Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France / L'Eglise : Vie de l'Eglise

Lourdes : un 69ème miracle reconnu

Lu ici :

"A 34 ans (elle est née en janvier 1946), en 1982, Mme Castelli commença à souffrir d'hypertension artérielle, sans que les examens n'en révèlent la cause. 

Toujours en 1982, une radio et des ultra-sons ont révélé une masse para-utérienne et un utérus fribomateux. Son mari, médecin, originaire d'Iran, vivant en Italie, a conseillé une intervention chirurgicale: ablation des ovaires et de l'utérus. En novembre de la même année, elle dut subir une ablation partielle du pancréas.

En novembre 1983, une scintigraphie a révélé la présence d'une tumeur sécrétant trop d'hormones et de neuro-transmetteurs. Différentes interventions ne réussirent cependant pas à la libérer de toutes ces cellules produisant des substances chimiques provoquant les crises d'hyper-tension: aucune amélioration jusqu'en 1988.

Pendant huit années de calvaire, elle aura été soumise à huit interventions chirurgicales pour une tumeur qui semblait désormais l’avoir presque entièrement consumée. 

Son mari s'apprêtait à la conduire aux Etats-Unis pour de nouveaux soins.

Mais, auparavant, en mai 1989, il a accompagné sa femme en pèlerinage à Lourdes : elle pensait que ce serait le dernier voyage de sa vie. 

Cependant, elle alla se baigner aux "piscines" – grandes vasques ressemblant plutôt à des baignoires – pour s'immerger dans l'eau de la source, geste traditionnel des pèlerins, en s'abandonnant à la prière de la Vierge Marie. 

Elle en ressentit un immense bien-être: son mari lui-même, qui l'attendait après ce bain, était persuadé qu'elle allait mieux. Effectivement, elle n'eut plus jamais de tension dangereusement élevée et n'eut plus besoin de son traitement: elle était complètement rétablie. 

Peu après, elle vint témoigner auprès du Bureau des Constatations Médicales de Lourdes qu'elle aurait été immédiatement guérie.

Elle revint devant le bureau cinq fois (1989, 1992, 1994, 1997 et 2010, fin septembre, plus de 100 professionnels de santé) et le Bureau a certifié la guérison par un vote unanime des médecins (une abstention), avec ce commentaire: "Mme Castelli a été guérie du syndrome dont elle souffrait de façon complète et durable à partir de la date de son pèlerinage à Lourdes (en 1982), il y a 21 ans, et sans rapport avec les thérapies et opérations qu'elle a subies". Depuis lors, ajoute le Dr De Franciscis, Mme Danila Castelli a repris une vie tout à fait normale".

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Avant la Messe ce soir de 19 h, j’ai fait part, grâce au Salon beige, de la reconnaissance officielle du 69° miracle par l’intercession de l’Immaculée Conception.
    Pendant la Messe s’est déroulé un autre événement qui aurait pu être mortel. En effet, une gargouille sous le clocher s’est détachée et en tombant a frôlé le dos d’une jeune fille qui buvait avec des amis à la terrasse du bistrot voisin de notre Cathédrale. Un autre personne fut légèrement blessée mais sans gravité.
    Heureusement qu’un marronnier était là pour amortir en partie la chute de cette grosse pierre.
    Mon confrère Sacristain (bientôt mon successeur) m’a demandé de prier pour cette jeune personne. Pendant la Prière Eucharistique, le Célébrant l’a mentionnée.
    Notre Saint Sauveur a fait des merveilles.

  2. Je suis un peu surpris de la rapidité de la reconnaissance des deux “miracles” attribués à Jean-Paul II comparée à la prudence et au long délai de mise pour tous les miracles de Lourdes.
    Il faut en outre noter la très faible proportion de miracles réellement déclarés comme tels par Le Bureau des Constatations: 69 seulement en plus de 150 ans, sur 8000 guérisons inexplicables signalées.
    L’Eglise a-t-elle un double standard en cette matière? On aimerait avoir une étude sérieuse.

  3. La procédure de reconnaissance des guérisons inexpliquées est très a Lourdes est très particulière. Elle a été mise en place dans le contexte de scientisme et de rationalisme hostiles tant aux miracles qu’à l’institution ecclésiale. Elle remplit bien son office : vous ne voyez pratiquement jamais de contestation de ses avis. Il ne reste aux personnes hostiles qu’à rejeter tout ces miracles en bloc comme des supercheries, mais au cas par cas les dossiers de Lourdes sont très solides.
    Les autres miracles sont reçus sur des bases beaucoup plus souples, beaucoup moins formalisées, sans nul doute.

  4. Le fait qu’un miracle ne soit pas officiellement reconnu n’en enlève pas sa valeur: une grâce divine manifeste accordée par le Tout Puissant Lui-Même, dans des circonstances précises.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services