Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’ultime soubresaut de l’union de la gauche

Alexis Brézet, directeur du Figaro, écrit :

"«Qui voit Sein voit sa fin.» Ce dicton bien connu des marins, François Hollande, entre deux averses, l'aura sans aucun doute chassé de son esprit. Comment ne pas y penser, pourtant, au vu de l'ahurissant spectacle qui se jouait ce lundi à Paris, cependant que le président de la République rendait hommage en Bretagne aux premiers héros de la France libre? Sur fond de défiance abyssale et de désastre économique, comment ne pas reconnaître dans ce gouvernement devenu fou, ce Parti socialiste fracassé, cette majorité en charpie, tous les ingrédients d'une crise de régime dont les conséquences sont encore incalculables, mais dont il est clair que le replâtrage gouvernemental annoncé pour aujourd'hui ne saurait les épuiser?

[…] Car ne nous y trompons pas: ce qui se joue sous nos yeux n'est pas (seulement) la querelle d'un ombrageux Catalan et d'un bouillant Bourguignon en bataille pour la prochaine élection présidentielle. C'est l'ultime soubresaut de l'union de la gauche. L'acte de décès d'un parti socialiste qui ne s'était converti à l'Europe que parce qu'il pensait la convertir aux charmes du keynésianisme et de la redistribution «à la française» et qui découvre, mais un peu tard, sous les coups de boutoir de la mondialisation, que le socialisme ne marche pas lorsqu'il n'y a plus rien à redistribuer!

Événement considérable. Il y avait depuis longtemps deux gauches dans le pays: une gauche sociale-étatiste, productiviste, anti-européenne ; et une gauche sociale-libérale, réaliste en matière budgétaire et attachée à l'Europe. La première est toujours de gauche, mais elle a décidé d'ignorer la réalité. La seconde a choisi le réel, mais elle ne sait plus très bien si elle est encore socialiste. Depuis hier, la ligne de fracture entre ces deux gauches, irréconciliables, passe officiellement au cœur du PS. On voit mal comment François Hollande, dans l'état d'affaiblissement qui est le sien, pourrait trouver les moyens politiques de surmonter ce nouveau défi. […]"

Partager cet article