Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

L’intervention de Bernard Antony au pèlerinage de Chrétienté

Jean de Tauriers, président de Notre-Dame de Chrétienté, avait convié à l’étape du soir du dimanche de Pentecôte pour un partage de souvenirs autour d’un verre, les fondateurs du pèlerinage et les actuels dirigeants. Il avait prévu le passage du cardinal Sarah, qui vint en effet saluer et bénir cette réunion, et il avait demandé à Bernard Antony, président du Centre Henri et André Charlier et de Chrétienté-Solidarité, d’évoquer les origines de la création de ce pèlerinage et notamment le rôle de Dom Gérard, sur lequel vient d’être publiée l’importante biographie d’Yves Chiron, éditée par les moines du Barroux (Ed. Sainte-Madeleine).

Bernard Antony avait donc préparé par précaution un texte dont on trouvera l’essentiel ci-après. Cependant, compte-tenu de ce qu’il s’agissait en fait de pratiquer l’exercice  de parler debout, dehors, avec les bruits de l’immense camp et tenant le micro d’un mégaphone, privé ainsi de la facilité de lire commodément, il préféra renoncer à la lecture et se passer de son texte au risque de ne pas aussi bien dire que lire. Nous publions ci-après le texte rédigé qui est, sans déformation sur le fond, ce qu’il a exprimé.

Cher Jean de Tauriers, chers pères, cher amis,

__DSC_9954D’abord toute ma gratitude et mon admiration pour vous Jean de Tauriers qui, superbement entouré, avez, une fois encore, mené à Notre-Dame de Chartres, ce pèlerinage magnifique de foi et de jeunesse, le 36e. Vous m’avez demandé d’évoquer à mon gré, en quelques minutes, hors de tout formalisme académique, la grande figure de Dom Gérard sans omettre son rôle dans la genèse et le développement de ce pèlerinage.

Le Centre Henri et André Charlier fut en effet créé dès les années 1979-1980 avec ses premières universités d’été, non loin de chez moi, à Fanjeaux, chez les Dominicaines de l’école du Cammazou et ce grâce au soutien de leur supérieure générale, mère Anne-Marie Simoulin, qui, jusqu’à son rappel à Dieu, me témoigna une constante amitié, par-delà les déchirures qui affectèrent la mouvance  du catholicisme traditionnel.

Dès sa création, le Centre Charlier avait été placé sous le triple parrainage de trois hommes marqués par la rencontre, la formation et la transmission spirituelle et culturelle de leurs maîtres, André et Henri Charlier : Albert Gérard, l’artiste, Jean Madiran, le penseur contre-révolutionnaire, Dom Gérard, le moine.

C’est ainsi que nous n’organisâmes pas seulement alors nos universités d’été à Fanjeaux mais aussi, en 1980, une session au Mesnil Saint-Loup, cette paroisse hors du commun, marquée au XIXe siècle par l’apostolat du Père Emmanuel. Henri Charlier, en son temps, y rétablit la continuité de l’office grégorien. Il se consacra, tout près de l’église, à son œuvre de sculpteur, de dessinateur et de peintre.

Je suis heureux de retrouver d’abord ce soir Max Champoiseau et Rémi Fontaine qui furent les premiers à me suggérer l’idée que le Centre Charlier pourrait organiser un pèlerinage de Chartres sur le modèle de celui de Czestochowa que nous admirions tant. Czestochowa, cette immense marche de foi et de ferveur patriotique mais aussi de combat du peuple polonais pour sa liberté et son identité s’efforçant de desserrer toujours plus le carcan de l’État communiste totalitaire après les années des exterminations génocidaires du nazisme et du communisme soviétique. Le pèlerinage de Czestochowa était très cher au cœur de Dom Gérard et nous nous souvenons avec émotion, comme si c’était hier, de son sermon en la cathédrale de Chartres, le lundi de Pentecôte 1985, qu’il concluait ainsi : « L’an prochain, c’est à toute la chrétienté que nous donnons rendez-vous aux pieds de Notre-Dame de Chartres, qui sera désormais notre Czestochowa nationale. Que le Saint-Esprit vous illumine, que la Très Sainte Vierge vous garde et que l’armée des anges vous protège. Ainsi soit-il ! » Sermon dont vous pouvez retrouver l’intégralité dans le numéro spécial de Reconquête d’avril-mai 2008 avec les textes d’amis très chers, laïques ou religieux, et le travail de présentation et d’illustration réalisé avec tout son talent d’artiste par Jacques Le Morvan.

