Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

“L’identité sexuelle” doit disparaître au profit de “l’identité de genre”

C'est ce que demande la Commission nationale consultative des droits de l'homme de la façon la plus officielle qui soit.

Ce scandale au coeur de l'été, se double d'un mensonge : ce Gouvernement se f.. vraiment des Français. 

En effet, ce texte commence par ces mots : 

" Par lettre en date du 8 janvier 2013, cosignée par la garde des sceaux et la ministre aux droits des femmes, la CNCDH a été saisie dans le cadre du programme d'actions interministérielles contre les violences et les discriminations commises à raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre".

Voilà qui dit clairement que mesdames Taubira et Vallaut-Belkacem ont saisi cette commission sur un sujet lié à l'identité du genre. Or, cette même NVB affirmait le 6 juin dernier  :

"La théorie du genre, ça n'existe pas, ça n'existe pas! En tout cas, je ne l'ai jamais rencontrée!"

 

Partager cet article

25 commentaires

  1. NVB comme ses copains/copines se délecte de jouer sur les mots: il n’y a aucune contradiction à affirmer d’un côté qu’il n’existe pas de “théorie du genre” et à évoquer (voire invoquer) “l’identité de genre”.
    Souvenez-vous: la loi ne parle pas des père et mère (exact, ces mots n’y figurent pas, c’est le texte d’application qui s’en charge).

  2. Intéressante vidéo : bien entendu, en bon caniche socialiste, cette ministricule précieuse et ridicule joue sur les mots : la “théorie” du genre n’existe pas, elle n’a pas à exister en tant que “théorie” puisque le genre est une réalité ; comme, en d’autres époques sombres, il n’y avait pas de “théorie” de la supériorité de la race aryenne, mais bien une réalité que les socialistes d’alors défendaient, enseignaient et appliquaient, en expliquant qu’elle était irréfutable puisque démontrée scientifiquement.

  3. La théorie de la relativité, ça existe.
    Mais la théorie du genre, ça n’existe pas.
    Ce pour quoi militent Najat V-Belkacem et sa clique, c’est l’idéologie du genre.
    Comme toutes les idéologies, elle connaîtra la fin réservée à ces constructions intellectuelles fondées sur des bases fausses : disparaître dans les poubelles de l’Histoire

  4. Quelle hypocrisie ! Elle nous prend vraiment pour des demeurés ! Ce n’est pas le français moyen qui a inventé cette expressio. Ensuite elle nous parle sans complexe de recherche scientifique donc bien d’une théorie avancée par ces pseudo-scientifiques.

  5. Aussi ignorante que menteuse.

  6. devrons nous revendiquer d’être homme ou femme?
    d’ici à ce qu’on nous nommes mâle ou femelle, il n’y a qu’un pas! Il faudrait leur expliquer que nous sommes en France et que le neutre n’existe pas!
    ni dans la nature, les animaux ont eux des comportements “sans préjuger”,

  7. Pire en fait elle dit qu’il n’y a pas de théorie du genre, mais que des études du genre, autrement dit ce n’est pas une théorie, c’est un dogme, il n’y a que des études du genre, c’est donc une matière pour madame, ni plus ni moins.

  8. Belkacem???? mai si la théorie du genre existe bien, ce concept est apparu dans les années 1950 dans les milieux psychiatriques et médicaux aux états-unis. Ils se foutent vraiment de notre gueule pour les plus résistants mentalement, pour d’autres, en particulier les enfants et jeunes adultes c’est une atteinte à leur santé mentale.

  9. Un ministre aux droits des femmes qui demande la suppression de l’identité sexuée…
    C’est vrai que notre gouvernement n’en est plus à une contradiction près

  10. Ces gens aiment finasser pour faire passer leurs idées. La théorie du genre n’existe pas mais on va remplacer en douceur identité sexuelle par identité de genre. Maintenant le lien avec les violences en particulier à l’égard des femmes n’est pas clair. On pourrait même arguer du contraire, plus les “études de genre” (pour faire plaisir à Najat) se développent, plus les statistiques des viols et autres violences sont à la hausse et certains psychologues indiquent un lien entre violence et perte d’identité.

