Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

L’idéologie des droits de l’homme, une utopie

Docteur en droit et agrégé d’histoire du droit, le professeur Jean-Louis Harouel publie un ouvrage sur les droits de l'homme (Les Droits de l'homme contre le peuple, Desclée de Brouwer). Il est interrogé par Olivier Frèrejacques dans Présent du 8 juillet. Extrait :

8647-p5-couv-harouel"Autant un professeur de droit est conduit à valoriser les libertés publiques, autant il ne peut que constater que, dans leur version actuelle, les droits de l’homme annihilent nos libertés publiques – tout particulièrement la liberté d’expression – et ont un effet destructeur sur les nations occidentales. Considérée par l’historien américain Samuel Moyn comme notre dernière utopie – titre de son livre The last Utopia (2010) –, l’idéologie des droits de l’homme qui règne aujourd’hui est inspirée par une compassion cosmique indifférente aux Etats et aux nations. C’est là une conception des droits individuels profondément différente de celle des déclarations américaine et française de la fin du XVIIIe siècle, sur la base desquelles furent construites les libertés publiques des citoyens au sein des Etats-nations démocratiques. Ces deux conceptions très différentes sont d’ailleurs désignées dans la langue anglaise par des appellations distinctes : on parlait de rights of man pour les droits individuels reconnus aux citoyens en 1776 et 1789 ; et les droits de l’homme actuels sont appelés human rights, terme apparu seulement au milieu du XXe siècle. A cela répond en France la distinction entre, d’une part, les libertés publiques, centrées sur les seuls nationaux, et d’autre part, ce que l’on appelle les « droits fondamentaux » – terme introduit dans les années 1970 –, dont le principal ressort est l’obsession de la non-discrimination et dont les grands bénéficiaires sont les étrangers, systématiquement admis à tous les acquis et avantages des peuples européens.

Vous qualifiez les droits de l’homme de « religion séculière » alimentée par la gnose et le millénarisme. Qu’est-ce que cela signifie ?

Avec le recul de la foi chrétienne, la disposition religieuse de l’être humain s’est reportée – ainsi que l’ont montré Jules Monnerot et Raymond Aron – sur des religions séculières telles que le nazisme et le communisme. Aujourd’hui, c’est la religion des droits de l’homme. Dans tous les cas, les racines de ces religions de l’immanence plongent largement dans les grandes hérésies chrétiennes que furent la gnose et le millénarisme, avec leurs fantasmes respectifs de l’homme-Dieu et du paradis sur la terre. L’actuelle existence d’une religion des droits de l’homme a été mise en évidence par de nombreux auteurs tels Régis Debray, François Furet, Elie Wiesel ou le très grand juriste qu’a été le doyen Jean Carbonnier. Avatar de la religion de l’humanité, la religion des droits de l’homme a remplacé le communisme dans son rôle d’utopie de nature religieuse annonciatrice d’un avenir radieux censé instaurer le règne sans partage du bien sur la terre. […]"

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services