Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI / L'Eglise : Foi

L’objectif du “Parvis des gentils” : susciter chez les agnostiques ou les athées la recherche de Dieu

Lu sur Sandro Magister :

"Lorsqu’en 2009, à la veille de Noël, Benoît XVI lança l'idée du "Parvis
des gentils", il indiqua tout de suite quelle en était la finalité :
susciter chez les agnostiques ou les athées la recherche de Dieu, en
tant que "premier pas" de leur évangélisation.
Mais le pape n’en
fixa pas les modalités d'exécution. Il confia la mise en œuvre de cette
idée au président du conseil pontifical pour la culture, l'archevêque
puis cardinal Gianfranco Ravasi, créateur compétent et expérimenté
d’événements culturels.

Ravasi fit ses débuts à Paris les 24 et
25 mars 2010, en organisant une rencontre qui eut un impact notable.
Benoît XVI lui-même y participa sous la forme d’un message vidéo qu’il
adressa aux jeunes réunis sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. En
revanche, le pape est resté silencieux lors des événements ultérieurs
. […] Toutefois, parallèlement à ce crescendo, il s’est produit une baisse d’intérêt générale et notamment auprès des médias. Cette
baisse est compréhensible. Le fait que des incroyants prennent la
parole lors d’une rencontre organisée par le Saint-Siège n’était plus
une nouvelle.

[…] Et s’il y a bien eu une nouvelle,
lors de la toute dernière rencontre, qui a eu lieu les 16 et 17 novembre
au Portugal, elle est venue d’ailleurs et d’en haut. Pour la
première fois dans l’histoire du "Parvis des gentils" – mis à part le
cas particulier de Paris – Benoît XVI a fait parvenir aux participants
un message personnel
. Un message dans lequel il a voulu ramener
cette initiative à sa finalité originelle
: celle de parler de Dieu à
ceux qui en sont éloignés, en relançant les questions qui rapprochent de
lui "au moins comme Inconnu".

Dans ce message – il est clair
qu’il l’a rédigé personnellement – Benoît XVI a pris comme point de
départ le thème principal du "Parvis des gentils" portugais :
"l'aspiration commune à affirmer la valeur de la vie humaine". Mais,
tout de suite, il a soutenu que la vie de chaque personne, et d’autant
plus si celle-ci est aimée, ne peut pas ne pas "mettre Dieu en cause". Et il a poursuivi en affirmant :

"La
valeur de la vie ne devient évidente que si Dieu existe. C’est pourquoi
il serait beau que les incroyants veuillent vivre 'comme si Dieu
existait'
. Même s’ils n’ont pas la force de croire, ils devraient vivre
sur la base de cette hypothèse ; dans le cas contraire, le monde ne
fonctionne pas. Il y a beaucoup de problèmes qui doivent être résolus,
mais ils ne le seront jamais complètement si l’on ne place pas Dieu au
centre, si Dieu ne devient pas de nouveau visible dans le monde et
déterminant dans notre vie".

En conclusion, Benoît XVI a cité une phrase du message adressé par le concile Vatican II aux penseurs et aux hommes de science :

"Heureux
ceux qui, possédant la vérité, continuent à la chercher pour la
renouveler, pour l’approfondir, pour en faire don aux autres
".

Et il a ajouté, en une formule lapidaire : "Ils sont l’esprit et la raison d’être du Parvis des gentils". L’indiscutable
rectification apportée au "Parvis des gentils" par Benoît XVI dans ce
message n’a pas été remarquée par les médias, pas même ceux qui sont
catholiques et les plus attentifs. Mais le cardinal Ravasi l'a
certainement enregistrée et approuvée. On s’en rend compte à la lecture
de ce passage du bilan du "Parvis" portugais qui a été publié dans
"L'Osservatore Romano" du 23 novembre :

"À Guimarães, le public a
posé une question : le caractère sacré de la vie présuppose quelque
chose qui nous transcende. Comment pouvons-nous connaître Dieu ? On a
ainsi atteint l’objectif pour lequel le 'Parvis des gentils' a été conçu
: exprimer l’inquiétude à propos de Dieu
. Vaste et complexe sujet sur
lequel, a déclaré le cardinal Ravasi, le 'Parvis des gentils' reviendra
de manière plus approfondie lors des prochaines rencontres".

[…] Ravasi a mis en route,
dans "L'Osservatore Romano", une série d’articles consacrés à la
rencontre/opposition entre la foi et l'incrédulité dans la culture
contemporaine
, en tant que contribution à l'Année de la foi décidée par
le pape. Dans le premier de ces articles, qui a été publié le 28
novembre, le cardinal a laissé transparaître son exceptionnelle
connaissance de la littérature, des arts et des sciences, à travers la
luxuriante floraison d’auteurs qu’il a cités
. Dans l’ordre : Aleksandr
Blok, Franz Kafka, Emil Cioran, Jean Cocteau, Rudolf Bultmann, Blaise
Pascal, Jan Dobraczynski, Robert Musil, Ludwig Wittgenstein, Luis de
León, David Hume, Anatole France, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir,
Alberto Moravia, Augusto Del Noce, Jacques Prévert, Eugenio Montale,
Johann Wolfgang von Goethe. Soit, en une demi-page de journal,
une vingtaine d’auteurs, qui étaient presque tous incroyants et qui se
sont pourtant révélés "vulnérables" aux questions à propos de Dieu.
"

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique