Bannière Salon Beige

Partager cet article

Institutions internationales

L’opacité de certaines ONG

Un rapport (pdf de 40 pages) de deux anciens députés, Bernard Carayon (UMP) et Jean-Michel Boucheron (PS), pointe l'opacité de financement de certaines ONG.

Les
ONG sont devenues des acteurs d’influence essentiels de la « société
civile ». En France, les ressources gérées par le secteur associatif
(fondations comprises) s’élèvent à 70 milliards
d’euros, soit près de 3,5% du produit Intérieur Brut
, plus que le budget de  l’Education Nationale. La
transparence des associations a progressé : leurs statuts sont
disponibles en préfecture, leurs comptes sont publiés lorsqu’elles
reçoivent plus de 153.000 euros de financement et les organismes
qui font appel à la générosité du public ont l'obligation de décrire
l'emploi des fonds collectés.

Ces
contraintes sont globalement très bien respectées par les associations
sportives, culturelles ou caritatives. Mais singulièrement moins par les
ONG les plus riches, les plus puissantes,
les plus activistes, à l’instar de Greenpeace, de Transparency
International (TI) et de Trace
, qui jouent pourtant un rôle majeur
dans les processus de décision publique, en particulier auprès de la
commission européenne et des organisations internationales.
Plusieurs rapports parlementaires ont souligné la difficulté d'accès
aux informations élémentaires sur les financements des ONG et leur
gouvernance.

TI par exemple,  n’est indépendante ni financièrement ni culturellement:
son existence doit tout à des fondations (Bill Gates et Soros) et des
multinationales anglo-saxonnes (BP, Shell,
General Electric, Procter & Gamble) ou encore des institutions
gouvernementales (l’Agence américaine pour le développement
international – USAID, notoirement proche de la CIA).  TI-UK, la branche
britannique de l’ONG, est financée à près de 60% par le gouvernement
britannique via le Departement of International Developement.

TI
a acquis ses titres de noblesse en évaluant la transparence des Etats :
l’ « indice de perception de la corruption », défini à partir d’un
panel totalement opaque de « personnalités », classe
curieusement la France au même niveau – 22ème – que les Bahamas. Il
serait opportun que l’organisation publie les critères de composition
de son panel, ainsi que le nom de ses principaux donateurs privés, pays
par pays. Il serait souhaitable aussi que
cette vertueuse ONG exerce ses talents avec autant d’équité dans les
pays du Golfe, en Russie et en Chine, qu’en Europe !

Trace,
consœur de TI, est dirigée par Alexandra Wrage, ancienne directrice
dans le groupe américain de défense, Northrop Grumman, dont l’éthique a,
pour le moins, été sujette à débat! L’ONG
propose de fournir des intermédiaires « vertueux » (agents,
consultants, fournisseurs, sous-contractants) aux entreprises et
gouvernements pour leurs relations d’affaires internationales. Ceux qui
refusent, bien sûr, s’exposent au soupçon.
Bel exemple d’un « business model » de l’éthique au service d’une stratégie inspirée par la puissance dominante :
certaines grandes entreprises américaines, avec l’aide de leur
gouvernement, ont su développer des pratiques habiles de contournement
de
la convention OCDE, pendant que des ONG comme Trace, pointaient du
doigt les concurrents moins « organisés ».

Greenpeace enfin, est bien connue pour ses coups d’éclat médiatiques, et moins pour son opacité.
Le rapport, en 2011, des députés Jean-Michel Boucheron (PS) et Jacques Myard (UMP) avait souligné qu’
« à l´évidence, Greenpeace est une organisation opaque, qui ne souhaite pas faire trop de lumière
sur ses méthodes et surtout ses financements
 »
. Et
lorsque Greenpeace fut invitée par les deux parlementaires à présenter
ses comptes, l’organisation prétexta qu’« on ne discute pas avec un
parti politique (l’UMP !) qui prône la violence ou
des valeurs contraires à la solidarité et au respect des autres 
(sic !)
».

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services