__DSC_0076Dès les premières années du Centre Charlier, je ne sais plus trop quand, avec l’abbé Pozzetto, son premier aumônier, et donc aumônier du pèlerinage, et nombre de militants, nous avions eu à cœur d’organiser en Pologne avec Jean-Michel Rudent, un séjour de Chrétienté-Solidarité, rencontrant notamment Lech Walesa et les grandes figures de la résistance de Solidarnosc. C’est de même dans cet esprit de résistance chrétienne que nous avions voulu, dès sa conception, construire le pèlerinage comme avant tout celui de militants agissant pour la défense de la patrie et des valeurs de la chrétienté, voulant placer leur action politique et sociale sous l’éclairage de l’Évangile.

Je me dois maintenant ici, pour répondre avec gratitude à la demande de Jean de Tauriers, d’évoquer un peu plus la figure de Dom Gérard sans, rassurez-vous, suivre tout le long cheminement de sa vie selon l’immense travail de la biographie réalisée par Yves Chiron.

Et d’abord, une première remarque, il en fut selon moi de la vie de Dom Gérard comme de celles de grands saints, tel saint Bernard que j’admire tant.

Le récit de leur vie, si remplie d’une multitude d’actes de charité et de combats pour la chrétienté pourrait donner l’impression d’un certain activisme en dissonance avec un pur idéal de vie contemplative. Ce serait une grande erreur, ce serait faire preuve d’une grande méconnaissance de ce que fut leur vie de prière continuelle.

Je puis témoigner de ce que Dom Gérard, tel qu’il me fut donné de le connaître en plusieurs circonstances au long de quarante-sept années, était d’abord, lui aussi, presque toujours un homme, même hors de son monastère, à l’évidence abîmé, des heures durant, dans la prière. Ainsi en était-il dans l’avion mis à disposition par Pierre Fabre au service de notre mission caritative au Liban via Chypre. Car l’aéroport de Beyrouth était alors fermé et c’est à Chypre qu’il nous fallait prendre le bateau assurant la liaison avec le Liban. Au petit matin, après sans doute un très court sommeil, le visage de Dom Gérard s’éclaira d’émerveillement au spectacle de toutes les croix et de la Vierge d’Harissa surplombant la baie de Jounieh.

Je l’avais rencontré pour la première fois il y a déjà longtemps, en 1961, à 24 ans, en son monastère de Tournay, près de ma ville de Tarbes où j’étais lycéen, dans des circonstances que j’ai évoquées par ailleurs. Il m’avait parlé lumineusement avec une infinie douceur, du Christ et de la Vierge Marie, comme nul autre. Il m’interrogea aussi avec une gaité roborative, pour me remonter le moral, m’encourageant à continuer dans les voies de mon jeune militantisme pour la patrie alors si déchirée, meurtrie par la tragédie de tant des siens livrés au pire.

Ce n’est que plus tard, après l’avoir providentiellement retrouvé grâce à notre maître et ami si cher, Gustave Thibon et à son ami Gilbert Tournier, dans son prieuré de Bédouin, que je pus toujours plus saisir combien le mystique Dom Gérard, tel François d’Assise, était aussi un merveilleux poète du Bon Dieu, imprégné d’une immense culture développée sur le socle transmis par les Charlier. Dom Gérard était ému presque aux larmes quand il récitait de beaux bouquets de la poésie de son cher Charles Péguy qui fit seul ce pèlerinage à la sortie de sa vie de militant socialiste, l’éclairant désormais de sa mystique poétique pour toutes les générations de pèlerins.

Dom Gérard voulut avec raison que l’imprimerie du monastère réédite l’Ève de Charles Péguy, un des joyaux de son art.

Comme saint Bernard, comme sainte Catherine de Sienne, Dom Gérard fut certes, à sa place, à son créneau, un batailleur de la défense de la foi et de la chrétienté. Je crains quelquefois que certains ne sachent pas ou aient oublié ce qu’il en était dans l’Église de France dont, selon l’expression même du cardinal Decourtray à la fin de sa vie, « des secteurs entiers avaient alors collaboré avec le communisme ». Et il faudrait rappeler la fascination pour le freudisme et autres courants idéologiques convergents dans « l’autodestruction de l’Église » selon l’expression même de Paul VI. Et ce sans réaction, voire avec la collaboration, de vastes pans de la hiérarchie.

Dom Gérard fit tout, longtemps très seul, pour que soit conservée la fidélité à la règle de saint Benoît, à la liturgie traditionnelle. Il serait inconvenant de juger de ses actes, quarante, cinquante ou soixante ans après en invoquant les douceurs de la soumission alors que la résistance à « l’autodestruction de l’Église » était en effet une nécessité vitale. Et s’il n’y avait pas eu Dom Gérard, il n’y aurait pas eu de monastère du Barroux, ni ses deux filiales, ni toute l’étendue d’une résurrection qui ne fut jamais un repli passéiste.

