Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

L’Internationale communarde s’en prend au Pape et à Montmartre

Scm
En début de week-end, des anarchistes ont profané la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre en peignant des inscriptions "1871 vengeance!" (photo) sur les façades ou encore "Vive la commune" (photo) sur la porte principale. Ayant allumé un feu avec des palettes devant la basilique, ils ont ensuite chanté l’Internationale.

La désinformation actuelle veut que la basilique de Montmartre ait été érigée pour "expier les crimes des Communards", ces hordes de la "Commune de Paris" de 1871, qui n’est que la première émeute sanguinaire communiste, approuvée par Marx dès les premières heures.
Depuis saint Denis, Montmartre (mont des Martyrs) était un des plus grands lieux de pélerinage de France où l’on venait demander la protection du royaume, à l’image du grand pélerinage du peuple de France venu demander la libération de François 1er prisonnier à Pavie en 1525. L’abbaye bénédictine qui occupait le mont des Martyrs a été entièrement détruite par les révolutionnaires et ses religieuses, mère abbesse en tête, assassinées sur place.

C’est pour combler ce vide et pour demander la protection du pays que, dès 1870, Il est question de bâtir un sanctuaire au Sacré-Coeur à Montmartre. La version définitive du Voeu National sera rédigée en 1872 et on n’y trouve nulle notion de la Commune si ce n’est qu’on peut évidemment l’inclure dans "les malheurs qui désolent la France".

Ce vaste mouvement communo-marxiste s’en serait pris au Pape hier, dimanche 2 avril, alors que 100 000 personnes (selon les organisateurs) défilaient dans Rome pour exiger du Saint Père "qu’il présente ses excuses pour la construction du
sacré-coeur, construction qui fut érigée en célébration du massacre de
la commune de paris en 1871
".
Char_1Si l’info est vérifiée (on peut en douter), ça signifierait que le révisionnisme frappe encore : ce serait oublier que la Basilique de Montmartre a été voulue à cause "des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l’Eglise et du Saint Siège, et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ".
Il ne s’agit pas là d’une simple allusion, mais du rappel d’un fait historique : la dépossession des Etats Pontificaux de Pie IX par les volontaires du Général Cardona malgré l’héroïsme des Zouaves Pontificaux. Et ces faits datent de septembre 1870, soit plusieurs mois avant la Commune…

Ces deux évènements, sans aucun doute concertés, sont particulièrement graves.  Le Monde parle de celui de Paris
comme d’une  "joyeuse randonnée politique". Rien encore sur le site de la CEF ni sur le site du diocèse de Paris.
Rappelons-nous de ces paroles que Notre-Dame prononça à Pontmain : "priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps, mon fils se laisse toucher". De ce jour de 1871, le prussien n’avança plus d’un pas et six mois après la Commune était anéantie. La haine de l’Eglise et de la France était au moins aussi forte qu’aujourd’hui, mais elle ne bénéficiait pas d’un silence complice…

Lahire

PS : A la seule vue de la photo de l’article, l’info d’Indymedia sur les évènements de Rome sentait le poisson d’avril. Ceci dit, l’article est daté du 3 avril… Le plus important est la subversion du message que les anarchistes ont voulu faire passer par cette fausse (?) nouvelle et c’est contre elle qu’est dirigée mon post. Le seul but est de répondre par la Vérité à un mensonge lancé même avec le sourire…

Partager cet article

9 commentaires

  1. L’angle historique est l’angle d’attaque qu’on choisi les ennemis de l’Eglise.
    Pourquoi ? Parce que le présent est connu et il n’offre pas d’angle d’attaque satisfaisant, alors on détruit les archives, et on racontre n’importe quoi du moment que ça incite à la haine.
    A beau parler qui vient de loin. Quand tout le monde est mort, on peut raconter n’importe quoi.
    Le Sacré Coeur, c’est le règne de l’Amour, ça n’a rien à voir avec la Commune, événement politique.
    Merci au Salon Beige de nous avoir rappelé ces événements.