  11. Qui touche le jackpot??????

  12. “La théorie du genre n’existe pas” Quelle langue de bois hypocrite!
    En fait les “chercheurs” cherchent toujours à vérifier des théories préalables qu’ils ont forgé plus ou moins avec leur raison et – surtout dans le domaine de l’anthropologie et de la sociologie – essentiellement avec leurs sentiments (en fait : de leurs ressentiments, dans le cas de la nébuleuse subversive dite abusivement “féministe”).
    Si cette pédante de NVB veut rencontrer la THEORIE du genre qu’elle relise Monique Wittig théoricienne du “matérialisme lesbien” et qui dicte sa loi : ” Une lesbienne doit être quelque chose d’autre, ni femme, ni homme, un produit de la société et non un produit de la “nature”, car il n’y a pas de “nature” dans la société.”
    Qu’elle relise Christine Riddiouh qui entend promouvoir “Socialism, Feminism and Gay/Lesbian Liberation” et qui a la perversité d’avouer [à noter et retenir]: “La culture Gay/lesbienne peut aussi être considérée comme une force subversive qui peut défier la nature hégémonique de l’idée de famille. Elle peut cependant le faire de telle façon que l’on ne sente pas qu’elle est en opposition avec la famille en elle-même. […] De façon à ce que la nature subversive de la culture Gay soit utilisée de manière efficiente, nous devons être capables de proposer des façons alternatives de considérer les relations humaines.” (Women and Revolution, 1981)
    A défaut elle aurait dû aller écouter les cours de Beatriz Preciado (alors Prof d'”Histoire politique du corps” à Paris VIII). Cette dernière se définit comme “philosophe hardeuse, gouine trash (=poubelle) et porno-punk”. Elle affirme : ” Je suis une athée du sexe, je n’y crois pas. Il n’y a pas deux sexes mais une multiplicité de configurations génétiques, hormonales, sexuelles et sensuelles.” Prenant sans contrôle médical de la testostérone, elle précise : “Par cette intoxication volontaire conduite sans protocole médical, je signifie que mon genre n’appartient ni à ma famille, ni à l’État, ni à l’industrie pharmaceutique. C’est une expérience politique.” (Libération,14/10/2008)
    Nous ne sommes pas là dans l’empirisme sociologique. Pour ne pas voir dans de tels propos la part énorme, non seulement de théorie, mais pire: d’idéologie et de constructivisme, il faut être de mauvaise foi ou stupide.
    Oui le “genre” est un constructivisme prométhéen basé sur une vision THÉORIQUE de la société qui remonte aux dites “lumières” et à la révolution. C’est bien ce que pressentait Claude Lévy-Strauss:
    “On peut se demander si les catastrophes qui se sont abattues sur l’Occident n’ont pas aussi leur origine dans la Révolution… Parce qu’on a mis dans la tête des gens que la société relevait de la pensée abstraite, alors qu’elle est faite d’habitudes, d’usages… En broyant ceux-ci sous les meules de la raison : on pulvérise des genres de vie basés sur une longue tradition, on réduit les individus à l’état d’atomes interchangeables et anonymes.”

  13. Et personne pendant ces joyeuses vacances pour interpeller ses deux sinistres ?

  14. Double nationalité schizophrénie assurée !

  15. Inégalité, inégalité! Mais les français veulent du travail… et non des théories de bobos déracinés du monde concret.

  16. Mine de rien, elle est beaucoup plus “balaise” que ce que je pensais il y a quelques années.
    affirmer tranquillement avec un aplomb parfaitement maîtrisé:
    “la théorie du genre, ça n’existe pas. ça n’existe tout simplement pas.”
    Magnifique, du grand art, j’admire, un modèle de propagande.
    Pourquoi, comment, combattre quelque chose qui n’existe pas ? Tu sape ainsi à la base toute argumentation de ton adversaire qui se retrouve désemparé devant l’ENORMITE de l’affirmation et qui, une fois sur deux, en perd son latin.

  17. Nos excellences n’excellent qu’en sémantique.

  18. Ce n’est pas la première fois que Najat Vallaud Belkacem est ainsi prise la main dans le sac. Je suis sûr que cela ne la fait même plus rougir, tellement elle est habituée à mentir toujours et partout.
    ça ne m’étonnerait même pas que, dans sa tête, elle considère que c’est normal de mentir comme on respire, quand on veut mener une carrière politique…
    En tout cas, rien d’étonnant que cette menteuse de première catégorie ait été choisie comme porte-parole, ou, plutôt, PORTE-MENSONGE de l’actuel gouvernement…

  19. On change la langue française, rien de moins. En France, le “genre”, c’est pour les choses, pas les gens.
    Même si transformer les gens en choses est leur but, pour bien faire, il nous faudrait résister à la pollution de notre langue en laissant le mot “gender” en anglais.

  20. Je me souviens avoir participé à ce hangout et avoir demandé à la ministre ce qu’elle pensait de la théorie du genre enseignée à des enfants …
    Je vous laisse apprécier sa réponse !

  21. l’heure est elle encore aux “mots”? Grégoire

  22. lorsque les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté…avait dit le sage Confucius

  23. Il n’y a pas d’égalité, il y a complémentarité, ça n’est pas la même chose.

  24. Un grand merci pour votre véritable information et analyse.
    N’oubliez pas l’application pour l’iPhone.
    Merci.

  25. Une dictature ne fonctionne qu’en s’appuyant sur le MENSONGE et tous les membres du gouvernement sont des maîtres en la matière.
    Il y a malheureusement encore beaucoup trop de “gogos” pour ne pas s’en rendre compte!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services