Certains, bien intentionnés certes, ont cru bon d’insister un peu trop, je crois, sur le fait que Dom Gérard eut ses défauts, ses insuffisances. Selon leur conception, il est vrai de l’impeccabilité comportementale ! Ah les bons juges ! Eux, à la place de Dom Gérard, ils n’auraient bien sûr agi que dans la perfection de l’obéissance selon leur sûre doctrine.

Comme si saint Pierre et saint Paul eux-mêmes n’avaient pas eu aussi leurs défauts. Et Dom Gérard ne fut ni saint Pierre ni saint Paul mais il m’arrive de penser que ses défauts avaient sans doute été aussi des qualités bien nécessaires en leur temps. Chesterton a magnifiquement développé ce raisonnement dans sa biographie de François d’Assise.

Quelques points encore :

Dom Gérard voulut donc ce pèlerinage. Sans son assentiment le Centre Charlier ne se serait sans doute pas lancé dans cette aventure. Pleins de gratitude pour son affection pour le pèlerinage de Czestochowa, depuis des années, nombre de pèlerins polonais ont partagé avec vous les routes de Chartres. De même pour tant de Libanais auxquels, dans notre voyage de 1985, Dom Gérard avait, comme nul autre, su parler de tout ce qui depuis saint Louis unit le royaume de France et le peuple chrétien du Liban. Ce n’est pas sans émotion qu’au monastère de Saint-Antoine dans la vallée sainte, la Qadisha, nous avons souvent contemplé la belle crosse incrustée d’ivoire offerte par le saint roi au patriarche des Maronites. Dom Gérard aimait rappeler qu’à l’Émir de ce peuple, saint Louis, reconnaissant pour le formidable soutien de ses guerriers, avait juré que, désormais, tout maronite se rendant en France y serait traité avec tous les droits d’un sujet du roi de France.

À Beyrouth, dans le silence de la ligne verte, la nuit, dans les tranchées du quartier de Sodecco où nous parvenaient des chuchotements de ceux d’en face, il demeurait comme happé dans sa prière avant de s’en extraire pour murmurer les mots qu’il fallait pour les jeunes combattants qui tenaient les lieux et les bénir. Certains de ceux-là, je l’ai encore vérifié là-bas, il y a trois semaines, n’ont jamais oublié. Parmi eux était une lumineuse jeune fille, Katia Boustany, brillante juriste, auteur d’une thèse sur la charia et la notion occidentale des droits de l’homme. Mais c’était la conversion des cœurs des combattants chrétiens qu’elle jugeait prioritaire. Elle trouva en Dom Gérard le religieux qui pouvait le mieux la comprendre et l’assister pour cela dans sa prière. Elle vint plus tard le voir au Barroux. Et puis elle entra au Liban dans son chemin de rappel à Dieu par une longue maladie.

Dom Gérard, je l’appris, ne cessa de prier pour elle et de la soutenir, répondant à ses lettres qui, me confia-t-il un jour, étaient bouleversantes de courage et de confiance en Dieu.

Il avait ainsi le don, ses proches le savaient, au prix très lourd du manque de sommeil qu’il s’imposait sans cesse et qui ruina sa santé, de maintenir des liens avec beaucoup de ceux que la Providence avait mis sur son chemin pour qu’il les maintienne sans cesse dans l’Espérance.

J’ai la conviction qu’il nous dirait toujours aujourd’hui, face aux nouvelles dialectiques de mort de notre temps, face aux périls toujours recommencés, face aux menaces d’engloutissement de ce qui reste de notre civilisation chrétienne, de ne les considérer ni comme inévitables ni comme irrémédiables.

Au nom de tous les vieux amis fondateurs de ce pèlerinage qui sont encore là ce soir, cher Jean de Tauriers, merci de m’avoir permis de livrer ce témoignage de piété filiale envers Dom Gérard. Et permettez-moi donc en conclusion de saluer ceux qui, présents ici ce soir, ont tant œuvré pour cette réalisation : Max Champoiseau et Rémi Fontaine, Jacques, Pierre et Paul Le Morvan, Pierre Soleil, Jacques Arnould et tous ceux de son Chœur Montjoie, et encore Hélène Sabatier, Isabelle Bédry, Catherine Renout. Je veux exprimer en leur nom toute la gratitude que nous vous portons, pour nous avoir offert ce verre de l’amitié avec votre équipe, vous qui, sous l’égide de Notre-Dame de Chrétienté, continuez et amplifiez avec eux l’initiative du Centre Henri et André Charlier. 

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services