  2. Merci Lahire pour cette bouffée d’air frais sur les origines de la Basilique du Sacré-Coeur. J’ajoute que le Massacre de la Commune fut décrété par un royaliste orléaniste compromis avec la république, Thiers, chef du gouvernement de la IIIe république, contre d’autres républicains plus fanatiques – Parisiens opposés à l’armistice – , et que catholiques et royalistes n’y sont strictement pour rien dans ce massacre : tout au contraire ils ont été les premiers à le dénoncer comme crime impie… Ce massacre (qui se termine dans un bain de sang avec 20 000 morts communards au cimetière du Père-Lachaise, au mur des fédérés) en revanche indique une nouvelle fois qu’alors que le Roi ne fit jamais tirer sur le peuple, les républicains n’eurent pas les mêmes scrupules…
    Je termine par ce mot révélateur de la vraie pensée des catholiques de l’époque, mot du comte de Chambord dans sa lettre du 8 mai 1871 que le comte de Chambord envoie à M. de Crayon-Latour : « Sachons reconnaître que l’abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut pas impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses traditions, inscrire en tête de sa Constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu’une halte dans le désordre ; elle oscillera perpétuellement entre le Césarisme et l’anarchie, ces deux formes également honteuses des décadences païennes, et n’échappera pas au sort des peuples infidèles à leur mission… La monarchie chrétienne et française est dans son essence même, une monarchie tempérée qui n’a rien à emprunter à ces Gouvernements d’aventure qui promettent l’âge d’or et conduisent aux abîmes… On dit que l’indépendance de la Papauté m’est chère, et que je suis résolu à lui obtenir d’efficaces garanties. On dit vrai. La liberté de l’Église est la première condition de la paix des esprits et de l’ordre dans le monde. Protéger le Saint-Siège fut toujours l’honneur de notre Patrie et la cause la plus incontestable de sa grandeur parmi les nations… Je ne ramène que la Religion, la concorde et la paix ; et je ne veux exercer la dictature que celle de la clémence, parce que, dans mes mains, et dans mes mains seulement, la clémence est encore la justice… La parole est à la France et l’heure est à Dieu » (Lettre du comte de Chambord à A. M de Carayon-Latour, député de la Gironde, à l’Assemblée Nationale, 8 mai 1871 in Marquis de la Franquerie, La mission divine de la France, ESR, 2000, p. 264.)

  3. Même si je trouve tout à fait normal de dénoncer ce genre de profanation intolérable, je voudrais simplement vous faire remarquer que le premiere photo semble truquée….faites un zoom, l’écriture a été rajoutée!

  4. Imaginons, fut-ce un instant les hurlements hystériques si certains d’entre nous avaient lancé une telle équipée qui se serait terminée par des tags sur la grande mosquée de Paris ??? Vous avez dit tolérance ?

  5. Imaginons, fut-ce un instant les hurlements hystériques si certains d’entre nous avaient lancé une telle équipée qui se serait terminée par des tags sur la grande mosquée de Paris ??? Vous avez dit tolérance ?

  6. Un petit tour chez les anarchistes dans les ocmmentaires de cette note montre qu’il s’agit sans doute d’une “blague” pour la manifestation romaine

  7. @ l’homme dans la lune :
    en voyant la photo de l’article et le chiffre identiqe aux nombres de pélerins, j’ai esquissé la même pensée que vous…
    Mais dans le doute, un rappel sur la vérité historique des évènements de 1870 à Rome confirme les raisons pour lesquelles la basilique de Montmartre a été érigée…

  8. A Ingomer….
    Vous citez le comte de Chambord :
    “Protéger le Saint-Siège fut toujours l’honneur de notre Patrie et la cause la plus incontestable de sa grandeur parmi les nations… ”
    Malheureusement non…!! sous le directoire, Pie VI en a fait les frais en étant chassé du Vatican par les troupes française de Masséna et en mourant incarcéré à Valence.

  9. Le Directoire (1795-1799) est un des multiples gouvernements REVOLUTIONNAIRES de 1789 à 1804. Le comte de Chambord (1820-1883) est né vingt-deux ans après… Quant à Pie VI, il fut chassé de Rome par les révolutionnaires… sur ordre du Directoire (1798). J’explicite donc le mot du comte de Chambord : “Protéger le Saint-Siège fut toujours l’honneur de notre Patrie (l’honneur de la FRANCE CATHOLIQUE ET MONARCHIQUE) et la CAUSE LA PLUS INCONTESTABLE DE SA GRANDEUR PARMI LES NATIONS.” Il y a donc bien “deux Patries”, la France catholique et monarchique et la “France” révolutionnaire comme l’analyse remarquablement l’historien Jean de Viguerie… Et tant que la France ne redeviendra pas la France (la FRANCE CATHOLIQUE ET MONARCHIQUE), tant que la “France de la Révolution née en 1789 – avec ses dogmes, son catéchisme (liberté, égalité, droits de l’homme, démo(N)cratie) et ses principes faux – ne sera pas abattue, tant que la France ne recouvrera pas ses “TRADITIONS DE FOI ET D’HONNEUR” (Comte de Chambord) – notre sainte foi catholique et notre régime politique millénaire qui fut la lumière civilisatrice du monde chrétien – notre vrai honneur, on s’enfoncera “DANS LA HONTE ET DANS LA RUINE…..” (Léon XIII pour cette dernière citation).
    Cordialement,

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services