Bannière Salon Beige

Partager cet article

Institutions internationales

L’OIF exhorte les nations à adhérer à la Déclaration du Consensus de Genève

L’OIF exhorte les nations à adhérer à la Déclaration du Consensus de Genève

Lu sur IFN :

Historique et actualité

Le 22 octobre 2021 marque le premier anniversaire de la signature de la déclaration du consensus de Genève (GCD)1 par des dirigeants sages et courageux de nombreuses nations – 32 à l’époque, et bientôt rejoints par 2 autres, représentant en tout2 un cinquième de la population de la planète – agissant pour protéger leurs sociétés en protégeant la santé des femmes, la vie à naître, la souveraineté nationale et la famille. La cérémonie de signature 3 a été introduite par Valerie Huber, Représentante Spéciale pour la Santé Mondiale des Femmes du ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS) et architecte du GCD.

Ce jour est historique ! Des hauts fonctionnaires de gouvernements représentant toutes les régions du monde et plus de 1,6 milliard de personnes se tiennent virtuellement ensemble : ministres, ambassadeurs, membres du Congrès et du Parlement, etc. Nous sommes également rejoints par des ONG du monde entier qui célèbrent l’événement historique d’aujourd’hui.

Elle a noté que les six pays parrains4 avait développé le GCD pour qu’il soit le point culminant du Sommet Mondial sur la Santé des Femmes en lien avec l’Assemblée Mondiale de la Santé en mai 2020, mais lorsque ce calendrier a été bouleversé par COVID-19, la décision a été prise de lancer indépendamment le GCD “parce que les gains de santé pour les femmes ne peuvent pas attendre. Soutenir la valeur intrinsèque de la famille ne peut pas attendre. La protection de la vie, née et à naître, et la souveraineté des nations à établir leurs propres lois sur cette question, ne peuvent pas attendre.”

La nécessité de se défendre

La cérémonie de signature a été présidée par le secrétaire d’État à la santé, Alex Azar, qui a expliqué : “La déclaration est bien plus qu’un énoncé de convictions ; c’est un outil essentiel et utile pour défendre ces principes dans tous les organes des Nations Unies et dans tous les cadres multilatéraux, en utilisant un langage préalablement accepté par les États membres de ces organes.” La référence de M. Azar à la “défense” fait allusion à la situation que Mme Huber avait rencontrée lorsqu’elle était Représentante Spéciale pour la Santé des Femmes dans le Monde, comme elle l’a expliqué par la suite.

Je me suis retrouvé à plusieurs reprises dans l’obligation de présenter des excuses à des responsables étrangers pour ce qu’ils considéraient comme une tentative de “colonisation idéologique” de leur pays aux mains des administrations Clinton et Obama. En particulier dans les pays en développement, les responsables ont décrit en privé la pression intense exercée par les États-Unis pour qu’ils abandonnent les valeurs fondamentales qui définissent leurs nations, parfois accompagnée de la menace de perdre une aide étrangère vitale s’ils ne cèdent pas. Des conversations privées avec des diplomates de divers pays ont révélé un sentiment répandu selon lequel les États-Unis nommeraient ces pays et leur feraient honte simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec les positions occidentales progressistes sur l’avortement ou les questions familiales. Souvent, les États-Unis se joignent à des coalitions de pays progressistes pour faire monter la pression. Des pays ont même été contraints de rappeler leurs diplomates s’ils défendaient trop efficacement leurs convictions fondamentales dans les enceintes internationales.

Mme. Huber a compris que ce qu’il fallait, c’était la force d’une coalition, ce qui est devenu encore plus évident le premier jour de la présidence Biden, le 20 janvier 2021.

Il était un peu surprenant que le jour de l’inauguration, la seule politique que j’ai vue disparaître du site web du gouvernement était toute mention de la Déclaration du Consensus de Genève. Peu de gens aux États-Unis étaient au courant de cette affaire, et pourtant elle a été retirée si rapidement. Cela m’a montré qu’il y avait vraiment beaucoup de valeur dans cette coalition, et qu’en fait elle pouvait être efficace pour protéger la vie et la famille sous l’administration actuelle. Lorsque vous êtes dans une coalition, cela multiplie votre voix, et cela multiplie votre capacité à avoir une influence. Il est également plus dissuasif pour ceux qui exercent l’intimidation ou la pression de s’en prendre à autant de pays à la fois.

