout cela sont sans doute ces intersexués, qui ne sont pas né LGBT, et qui n’ont pas vocation à le devenir. le simple fait qu’il faille un sigle interminable et variable pour désigner des gens et non un nom clair et précis, dit assez que ces gens là vont vous atomiser avant de vouloir vous reconstruire à la carte. et de carte,payante et renouvelable sans doute, ne vaut que la leur.
    on parle au nom de l’humain et on vous vend à l’encan.
    ces facultés sont à fuir; et il faut que des humoristes nous parle du sérieux de ces universitaires, qui confondent la vie de leurs étudiants et une source de revenues.

  13. “L’Université LGBTI d’Aix-Marseille”
    Il y a erreur!
    c’est l’Universite “Bacchus” qui s’ouvre à Aix!
    “Bacchus” n’est-il pas le digne fils de Jupiter?
    “Jupiter” n’est-il pas le Président de la Raie publique Française!
    Cette Raie Publique dont l’origine remonte au Moyen Age, époque où les ruelles pavées des villes laissaient courir en leurs millieux cette rigole où se déversaient les eaux de pluie mais aussi les eaux usées et crottées de tous genres!
    Ne parlons pas des bacch-anales, avec cette université, elles vont faire florès….
    Les mystères dionysiaques seront les cursus diplômants de cette université, coiffant pour les meilleurs la couronne de lierre ou de laurier.
    Les entreprises (du 4×40), michetons de ces futurs couronnés n’auront plus qu’à choisir lierre ou laurier!

  14. Merci à @ “Mens sana…” de rappeler le cas de la sulfureuse Irène Théry directeur de recherches en Sciences Sociales
    A la fin des années 90, quand commença “l’opération LGBT”, la grande référence de l’église de France, en cette matière était justement Irène Théry (Membre du Comité de rédaction de la revue “Esprit”.) Mais elle était aussi chargée par le PS de “réfléchir aux “évolutions” de la famille”. C’est à elle que l’on doit l’expression piège de “famille recomposée” (scotomisant deux familles préalablement décomposées!)
    En 1997 elle tenait de sages discours du type : ” Il n’est pas question d’ouvrir aux homosexuels le mariage, qui institue la différence des sexes” ; mais en 03.99, dans l’Express, elle déclarait : “je suis heureuse que la gauche ait décidé de se donner les moyens de reconnaître le couple homosexuel” !
    Elle virait complètement en 11.2011, dans Télérama : ” La famille n’est pas en crise, elle est même remarquablement vivante. ” … ” Concubins, pacsés et mariés, couples unis et désunis, de sexe opposé et de même sexe : la pluralité a remplacé le modèle unique du couple marié et stable, par hypothèse hétérosexuel. Cette diversité ne nous divise pas car elle repose sur une valeur commune forte : l’idée que le couple est un lien qui vaut par lui-même, distinct du lien parents-enfants. ” …” – Je suis sûre que le problème, c’est ce fameux modèle « un seul père, une seule mère » qui fait de la filiation un mime de la procréation et empêche de saisir la diversité des histoires.” … ” il est grand temps que cela change : ils ne veulent pas rivaliser, mais s’ajouter a leur place propre, en un mot, élargir le cercle de famille…”
    Mais pourquoi tant d'”autorités” catholiques, y compris ecclésiastiques, misent elles, encore et encore, sur le mauvais cheval ?

  15. Un complément au commentaire de “Pierre | 23 mai 2018 14:22:54”
    “garçons d’un côté, filles de l’autre” est universel: si Pierre est un garçon en France (resp. si Marie est une fille en France), il (elle) l’est dans n’importe quel autre lieu.
    Étant une “catégorie grammaticale et linguistique” le genre n’est pas universel, mais variable selon les langues. Ainsi: “le substantif « lune » est du genre féminin, et le substantif « soleil » est du genre masculin.” est vrai en français. Mais, alors que l’astre des nuits est en français, “LA lune” féminin, mais en allemand “der Mond” masculin; tandis que l’astre du jour est en français “LE soleil” masculin, alors qu’il est féminin “die Sonne” en allemand.
    Mais il est à constater que la connaissance de la grammaire française, même élémentaire, se perd, et que bien peu d’élèves choisissent d’apprendre l’allemand…

  16. Il paraît qu’il faut faire de longues études pour arriver à ce niveau de bêtises.

  17. Et moi qui croyait bêtement qu’une université est faite pour enseigner…

  18. La descente continue… Ce qui est effarant effectivement, c’est le silence et le manque total de réactions des “autorités” légitimes !
    Bon, l’ haie duquassion nassionnalle, (rue de Grenelle) il n’ y a plus rien à en tirer ; l’Eglise de France est aux abonnés absents depuis Vatican II, Il n’y a même pas une autorité médicale ou scientifique pour rappeler la différence sexuelle naturelle ?
    Les tarés LGBT ont raison de vouloir s’imposer : quand il n’y a pas d’opposition décidée, pourquoi se gêner ? Et réalisent-ils bien que lorsque les barbus et les belphégors feront la loi dans les universités (ça va venir), les choses vont devenir compliquées pour eux ?

  19. ils vont exiger des toilettes séparées puis 10/20 aux examens pour ne pas être discriminées!
    et comme il est dit dans l’article, aucune remarque des “responsables” !

  20. Entendu sur RMC par Bourdin , la principale d un collège a envoyé une missive aux parents d eleves leur annonçant la presence d UN professeur habillé en femme et demandant à leur progeniture de respecter cet etat de fait . Reaction ? Moultes moqueries sur les reseaux sociaux , en somme une réaction saine et qui est monté au creneau , indignée ? Je vous laisse deviner : notre corse parisianisee , franc mac , l inénarrable Marlene ” sois belle et tais_toi” ! Ah celle_là si elle n existait pas…il n etait pas utile de l inventer.

  21. L’esprit fécond la matière fait cale.
    Telle devrait être la devise des 34

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.