Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Nouveaux médias / Pro-vie

L’internationalisation des informations pro-vie nous permettra d’être beaucoup plus efficaces

L’internationalisation des informations pro-vie nous permettra d’être beaucoup plus efficaces

Guillaume de Thieulloy a été interrogé dans Présent. Extrait :

[…] Nous sommes encore très loin en France d’avoir un discours pro-vie similaire à celui de Trump mais ce n’est pas inaccessible. Pour y arriver, il nous manque une Eglise catholique unie sur le sujet. Les évêques ne sont pas bavards là-dessus, c’est le moins que l’on puisse dire, et une partie des laïcs disent bien souvent l’exact inverse de ce qu’enseigne l’Eglise. Cependant les choses changent. Dans dix ou quinze ans, nous devrions avoir une Eglise de France militante pro-vie et, dans ce cas, tout est possible car nous serions une vraie force de blocage. Ce qui s’est passé aux Etats-Unis est éclairant : le combat pro-vie a commencé par un combat de minorité dont le but était de faire battre des candidats aux primaires et cela a fonctionné.

Vous affirmez qu’« ensemble nous pouvons renverser la culture de mort ». Le succès que rencontre actuellement cette culture est-il causé par une mésinformation du grand public ?

En partie oui. Vous vous souvenez sans doute de la grande campagne qui avait été menée contre Planned Parenthood aux Etats-Unis, à la suite d’une enquête faite par des journalistes montrant que cette organisation vendait des morceaux ou des organes de bébés avortés. Les gens qui ont dévoilé l’affaire ont été condamnés. On a critiqué le fait qu’ils avaient utilisé des caméras cachées pour révéler ce qui se passait, alors que, pour n’importe quel autre sujet, on loue ce genre de procédé. Pour autant, ça a été un scandale énorme là-bas mais quasiment personne n’en a parlé en France. J’ai souvent pris cet exemple pour montrer l’importance de la guerre de l’information qui se joue. A plusieurs reprises, je l’ai évoquée devant des militants pro-vie très engagés, et ils n’en avaient pas entendu parler ! Relayer ce genre d’informations permet de nous organiser. C’est un vrai sujet politique. En France, les conseils régionaux financent les centres du planning familial. Lorsque vous demandez à un politique s’il trouve normal de financer un organisme qui vend des organes d’enfants avortés, cela donne une autre dimension au problème que de parler du financement de ce qu’ils considèrent comme un droit.

L’internationalisation des informations est un énorme sujet de développement pour nous, cela nous permettra d’être beaucoup plus efficaces. Nous avons dix ans de retard sur tout par rapport aux Etats-Unis, que ce soit sur le bon ou sur le mauvais. Si l’on est informé des horreurs qui se font là-bas – et qui ne manqueront pas d’arriver chez nous dans quelques années –, nous pouvons les prévenir. Pour moi, il est crucial d’informer les catholiques de ce qui se prépare.

C’est un combat global, un combat civilisationnel qui se mène ici.

Partager cet article