Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

L’UE veut la fin des pharmacies à la française

La pharmacie est basée en France sur trois piliers règlementés :

  • une juste répartition sur le territoire nationale,
  • la compétence professionnelle des personnes qui délivrent les médicaments,
  • la propriété de la pharmacie – et d’une seule – par un pharmacien.

Mais voilà, ce dernier point en particulier gêne l’UE qui n’a de vue qu’économique et considère la pharmacie comme un marché comme un autre, qui doit être libéralisé et par conséquent, représenterait un marché juteux aux dividendes intéressants.
La Commission européenne a envoyé une mise en demeure à la France lui demandant de changer ce troisième pilier, ce qui ouvrirait le marché aux grands groupes commerciaux. Elle a deux mois pour répondre.
Les conséquences en seraient totalement absurdes : En plus de la hausse des prix (et donc des contributions sociales ou du déficit de la Sécurité sociale?), un CAP vente pourrait se retrouver vendeur au rayon pharmacie de votre grande surface. 
Mais le diktat de l’UE est prononcé et la France a peu de chance de garder son système, car en s’inféodant au système européen, elle a du même coup perdu toute liberté d’action au profit d’une soumission totale et sclérosante :

"Si la réponse française ne satisfait pas la Commission, elle pourra
inscrire à une prochaine réunion du collège infraction, pas avant cet
automne, une saisine de la CJCE (Cour de justice des Communautés
européennes de Luxembourg, NDLR) qui statuera sur les arguments des
deux parties et dira si le régime français est conforme au droit
européen (…)
A l’issue de ce jugement, qui peut prendre un an à un an et demi, la
France devra appliquer la décision et, le cas échéant, mettre son droit
en conformité
".

Qui a encore l’audace d’agiter le leurre de l’indépendance nationale? Qui est aujourd’hui le maitre en France? Le peuple par ses élus ou la nébuleuse de Bruxelles?

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. Il est clair que l’UE fait la loi chez nous, mais cet exemple de pharmacie est peut-être mal choisi.
    En effet, en dehors des groupes commerciaux que vous évoquez, il peut-être intéressant de permettre à un préparateur (ou à une préparatrice) d’être propriétaire d’une pharmacie, s’il (ou elle) emploie un pharmacien diplômé.
    Je ne vois vraiment pas ce qu’il y aurait de choquant là-dedans…

  2. L’immense majorité des pharmaciens français n’ont malheureusement aucune conscience éthique, et l’Ordre des Pharmaciens a sanctionné l’objection de conscience des rares pharmaciens catholiques refusant de vendre des produits contraceptifs. Les pharmaciens fraçais vendent la pilule du lendemain et toutes les autres, mettent en évidence les préservatifs d’une façon peu délicate pour les enfants,et surtout proposent un fratras de produits et accessoires cosmétiques et autres qui n’ont rien de pharmaceutique, plus proche de la parfumerie que du médicament. Le tout dans un cadre de monopole professionnel et géographique qui n’a guère de justification.
    Ce qui est choquant est que cela va aboutir à une spoliation financière pour beaucoup d’entre eux, dont le fonds de commerce est la seule garantie d’une retraite décente.
    Mais de toute façon, les réseaux de distribution et de livraison de médicaments (grossistes) ont déjà programmé la mort lente des pharmacies rurales, en imposant des seuils de commande supérieurs au C.A. de chaque officine, pour les obliger à se regrouper, ou à disparaître.
    Et cela sans l’Europe communautaire : la Sécurité sociale française a faussé par sa réglementation le fonctionnement normal du marché. Ainsi en interdisant aux pharmaciens l’exercice de laboratoire d’analyse, comme auparavant, elle a privé les pharmaciens de toute indépendance financière par rapport aux laboratoires pharmaceutiques. La vente du médicament étant de moins en moins rentable, du fait de la diminution des marges, il ne reste à beaucoup d’officines que le choix de la para pharmacie pour demeurer rentables.
    L’Europe s’attaque au monopole commercial du pharmacien. Mais l’état français a déjà asphyxié cette profession, par son monopole de l’assurance maladie, et par les monopoles professionnels accordés à d’autres professions annexes, jadis librement accessibles aux pharmaciens. L’Europe ne fait que déreglementer une profession déjà mise en difficulté croissante par l’état français.
    L’europe est détestable à bien des égards, mais l’état français l’est encore plus : ayant ôté toute liberté économique, il rend difficile toute adaptation au libre marché.

  3. Il est réellement grand temps d’envisager d’envoyer Bruxelles “aux pelotes” et de redevenir “maitres chez soi”!
    Car enfin, quel est l’intérêt pour l’EU de s’occuper de ce genre de choses sinon par volonté “d’equiquiner” tout ses membres pour le seul plaisir de permettre aux commissaires de se prendre pour le maitres du monde […]
    “Ras le bol” de cette Europe là!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services