Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Luc Chatel veut l’identité nationale à l’école

La mode du jour va franchir le seuil de l'Education nationale. C'est une bonne idée et puisque les bonnes idées sont censurées sur le site officiel du gouvernement dédié à la question, je n'en propose qu'une : relever l'enseignement et le niveau de la langue française qui reste le seul vecteur d'une culture, fondatrice d'une identité.

Quand on observe le niveau de français exigé pour rentrer en sixième (en bas de cette page) et le niveau atteint (site du Sénat) on se dit qu'il n'est pas besoin de débat politisé ou électoraliste, mais seulement de travail et de bon sens (cliquer sur l'image)!  Puis ensuite, il faudra passer à l'histoire (la vraie), la géographie (de la france, puis de l'Europe), etc.

Lu sur Sed Contra :

Cop "En langue française, c’est la maîtrise de la propriété des termes et des constructions grammaticales, incluant le conditionnel et le subjonctif, qui détermine la capacité à raisonner, discuter, convaincre, comme la forme interrogative et le bon usage du vocatif induisent la courtoisie des relations avec le prochain. On se reconnaît soi-même et se fait reconnaître comme Français au mot juste, à la clarté des constructions verbales, à l’élégance et à la précision des écrits. Peu importe qu’il n’y ait point d’égalité possible dans la maîtrise d’une langue aussi riche et rigoureuse que la nôtre : c’est le sentiment d’appartenance et la tension vers un modèle d’exception, reconnu comme tel, qui peut et doit créer le consensus patriotique, au quotidien.

Dans un pays où une part grandissante de la population, autochtone ou non, ne sait plus lire, écrire ni parler sa langue nationale, au point de s’exprimer sans vergogne avec moins de trois cents mots ou phonèmes significatifs différents, l’identité nationale est menacée de disparition à court terme, quelles que soient la religion de ses habitants, leur origine ethnique et la couleur politique de son gouvernement".

Partager cet article

6 commentaires

  1. Oui, la langue française – dans sa richesse, sa rigueur, sa courtoisie – reste bien un signe de reconnaissance et un dénominateur commun non polémique qu’il convient de sauvegarder (ou plutôt de restaurer) à tout prix.
    Pour vivre ensemble, la courtoisie est essentielle. Pour travailler ensemble, il faut parler le même langage. Pour progresser ensemble dans le débat des idées, c’est encore plus évident. Qu’on soit de gauche ou de droite, anarchiste ou libéral, chrétien ou agnostique, il me semble qu’on devrait pouvoir mettre tout le monde d’accord là-dessus.

  2. Ma belle soeur, professeur agrégé de lettres avait mis des 4 et 5, pour ne pas mettre 0, à des copies de Baccalauréat rédigées en langage SMS ou bourrées de fautes de français ou d’orthographe. A la réunion des correcteurs avant la publication des résultats elle s’est dire “Madame P vous n’êtes pas payé pour mettre des mauvaises notes” et a été contrainte de mettre la moyenne.
    Etonnez vous !

  3. fait dire

  4. J’ai entendu sur France Info que Monsieur le ministre parlait du débat sur l’identité nationale et non pas qu’il la voulait à l’école. Cela se ferait sous la direction des professeurs durant les cours de civisme. Sur la même radio , les professeurs n’étaient pas d’accord….

  5. Est-ce l’identité nationale ou le débat sur cette dernière que monsieur Chatel désire à l’école? France Info parlait du débat qui aurait lieu durant les cours de civisme…..Quelqu’un a t’il la bonne information????
    [Que ce soit le débat ou l’identité nationale elle-même, c’est la même chose : du temps perdu pendant que les élèves ne savent plus parler françis! Lahire]

  6. Certains titulaires d’un Bac + 3 (condition requise pour s’inscrire), préparant le concours de recrutement de professeur des écoles (ex-“instituteurs”) emploient indifféremment “ces” ou “ses” dans un écrit de moins d’une demi-page à rédiger chez soi.
    Est-ce si différent de “traire” en sixième (“trahir” probablement?)…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]