Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

L’unité de l’Eglise en France passe par Lourdes

Lu dans Monde & Vie (à paraître lundi), suite au pèlerinage de la Fraternité Saint Pie X à Lourdes dimanche dernier :

F "Le pape lèvera-t-il les excommunications frappant les quatre évêques présents ? Mgr Fellay demande à ses fidèles de réciter un million de chapelets entre le 1er novembre et le 25 décembre pour que cette perspective de paix se concrétise enfin. Pari fou ? Ou au contraire, comme le murmurent certains, geste purement théâtral de quelqu’un qui a déjà obtenu ce pour quoi il déclare faire prier ? Gageons que la vérité n’est ni d’un côté ni de l’autre. Une chose est certaine néanmoins à l’heure où nous écrivons : le texte latin de la levée des excommunications a déjà été rédigé, et on peut faire confiance à l’administration vaticane pour que les mots y soient pesés au trébuchet de la théologie la plus stricte. Mais il est loin d’être signé ! […] Mgr Fellay si on lui laisse le temps d’unifier ses troupes, semble disposé à rentrer dans un processus irréversible de retour à la normalité juridique. C’est ce que paraît indiquer ce bouquet spirituel qu’il entend porter à Rome pour la Noël. […]

Amour et désamour tiennent le devant de la scène, mais le vrai problème est plus profond: quelles garanties réelles Rome peut-elle apporter aujourd’hui à la Fraternité Saint-Pie X signant un accord ? Les fidèles transis qui suivent la messe dehors à Amiens, sans avoir obtenu un geste de l’évêque, Mgr Bouillerais, peuvent attester que les conditions psychologiques d’un accord fructueux ne sont pas encore réunies. Ce qui est embêtant, avec des symboles comme Amiens, c’est qu’ils banalisent l’absence de charité entre les protagonistes, au plus grand détriment de l’Eglise elle-même. C’est tout le contraire de ce que l’on a vu à Lourdes le weekend du Christ Roi [Mgr Perrier, évêque de Lourdes, avait mis à la disposition des pèlerins toutes les infrastructures du sanctuaire, avec une condition, qui sera scrupuleusement respectée : qu’aucune des messes publiques ne soit célébrée par un évêque].

Alors que les évêques français vont se réunir – c’est à Lourdes justement que cela se tient – au début du mois de novembre, on espère qu’ils feront un choix clair, en condamnant le scandale des divisions affichées en toute bonne conscience par certains d’entre eux, et en faisant, comme le pape le leur a demandé (c’était déjà à Lourdes au mois de septembre) le choix de la paix. Qu’ils répètent donc, après le Vicaire du Christ et au même endroit que lui, que «personne ne doit se sentir exclu dans l’Eglise». La solution réelle aujourd’hui est entre leurs mains."

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. Un texte rédigé n’est pas un texte signé. Voir le texte sur la libération de la Messe de saint Pie V, rédigé en 1989 par Jean-Paul II (qui n’a pas pu le signer en raison des pressions)… et signé en 2007 par Benoît XVI!
    La FSSPX a besoin de ces chapelets, d’ailleurs, le monde a besoin du chapelet.

  2. J’apprends la louable attitude de Monseigneur Perrier à l’égard de la FSSPX. C’est tout à son honneur ! Cela tranche sérieusement avec la façon dont sont traités les fidèles traditionnalistes par l’Evêque d’Amiens.
    Hélas, certains prélats au sein de la FSSPX semblent ne pas vouloir rentrer dans le giron de Rome, puisque certains abbés ( http://blog.institutdubonpasteur.org/spip.php?article103 ) n’hésitent pas à attaquer les “ralliés”.
    Aussi, plus que pour la levée des condamnations visant Monseigneur Lefebvre et les quatre Evêques consacrés par ce dernier en 1988 ; c’est en faveur d’une ouverture d’esprit de la part des membres et responsables de la Fraternité et de l’Eglise de France qu’il faut prier. Car pour faire la paix, il faut être unis de part et d’autre dans volonté de résoudre le conflit. Or, tant du côté de l’Eglise de France que du côté de la Fraternité, on sent bien des réticences – si ce n’est une franche hostilité – à une quelconque réconciliation.
    Le Pape se démène pour réparer la blessure de plusieurs décennies de conflits. Pourvu que ses efforts portent les fruits escomptés pour l’Unité et la Gloire de l’Eglise.

  3. le bouquet spirituel d’un million de chapelets n’est ni un pari fou ni un geste théatrale, mais une puissante supplique à la Vierge Marie. Ceux qui récitent ces chapelets implorent Notre Dame pour que, si Dieu le veut, cesse la dechirure de l’Eglise. Il faut avouer que l’intransigence de certains evêques européens et américains ne pourra être vaincu autrement que par la Grace.

  4. L’unité de l’Eglise en France seulement ?
    Il me semble que ce pèlerinage – par sa dimension internationale – a rappelé que la FSSPX n’était pas une société purement franco-française. De nombreux prêtres et fidèles sont venus des USA, du Canada, d’Argentine, du Mexique, des Philippines, du Gabon, et de bien d’autres pays.

  5. A Ennemond,
    Oui, mais à ma connaissance (peut-être me trompè-je), c’est surtout en France, en Belgique et en Suisse que des frictions existent entre la Fraternité et l’Eglise locale…

  6. A signaler tout de même que le pélerinage de Lourdes de la FSSPX a réunit environ 20 000 fidèles le dimanche (18000 hosties distribuées).
    L’idée du million de chapelet est riche et généreuse; en 2006, la FSSPX avait réuni 2,5 millions de chapelets pour obtenir la libéralisation de la messe de toujours. Ce qui fut fait l’année suivante.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.