Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

L’ONU met en garde la Belgique contre l’euthanasie

L’ONU met en garde la Belgique contre l’euthanasie

Lors de la session du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, qui s’est tenue à Genève il a 10 jours, les implications de la loi belge sur l’euthanasie ont été remises en question. Bruxelles a légalisé l’euthanasie en 2002, pour des patients adultes dont l’état physique ne permettait pas d’espérer une amélioration médicale raisonnable. En 2014, la loi a été étendue (comme d’habitude) pour euthanasier des mineurs, et sans limite d’âge. Et au fil des années, les critères se sont étendus : “lassitude de vivre”, déception amoureuse, etc.

L’avocat Giorgio Mazzoli, qui représente ADF International aux Nations Unies, a déclaré :

“Une société juste prend soin des plus vulnérables”. “Le droit international protège le droit inhérent de chacun à la vie et exige des pays qu’ils protègent la dignité et la vie de tous les individus plutôt que de contribuer à y mettre fin.” “Malheureusement, au fil des ans, nous avons assisté à une spirale hors de contrôle de la loi belge sur l’euthanasie”.

L’avocat a rappelé le cas d’une femme de 24 ans en Belgique en 2015 qui a demandé l’euthanasie en raison d’une dépression alors qu’elle était en bonne santé physique.

“Il n’y a rien de progressiste dans un gouvernement qui refuse de fournir une assistance et un soutien à ceux qui en ont le plus besoin”. “Nous demandons instamment au gouvernement belge d’accepter les recommandations qu’il a reçues sur cette question : mettre fin à l’euthanasie et réorienter les ressources vers l’amélioration des soins palliatifs”.

La Belgique a également été appelée à rendre compte de l’application de la loi sur l’euthanasie devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). L’accusation de manquement à la protection de la vie émane en l’occurrence d’un homme, Tom Mortier, dont la mère, souffrant de dépression, a été soumise à une “mort douce” en 2012.

“Ma mère avait un grave problème mental. Elle a dû faire face à la dépression toute sa vie”. “Elle a été traitée pendant des années par des psychiatres et le contact entre nous a fini par être coupé. Un an plus tard, elle a reçu une injection létale. Ni l’oncologue qui a administré l’injection ni l’hôpital ne nous avaient informés, moi ou l’un de mes frères et sœurs, que notre mère envisageait l’euthanasie. Je l’ai appris le lendemain quand j’ai été contacté par l’hôpital, qui m’a demandé de m’occuper des modalités pratiques.”

Robert Clarke, directeur adjoint de l’ADF International, qui représente M. Mortier devant la Cour, récise :

“Selon le dernier rapport du gouvernement [belge], plus de six personnes par jour sont euthanasiées de cette manière, et ce n’est peut-être que la partie émergée de l’iceberg. Les chiffres révèlent la vérité : une fois que ces lois sont adoptées, l’impact de l’euthanasie ne peut être contrôlé “.

Que ceux, en France, qui militent activement pour l’euthanasie ‘encadrée’, en prennent de la graine.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Dans le même temps, l’ONU veut imposer l’avortement comme droit imprescriptible des femmes “libérées” et met la Belgique en garde contre les lois excessives relatives à l’euthanasie.
    Cherchez la cohérence…

  2. Mais je pense depuis longtemps que ceux qui militent pour l’euthanazie doivent être euthanasiés en premier et tout de suite parce qu’en fait ils sont gravement dérangés du cerveau ce qui doit être suivi d’une mort rapide et réaliser leur logique mortifère.

  3. Pour une fois, l’ONU fait un boulot positif

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services