Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’hypocrisie de la gauche prétendument antiraciste

L’hypocrisie de la gauche prétendument antiraciste

De Me Gilles-Willim Goldnadel dans Valeurs Actuelles :

"[…] Voilà déjà plus d'un an, je me désolais encore du silence de la presse convenue, ordinairement à l'affût de tout ce qui peut ressembler de près mais surtout de très loin au racisme, à l'égard de celui de Monsieur Corbyn, leader très islamo-gauchiste du parti travailliste britannique.

Alors même que le terrorisme islamiste ensanglantait l'Angleterre, du pont de Londres jusqu’à Manchester, je vitupérais le fait que nul, des deux côtés de la Manche, ne se soit vraiment intéressé au cas d'un homme qui avait multiplié les contacts avec l'islamisme le plus radical et le plus antisémite.

Las, la presse avait préféré chercher mauvaise querelle à la conservatrice Madame May pour son alliance avec un parti de droite unioniste irlandais, ce qui avait permis à son rival travailliste, pourtant contesté de l'intérieur, de réaliser un score plus qu'honorable aux élections législatives qui lui permettait d'affermir son pouvoir sur son parti.

Déjà, en 2017, les preuves ne manquaient pas contre le patron du parti travailliste anglais : il avait accueilli des délégations du Hamas et du Hezbollah terroristes lors d'une rencontre parlementaire en leur donnant du « mes amis ».

Après l'avoir nié, Corbyn, peu économe en dénégations, admit avoir rencontré à Londres en 2009 Dyade Abou Jajah, ancien combattant du Hezbollah et leader en Belgique d'un mouvement islamiste radical, la ligue arabe européenne, qui avait organisé à Anvers en 2002 des manifestations communautaires violentes.

Corbyn avait aussi assisté à des réunions du groupe « Deir Yassin Remembered » fondé par le négationniste Paul Eison. Enfin, il était acquis aux débats que Monsieur Corbyn avait tenté, en vain, d'intervenir auprès de la banque HSBC qui venait de clôturer d'autorité le compte de la mosquée de Finsbury.

Une enquête de la BBC avait établi que cette décision était prise afin d'éviter l'inscription du lieu de culte sur un fichier de vigilance bancaire sous la rubrique « terrorisme » en raison de ses activités antérieures. L'interdiction bancaire était aussi liée, selon la BBC, à la présence au conseil d'administration de la mosquée de Mohamed Sawalah, figure des Frères musulmans, soupçonné d'être un ancien commandant du Hamas à Gaza.

Enfin, Corbyn avait participé à Londres, le 12 février 2006 à une manifestation contre les caricatures de Mahomet.À propos des attentats de Paris, le député avait diffusé à la Chambre des Communes une motion qui ne faisait pas allusion à l'attaque meurtrière contre l’hyper casher mais exprimait sa sympathie à l'égard des victimes de l'attentat contre Charlie hebdo.

Nous en étions là en 2017 quand, en juillet 2018, de nouvelles preuves de la radicalité pro- islamiste et de l'antisémitisme de Monsieur Corbyn sont apparues. Jean-Louis Thiériot, essayiste et avocat, les a parfaitement résumées lors d’un entretien dans le Figaro, le 14 août. Il était désormais acquis que Jeremy Corbyn, ainsi que le prouvaient des photos publiées par le Daily Mail dont il avait reconnu la véracité, avait déposé une gerbe à la mémoire de plusieurs des terroristes palestiniens ayant assassiné 11 athlètes israéliens à Munich en 1972.

Ainsi que le rappelait Jean-Louis Thériault, le député d'extrême gauche s'était également opposé à la destruction d'une fresque murale représentant un « juif au nez crochu » jouant avec le monde au Monopoly. Image rappelant les clichés des années 30 et les illustrations du Juif Suss, diffusés à profusion sous le nazisme. N'en jetons plus. Pour tenter de s'en sortir, Corbyn a fini par admettre « qu'il y avait un problème d'antisémitisme au sein du Labour » mais avec la modestie de s’oublier.

Dès lors, osons cette question un brin irrévérencieuse : la presse française de gauche, antiraciste jusqu’à l’obsession, de Libération au Monde, a-t-elle donné grande publicité à ce qui vient d'être rappelé ? Poser la question c'est y répondre. […]"

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services