Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

L’Université d’été de Renaissance Catholique : « Un très bon cru »

Communiqué de Renaissance catholique :

""Un très bon cru", c’est ainsi que Jeanne Smits rendait compte de notre université d’été dans Présent du 16 juillet dernier. Le nouveau lieu, le Carrousel de Baronville, à 20 kilomètres de Chartres, s’est révélé parfaitement adapté à l’accueil de plusieurs centaines de participants, attirés par le thème : Après la chrétienté ? La qualité des conférences, articulées autour d’un sujet unificateur, a depuis longtemps fait le renom de ces quatre journées d’études, de prières, de culture et de rencontres dans l’amitié française et la charité chrétienne. Tous les conférenciers ont été à la hauteur de l’événement, certains ayant eu le mérite supplémentaire de remplacer au pied levé tel ou tel empêché au dernier moment. Citons Antoine Quercy, François Vallançon, Guillaume de Thieulloy, Joël Hautebert, les abbés Claude Barthe et Guillaume de Tanoüarn, François-Xavier Bellamy… La librairie générale (DPF) a permis à chacun d’acquérir les travaux des différents conférenciers.

Cependant, la réelle nouveauté de cette année résidait dans l’organisation de 4 tables rondes autour des problématiques de politique, d’éducation, de défense de la vie et d’information. Il s’agissait de permettre à des acteurs engagés de témoigner des conditions de leurs actions avec leurs réussites mais aussi, comme pour toute œuvre humaine, leurs limites. Ces échanges, empreints d’une grande courtoisie, ont ainsi permis de confronter des choix plus complémentaires que vraiment antagonistes.

Ainsi la table ronde sur la politique a permis de réunir Jacques Bompard, député-maire d’Orange, Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, Bruno Gollnisch, député européen et Christian Vanneste ancien député de Tourcoing, alors que celle sur la lutte contre la culture de mort rassemblait autour de Jeanne Smits : Xavier Mirabel d’Alliance Vita, Thierry de la Villejégu de la Fondation Jérôme Lejeune, Grégor Puppinck du Centre européen pour la Justice et le Droit et Luc Perrel de Laissez-Les-Vivre–SOS Futures-Mères. Gabrielle Cluzel regroupait autour d’elle Anne Coffinier de la Fondation pour l’École, Thierry Aillet, directeur diocésain de l’enseignement Catholique du Vaucluse et Michel Valadier, directeur du groupe scolaire Saint-Dominique, après que Michel De Jaeghere eut mis sur le grill Michel Janva du Salon Beige, Laurent Dandrieu de Valeurs Actuelles, Philippe Maxence de L’Homme Nouveau et Aymeric Pourbaix de Famille Chrétienne.

Une soirée avec des résistants à la dénaturation du mariage (Enfants des Terreaux, Printemps Français, la Manif Pour Tous, etc.) est venue compléter ce tour d’horizon d’acteurs "qui se bougent". Chaque participant a pu rencontrer et partager un repas avec les personnalités qu’il souhaitait rencontrer, certaines étant là d’ailleurs comme universitaires : le sénateur Bernard Seillier, le professeur Xavier Martin, Hugues Revel responsable de Catholiques en Campagne, le docteur Xavier Dor, etc.

Au-delà de l’aspect purement intellectuel et doctrinal, cette XXIIe université d’été a ainsi renoué avec une de nos intuitions originelles : faire de cet événement un lieu de rencontres et d’échanges entre militants, responsables divers, intellectuels…
La dimension culturelle de notre combat pour la Chrétienté s’est incarnée dans la passionnante visite du château de Baronville par son propriétaire, notre hôte, le comte Aymeric de Rougé, complétée par celle de la cathédrale de Chartres dont le chœur vient d’être magnifiquement restauré ou celle du séminaire des barbelés fondé par l’abbé Franz Stock pour permettre à des séminaristes allemands, prisonniers de guerre, de poursuivre leurs études.

Plusieurs prêtres (Père Lecareux, Chanoine Merly, abbé Forestier) ont assuré le suivi spirituel des participants.
À l’occasion de cette université, marquée par une assistance plus nombreuse que l’année précédente, dont un nombre important de jeunes, ont été publiés les Actes de l’Université d’été 2011 au titre prémonitoire, L’Ordre immoral, avec les contributions de Mgr Tony Anatrella, Philippe Conrad, Laurent Dandrieu, Bruno Gollnisch, Philippe Isnard, Jean-Marie Le Méné, Anne-Marie Libert, Jean-Pierre Maugendre, Martin Peltier, Adélaïde Pouchol, Claude Rousseau, Michel Sarlon-Malassert, Jean Sévillia et Jacques Trémolet de Villers. Une roborative lecture d’été avant les combats de la rentrée."

Partager cet article