Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Léon Dehon

C’est un article calomnieux que signe une fois de plus l’anticlérical Tincq, à l’égard d’un prochain bienheureux de l’Eglise catholique : le Père Léon Dehon. Reprenant le mythe de l’antisémitisme de l’Eglise, Tincq se livre à un impitoyable exercice de décrédibilisation de l’institution ecclésiale, incapable selon lui de distinguer un saint d’un… nazi ! Aussi historien que catholique (…), Tincq, devenu l’avocat du diable (son maître es mensonges), accuse le prêtre d’avoir été "animé d’une ardente haine antisémite".

Une perle parmi tant d’autres : Tincq affirme sans ambage que le Pape Léon XIII a "pris ses distances" avec le fondateur des prêtres du Sacré-Coeur à cause de son antisémitisme. Or, le Pape Léon XIII l’a nommé consulteur de la congrégation de l’Index (qui dépend de ce qui s’appelle aujourd’hui la Congrégation pour la doctrine de la Foi)… Il termine son torchon d’article par un appel insolent à Benoît XVI, qui "devra arbitrer ce délicat conflit". Mais ce conflit n’existe que dans la tête du salisseur de mémoire du Monde.

Le Père Dehon a publié La rénovation chrétienne sociale, livre dans lequel il prend la défense d’une démocratie chrétienne mise en accusation, alors qu’à ses yeux elle a pour mission d’implanter l’Église dans une société devenue démocratique. La démocratie chrétienne n’est pas un parti politique mais "l’Église en tant qu’elle favorise les intérêts du peuple par la pratique de la justice et de la charité. La démocratie chrétienne, c’est l’action populaire catholique". En 1877, il se décide, au bout d’un long cheminement spirituel, à fonder sa propre congrégation, les Prêtres du Sacré-Cœur.

La vie et l’œuvre de Léon Dehon sont le type même d’une authenticité chrétienne dans l’ordinaire d’une existence humaine sans éclat, mais particulièrement intense. Le modèle de sainteté proposé par la spiritualité dehonienne ne se complaît ni dans l’extraordinaire ni dans le merveilleux. Il se vit dans les multiples événements d’un quotidien assumé en Dieu.

Michel Janva

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services