Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / L'Eglise : L'Eglise en France

L’islam ne peut pas être traitée comme les autres religions

Supérieur des Missionnaires de la Miséricorde divine, institut de prêtres séculiers particulièrement dédiés à l’évangélisation, notamment celle des musulmans, l'abbé Fabrice Loiseau est interrogé dans La Nef. Extraits :

N "Ce charisme doit d’abord s’ancrer dans la prière et la vie communautaire. L’adoration eucharistique, la liturgie, la vie fraternelle et la formation sont essentielles aujourd’hui pour annoncer l’Évangile. Il s’agit pour nous à la fois de maintenir les activités d’une paroisse classique (catéchisme, sacrements, scoutisme, pastorale familiale, groupes de jeunes…) mais aussi d’avoir un souci permanent de l’annonce de la foi aux personnes qui sont loin de l’Église. C’est pourquoi la visibilité de la vie paroissiale me paraît indispensable, d’abord par les processions mais aussi par des prédications publiques, des missions de rues, de plages, du porte-à-porte, des repas de quartier… Nous avons aussi participé à la mission diocésaine organisée au mois de mai dans la ville de Toulon : une semaine d’église portes ouvertes, qui donne déjà de très beaux fruits.

Pourquoi et comment vous est venu ce charisme de la conversion des musulmans ?
Au début de mon ministère en région parisienne, j’ai eu à préparer au baptême des jeunes originaires de l’islam et je me suis rendu compte du grand isolement de ceux-ci. La progression de l’islam en France mais aussi les conversions de musulmans au christianisme dans les pays arabes nous révèlent que c’est le grand défi spirituel pour les prochaines années. De nombreux voyages dans les pays arabes m’ont permis de mieux connaître l’islam. En outre, j’ai suivi une formation en théologie des religions.

On entend souvent dire que les musulmans sont difficiles à convertir : qu’en est-il ?
Je préfère parler de l’annonce plutôt que de la conversion qui appartient à Dieu. Il est vrai qu’elle est très difficile, mais non pas impossible puisque nous assistons pour la première fois dans l’histoire de l’islam à des conversions en masse au christianisme comme en Algérie où ils seraient plus de 100 000. Il est important de noter que 40 % de ces conversions sont d’origine miraculeuse. Dans notre quartier où la population est à 80 % d’origine maghrébine, notre habit permet un contact direct dans la rue, dans les cafés ou à leur domicile. Les thèmes spirituels qui peuvent toucher plus profondément un musulman sont la miséricorde et la révélation d’un Dieu d’amour qui agit dans nos vies. […]

Les politiques et les médias ont une grande méconnaissance de l’islam, tant dans ses origines que dans ses pratiques contemporaines. Cette religion ne peut pas être traitée comme les autres car ses conséquences politiques et sociales sont immédiates. Là où nos contemporains parlent de laïcité et de liberté religieuse, il faudrait interpeller les musulmans sur un certain nombre de sujets tels que la place de la charia, les fondements de la liberté religieuse, la possibilité de changer de religion, la place de la femme, la distinction entre le temporel et le spirituel, le djihad, le rapport entre raison et révélation, la culture et l’identification avec Mohammed."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique