L’ouverture en voici en voilà

Le nom de Claude Allègre circule bruyamment dans la presse. Mais ce n'est pas le seul. Evidemment, Nicolas Sarkozy ne conçoit "l'ouverture", que comme un raccolage de la gauche. Richard Descoings, directeur de Sciences Po, déjà en charge d'une mission sur la réforme du lycée, pourrait aussi entrer au gouvernement. A l'Education nationale par exemple.

D'autres noms sont cités, comme l'adjoint à la Culture de Bertrand Delanoë, le sinistre Christophe Girard.

À "droite", on évoque le retour de Christian Estrosi. Et le centriste Michel Mercier, le député Pierre Morel-A-L'Huissier (148e), pour le secrétariat d'État aux Affaires rurales.

Parmi les partants, reviennent les noms de Roger Karoutchi, Christine Boutin et Anne-Marie Idrac.

2 réflexions au sujet de « L’ouverture en voici en voilà »

Laisser un commentaire