L’exemple du Guatemala

Huit jours après son entrée en fonction, le président Joe Biden a officiellement retiré les États-Unis du GCD le 28 janvier 2021. Mais cela n’a pas découragé le président guatémaltèque Alejandro Giammattei, qui le 12 octobre 2021, a signé la GCD lors d’une cérémonie impressionnante 5 témoignant de son ardent soutien. Mme.Huber, qui a également pris la parole lors de l’événement, a ensuite félicité le président pour son courage.

Le Guatemala et le président Giammattei méritent des louanges de la presse, car ils ont fait preuve de courage en défendant les valeurs de leur pays. Il aurait pu se contenter de signer discrètement, mais il a préféré organiser un événement très médiatisé, inviter la presse, les membres de son cabinet et d’autres dirigeants du pays. Il disait essentiellement : C’est important pour notre pays, nous n’allons pas changer d’avis, nous n’allons pas céder aux pressions extérieures et nous sommes fiers de rejoindre cette coalition. J’espère vraiment qu’à la suite de son action publique et courageuse, de nombreux autres pays rejoindront la Déclaration et la Coalition du Consensus de Genève.

Les quatre piliers

Pourquoi d’autres pays devraient-ils adhérer ? Lors de la cérémonie de signature en 2020, le secrétaire d’État Mike Pompeo a parlé des quatre objectifs énoncés dans la GCD comme étant “les piliers de cette déclaration”. Il se trouve qu’ils sont également les piliers de toute nation libre et prospère.

