Bannière Salon Beige

Partager cet article

Communisme

L’homme au service de la science : une idée mise en oeuvre en URSS

Le Figaro rappelle que le communisme tue :

En 1921, Lénine crée le "Cabinet" des poisons. Sous le règne de Staline, le laboratoire est dirigé par un médecin. Surnommé "Docteur la mort", Grigori Moïssevitch Maïranovski faisait ses expériences sur des cobayes humains. Grigori Moïssevitch teste scrupuleusement chaque produit sur 10 cobayes. Tous les corps des sujets d’expériences sont brûlés au crématoire, sauf un, qu’on transporte jusqu’à l’hôpital Sklifasovski pour autopsie. Chez Maïranovski, la mort des « traîtres » sert à la science. Le docteur ne doute pas du bien-fondé de son travail. Il oeuvre pour la patrie. Il n’a rien à se reprocher.

Pendant la guerre, le laboratoire prospère. Il bénéficie désormais non seulement de cobayes russes mais également de prisonniers polonais, allemands, tchèques et même japonais. Les expériences s’accélèrent. Tout est consigné dans un rapport secret.

Après la guerre, les répressions ont repris de plus belle, Staline réclame toujours davantage de victimes. Tout le monde est suspect. Mais le professeur reste serein. « Ma conscience communiste est pure », écrira-t-il plus tard.

MJ

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services