Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : Benoît XVI / Médias : Désinformation

Libé devient ultranationaliste

L’extrême-gauche est habituellement hostile au patriotisme, même tempéré. Mais il y a des exceptions : la subversion justifie tout, y compris une instrumentalisation occasionnelle du nationalisme.

On le voit parfois utilisé pour attiser un anti-américanisme irrationnel, on le voit maintenant à l’oeuvre dans Libération pour attaquer Benoît XVI : le quotidien reprend les arguments de l’ultranationalisme cocardier le plus échevelé pour insulter Benoît XV, le "pape de la paix" de la Guerre de 14-18, et atteindre par ricochet le nouveau Pape.

Libé publie ainsi une extraordinaire tribune d’un Yves Lemoine composée d’une avalanche confuse de citations de l’époque, accusant Benoît XV d’avoir été le "pape boche" de Clémenceau, ou le "Pilate XV" de l’intempérant Léon Bloy. Dans la surchauffe patriotique d’une guerre mondiale, de tels débordements sont compréhensibles, même s’ils ne sont pas admirables. Mais les citer cent ans après comme des analyses probantes, c’est de la bouffonnerie. Citons, pour la confusion de leur auteur, les dernières lignes de cette tribune incohérente :

(…) Benoît XVI, en laissant entendre que Benoît XV fut un apôtre de la paix, nous enfume. Il est assez étonnant qu’un pape allemand et francophobe (?) se réclame d’un pape si éminemment… germanophile. (…)

Quelques remarques :

1. Ce n’est pas Benoît XVI qui laisse entendre que Benoît XV fut le pape de la paix. C’est tout le monde. Tout le monde, sauf M. Lemoine et ses camarades ultranationalistes morts depuis près d’un siècle.

2. Benoît XVI, "francophobe" ?

3. Benoît XV était tellement "germanophile" que, tandis que Clémenceau le traitait de "boche", Ludendorff le traitait de "pape français."

La seule cohérence dans ce papier misérable de Libé est qu’il participe à la volonté de créer une association d’idées, plus ou moins subliminale, entre Benoît XVI et l’Allemagne nazie. Les "Jeunesses hitlériennes", les "yeux bleus", la référence à un "pape germanophile" servent de complément aux éructations de Canal Plus. Heureux es-tu, Benoît…

HV

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services