  • La santé des femmes. La GCD souligne “le droit égal des hommes et des femmes de jouir de tous les droits civils et politiques”6 réaffirme “la contribution des femmes au bien-être de la famille et au développement de la société,”7 reconnaît que “la couverture sanitaire universelle est fondamentale pour atteindre les objectifs de développement durable liés non seulement à la santé et au bien-être,”8 et s’engage à “améliorer et garantir l’accès des femmes aux avantages de la santé et du développement, y compris la santé sexuelle et reproductive, qui doit toujours promouvoir une santé optimale, le meilleur état de santé possible, sans inclure l’avortement”. Commentaire : Le jour de l’an 2020, le pape François a déclaré : ” Si nous voulons un monde meilleur qui soit une maison de paix et non une cour de guerre, nous devons prendre à cœur la dignité de chaque femme….. Une victoire pour les femmes est une victoire pour toute l’humanité.”9 Le rôle unique des femmes dans la bénédiction de l’humanité a été abordé par l’archevêque Bernardito Auza lors de la Commission sur le statut de la femme de 2015 : “Jean-Paul II a qualifié de “génie féminin” cet éclat particulier des femmes à prendre soin de la dignité intrinsèque de chacun et à nourrir les dons des autres. Aujourd’hui, nous sommes ici pour réfléchir à ce génie féminin, pour le célébrer, pour en remercier Dieu, et pour en remercier et louer les femmes.”10
  • La vie à naître. Le GCD réaffirme la “dignité et la valeur inhérentes de la personne humaine”11 et que “l’enfant… a besoin d’une protection et de soins particuliers… avant comme après la naissance,”12 et que “la maternité et l’enfance ont droit à une attention et une assistance particulières”,13 et souligne qu’”en aucun cas, l’avortement ne doit être promu en tant que méthode de planification familiale” et que “toute mesure ou modification relative à l’avortement au sein du système de santé ne peut être déterminée qu’au niveau national ou local, conformément au processus législatif national.”14 Commentaire : En 1981, Mère Teresa a lancé l’appel suivant : “Protégez l’enfant à naître, le plus grand don de Dieu pour chacun de nous et pour le monde.” L’année suivante, lorsqu’elle s’est adressée à la classe de diplômés de Harvard, elle a qualifié l’avortement de “l’une des plus grandes pauvretés” et a ajouté : “une nation, un peuple, une famille qui permet cela, qui accepte cela, sont les plus pauvres des pauvres.” Et s’exprimant en 1994 au National Prayer Breakfast, elle a déclaré : “le plus grand destructeur de la paix aujourd’hui est l’avortement, car c’est une guerre contre l’enfant, un meurtre direct de l’enfant innocent….. Tout pays qui accepte l’avortement n’apprend pas à son peuple à aimer, mais à utiliser n’importe quelle violence pour obtenir ce qu’il veut.”15
  • La souveraineté nationale. Le GCD réaffirme “le consensus international de longue date selon lequel chaque nation a le droit souverain de mettre en œuvre des programmes et des activités conformes à ses lois et à ses politiques”, et réaffirme “l’importance de l’appropriation nationale et le rôle et la responsabilité primordiaux des gouvernements à tous les niveaux pour déterminer leur propre voie vers la réalisation de la couverture sanitaire universelle, conformément aux contextes et aux priorités nationales”.16 Commentaire : Réunis à Moscou en octobre 1943, les gouvernements alliés des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Union Soviétique et de la Chine ont déclaré conjointement qu’ils reconnaissaient “la nécessité d’établir à la première date possible une organisation internationale générale, fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous les États pacifiques, et ouverte à l’adhésion de tous ces États, grands et petits, pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales”. Ce principe fondamental du droit et de l’ordre international a été consacré par l’article 2.1 de la Charte des Nations Unies : “L’Organisation est fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous ses Membres.”
  • La famille. Le GCD réaffirme que “la famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État”17 et s’engage à “soutenir le rôle de la famille comme fondement de la société et comme source de santé, de soutien et de soins”. Commentaire : La famille n’a pas seulement été, selon les mots de l’historien Will Durant, “le fondement ultime de toutes les civilisations connues de l’histoire”18 mais, selon la Déclaration de Doha, elle est aussi “l’agent fondamental du développement social, économique et culturel durable”.19 L’ancien ambassadeur Michael Novak a déclaré : “La famille est la pépinière des compétences économiques, des habitudes financières, des attitudes à l’égard du travail et de l’art de l’indépendance financière. La famille est une agence de réussite éducative plus forte que l’école. La famille est un meilleur professeur d’imagination religieuse que l’église. La planification politique et sociale dans un ordre social sage commence par l’axiome suivant : “Ce qui renforce la famille renforce la société” ….. Les rôles d’un père et d’une mère, et des enfants par rapport à eux, constituent le centre absolument critique de la force sociale.” Il a également mis en garde : “Tout au long de l’histoire, les nations ont pu survivre à une multiplicité de catastrophes – invasions, famines, tremblements de terre, épidémies, dépressions – mais elles n’ont jamais pu survivre à la désintégration de la famille.”20

Invitation à adhérer

Pour toute nation, protéger et renforcer ces quatre piliers revient à se protéger et à se renforcer elle-même.

Nous invitons respectueusement votre pays à se joindre à la déclaration historique du consensus de Genève en contactant l’ambassade du Brésil aux États-Unis à Washington, D.C., téléphone +1 (202) 238-2700, courriel [email protected]. Nous reprenons les mots de Valérie Huber : “Les pays de la Déclaration du Consensus de Genève doivent rester unifiés et doivent également s’adjoindre de nouveaux membres, car il y a bien plus que 34 pays qui partagent les valeurs qu’elle contient….. La coalition du GCD est la meilleure défense de la vie et de la famille à travers le monde.”

International Organization for the Family
Centre pour la Famille et les Droits de L’homme
Familles Unies Internationales
Institut Ruth
CitizenGO, Espagne
REAL Women of Canada
Alliance Latino-Américaine pour la Famille
Association des Familles Américaines de New York
Family Policy Institute, Afrique du Sud
Family First, Nouvelle-Zélande
Fondation Novae Terrae, Italie
HazteOir.org, Espagne
Provive, Venezuela
Institut pour la Politique Familiale, Espagne
Groupe de Pression FamilyPolicy.RU, Russie
Association pour la paternité et la famille des Amérindiens

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services