Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Libye : qu’allons-nous faire dans cette galère ?

Dans les 4 vérités :

"Un communiqué de Bernard Lugan, historien et spécialiste de l’Afrique, apporte quelques éléments de réflexion sur les situations en Libye et en Côte d’Ivoire qui diffèrent quelque peu de ce que l’on peut lire dans la « grande presse ».

« En Côte d’Ivoire comme en Libye, ce ne sont pas de "bons" démocrates qui combattent de "méchants" dictateurs, écrit-il, mais des tribus ou des ethnies qui s’opposent en raison de fractures inscrites dans la longue durée. »

La Libye, poursuit-il, « est essentiellement constituée de deux provinces désertiques, la Tripolitaine et la Cyrénaïque reliées par une route côtière le long de laquelle ont lieu des escarmouches sans contact direct que les journalistes qualifient pompeusement de"combats". Dans chacune des deux provinces domine une coalition tribale. De l’indépendance acquise en 1951 jusqu’à la prise du pouvoir par le colonel Kadhafi en 1969, ce fut la Cyrénaïque qui exerça le pouvoir. La Tripolitaine domina ensuite.

« La révolte est un soulèvement ancré en Cyrénaïque, plus particulièrement autour des villes de Benghazi et de Dernah. Les autorités françaises ont reconnu ses dirigeants comme les seuls représentants du "peuple de Libye". Un peu comme si la Catalogne s’étant soulevée contre Madrid, Paris reconnaissait les délégués de Barcelone comme seuls représentants du peuple espagnol… »

Dans Monde et Vie, Henri Malfilatre rappelle lui aussi ces données historiques, dans un article intitulé : « La Cyrénaïque, bastion islamiste ».

« Historiquement, écrit-il, l’est libyen, ou Cyrénaïque, est la terre d’élection de la Sanûsiyya, une confrérie intégriste fondée au 19ème siècle par Mohammed Ben Ali As-Senoussi, un lettré algérien, né en 1780 à Mostaganem, qui prônait le retour aux sources de l´Islam. »

Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, les propagandistes sénoussistes « prêchent le retour à l’Islam et la foi dans la victoire future contre les envahisseurs chrétiens » et la Sanûsiyya « devient le principal acteur de la résistance à la colonisation européenne », notamment contre la France lorsque celle-ci entreprend de conquérir le Sahara, au début du XXe siècle, et contre les Italiens qui, en 1912, chassent les Turcs de Libye. En 1916, ce sont des Sénoussistes qui assassinent le père de Foucault.

L’appui de la mouvance islamiste extrémiste

En 1951, écrit également dans Monde et Vie Daniel Aman, les Britanniques créent la Libye, « sur deux piliers : premièrement, les pétroles (…), qui furent confiés à l'Occidental Petroleum d'Armand Hammer. Celui-ci était le fils unique du docteur Julius Hammer, fondateur du Parti Communiste des Etats-Unis et ami proche de Lénine, qui bénéficia du soutien financier de Jacob Schiff (Bank Khun & Loeb), " patron " de Wall-Street à New-York et très étroitement lié aux affaires internationales des Rothschild de la City à Londres, dont il était le cousin. Deuxièmement, les réseaux des chefferies musulmanes de la "Sannoussia Al-Islam" de Khartoum ».

Partager cet article

8 commentaires

  1. Il faut dire que nous sommes allés dans cette galère inspiré par de grands stratèges. Ainsi, juste avant le début de la “croisade”, Bernard Henri Levy, inspirateur de N. Sarkozy, expliquait dans Le Parisien que Kaddhafi était “aux abois” et qu’il serait renversé dès que les insurgés bénéficieraient d’un petit soutien aérien. Après deux semaines de pilonnage de la plus forte coalition militaire au monde, Kaddhafi est toujours au pouvoir et dès que le soutien aérien faibli, les insurgés s’enfuient. Et on apprend qu’il y a des membres d’Al Quaïda parmi nos valeureux démocrates insurgés. On a vraiment à faire à de fins analystes!!!

  2. Bernard Lugan, toujours aussi excellent et original dans ses analyses.

  3. [Je supprime votre commentaire pour vous éviter des remarques des lecteurs habituels et pour vous laisser le temps de fouiller dans nos posts précédents : vous verrez qu’on a pas changé…
    Lahire]

  4. « Sanûsiyya»
    les francophones n’auront peut-être par reconnu ce qui s’écrivait encore récemment et de manière simple en français « sémoussiste ».

  5. Monsieur Lugan est également très fort, pour se faîre passer pour le seul et unique connaîsseur de l’Afrique, avec une suffisance inégalable, et en affîchant un mépris insondable, pour tous ceux qui ne sont pas en admîration, devant ses exploîts intellectuels.
    Personnellement, j’en suis revenu (finalement, il n’a jamais vraîment prévu grand’chose) et les quelques amis africains, auprès desquels j’ai testé ses thèses, étaient plus que sceptiques…mais bon, la Droîte adore se prosterner devant quelque gourou martial, qui la rassure, en lui affîrmant que nous sommes toujours au temps du bon Docteur Schweitzer.

  6. En 2012 … Kadhafi sera toujours là et Sarkozy aura disparu de la circulation .
    C’est de plus en plus probable !

  7. Un point de vue interessant:
    http://www.polemia.com/article.php?id=3669

  8. Lisez le livre jaune n°5 pour mieux comprendre les vraies raisons de ce conflit et des autres aussi d’ailleurs
    La littérature anglophone est bien plus étoffée que la francophone à ce sujet (pour ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet).
    Pour autant, les principaux responsables sont évoqués en toute fin.
    Volontairement ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]