Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI / L'Eglise : Vie de l'Eglise

L’unité des catholiques, volonté et oeuvre de Benoît XVI

B16Jean-Marie Guénois livre une analyse pleine d'espoir sur la réconciliation de la FSSPX :

"Les uns derrières les autres, Benoît XVI a abattu, de toute son autorité de pape, les obstacles qui empêchaient une pleine réconciliation avec les disciples de Mgr Marcel Lefebvre.

Et si un accord final est annoncé dans les jours qui viennent, l'essentiel du travail a déjà été fourni par ce pape. 
– Rétablissement en 2007 – comme rite «extraordinaire» dans l'Église catholique – de la messe dite en latin, c'est-à-dire, selon le missel de Jean XXIII en vigueur avant le concile Vatican II.
– Levée des excommunications, en 2009, qui frappaient les quatre évêques ordonnés par Mgr Lefebvre.
– Lancement des discussions doctrinales entre le Saint-Siège et la fraternité Saint Pie X, la même année, à propos du concile Vatican II.

L'échec apparent de ces dernières, il y a un an, avait donné l'impression d'un échec total de la négociation. Le désaccord doctrinal entre les lefebvristes et Rome à propos du concile Vatican II est effectivement abyssal. On avait simplement oublié que l'objet de ces échanges n'était pas de trouver un accord, mais d'établir la liste des différences et de leur pourquoi.

C'est donc en parfaite connaissance de cause, et donc sans aucune ambiguïté, que Rome entend sceller cette unité retrouvée avec Ecône, fief des lefebvristes en Suisse. Elle passera probablement par l'attribution d'un statut spécial – une «prélature personnell» – déjà expérimentée par l'Opus Dei. Cette structure donne une véritable autonomie d'action dès lors que la foi catholique est partagée. Son supérieur rend compte directement au pape et non aux évêques.

Mais la vraie «révolution» que Benoît XVI  cherche à laisser aux yeux de l'histoire de l'Église  catholique est ailleurs. Elle touche non pas des aspects périphériques de l'Église catholique. Ceux-ci font d'ailleurs déjà bondir les groupes opposés à cette réconciliation. Lesdits «progressistes» de l'Église conciliaire qui voient les «acquis» du concile Vatican II remis en cause. Lesdits «ultras» des rangs lefebvristes qui voient là une trahison et une compromission avec la Rome moderniste.

Cette révolution a pour ambition une vision élargie de l'Église catholique. Le théologien Benoît XVI n'a jamais admis qu'en 1962, la bimillénaire Église catholique se coupe de la culture et de la force de son passé. Plus qu'une réconciliation avec les lefebvristes, il vise donc, par ce geste, une réconciliation de l'Église catholique avec elle-même".

Partager cet article

10 commentaires

  1. Une fraternité vraie ne peut se construire sur la Vérité,et non à ses dépens.

  2. Beau travail de la part de Benoît XVI pour l’unité de la Sainte Eglise.
    Les grincheux, d’un bord comme de l’autre, ne pourraient plus cacher leur MAUVAISE FOI et leur manque de charité…

  3. Proposition pour améliorer considérablement le service « Religion » du Figaro : virer tous les journalistes à part M. Guénois.

  4. Erratum:Lire « ne peut se construire QUE sur la Vérité »…Merci et pardon

  5. Oui, une solution canonique avec les disciples de Mgr Lefèbvre n’est pas seulement le retour de quelques brebis éloignées, c’est la fin du métaconcile qui a troublé toute la vie de l’Eglise depuis près de 50 ans.
    Evidemment, tous les problèmes de cohérence entre chrétiens ne seront pas réglés pour autant, mais nos frères retrouvés contribueront à enrichir l’Eglise.

  6. Pour Rome, mettre un tel chat en poche, c’est risquer d’y trouver quelques oursins sévères !

  7. Cette réconciliation est porteuse d’un si grand espoir pour la gloire de l’Eglise à venir qu’elle suffirait à elle seule à qualifier le pontificat de Benoît XVI comme étant une victoire providentielle et sans précédent dans la propagation du règne de Dieu sur la Terre…

  8. Oui, c’est la grâce de Dieu qui agit à travers Benoît XVI. Il rassemble l’Eglise; c’est ce que les prêtres demandent à chaque fois qu’ils célèbrent la Messe, en écho aux paroles du Chrit: » Qui’ls soient UN ». Au milieu de Carême,Dimanche de Laetare, nous avons chanté en nous réjouissant, à la communion: « Jerusalemn quae aedificatur ut civitas, cujus paricipatio ejus in idipsum », c’est à dire:  » Jérusalem est bâtie comme une cité dont tous les éléments se tiennent ». Voilà l’Eglise que reconstruit Benoît XVI. Merci à lui!

  9. La réconciliation avec la Fraternité Saint-Pie X de Monseigneur Lefèbvre est un
    véritable triomphe de Notre Pape Bien-Aimé Benoit XVI, le plus grand triomphe de son Pontificat !….
    Nous remercions la Divine Providence !…
    Peu importe les mécontents de part et d’autre,de toute manière il y a et il y aura toujours des mécontents…
    Merci Très Saint Père pour votre décision que nous attendions avec impatience : l’Eglise Catholique réconciliée avec Elle-même !….Quel miracle merveilleux!…
    Deo Gratias !…..

  10. Quelle joie, et aussi quel réconfort pour nous que de voir remonter dans la barque de Pierre ces frères catholiques dont nous avons le plus grand et le plus urgent besoin!
    Dieu veuille que notre Saint Père bien aimé reçoive ainsi son plus beau cadeau d’anniversaire, la récompense de ses efforts courageux et aimants, ad majorem Dei gloriam.

Publier une réponse