Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

L’héritage de Donald Trump

L’héritage de Donald Trump

Dans Présent, Christian Daisug souligne qu’aucun président à un seul mandat n’a quitté la Maison-Blanche avec 75 millions de voix, 51 % d’opinions favorables et les deux tiers des membres de son parti d’accord pour une future candidature à la magistrature suprême. Alors que le vaincu est en général promis à la solitude et à l’opprobre, Donald Trump semble au contraire grandi dans l’épreuve. Voici l’inventaire de ce qu’il laisse au Parti Républicain :

Trump a désigné l’ennemi. Sans l’identification exacte du camp à combattre, on le sait, il n’est pas de victoire possible. Durant quatre ans, Trump a montré du doigt le bolcho-globalisme, l’hydre qui combine l’efficacité d’une dictature « douce » et les perspectives d’un nivellement communiste. Il a tenu cet Etat des profondeurs (deep state) pour le sapeur de l’Amérique. Il a clamé que son influence semi-clandestine empêchait toute réforme, viciait tout progrès. Il a fait de ses spadassins voués à la prédation les fossoyeurs d’un pays menacé qui exigeait des défenseurs. Trump a battu le rappel d’un patriotisme assoupi. Il fut le seul dans l’histoire moderne. Aucun de ses prédécesseurs n’a eu l’intuition de proclamer que l’ennemi non seulement campait aux portes mais s’était déjà incrusté à l’intérieur. Aucun de ses prédécesseurs n’a eu l’audace de porter le fer là où il le fallait. Le trumpisme restera parce que l’ennemi est toujours là. Plus que jamais debout, féroce et méprisant.

Trump a bâti une coalition. On a un peu oublié ce qu’était le parti républicain après les défaites à la présidentielle de John McCain en 2008 et de Mitt Romney en 2012 : une cohorte de déboussolés à la recherche d’un chef, d’un programme et d’un dynamisme. Autrement dit, le parti de Lincoln et de Reagan était devenu une coquille vide. Ses responsables géraient douillettement leurs fiefs électoraux tandis que les militants tentaient de croire encore aux vertus d’un conservatisme obsolète et dangereux. Le libre-échange, une fiscalité d’égoïstes et un capitalisme vagabond avaient fragilisé l’Amérique et tué à petit feu sa classe moyenne. Trump balaya d’un coup cette funeste poussière et plaça au centre d’une nouvelle coalition un personnage jusqu’ici oublié : le travailleur, le célèbre « col-bleu ». Autour de lui, se sont peu à peu agglomérées des forces anciennes, traditionnelles et solides. L’Amérique profonde sortait de son trou ; les « sans voix » rompaient le silence. Les pro-vie, la droite religieuse, les bourgeois réactionnaires, la gauche trahie, les libéraux déçus, les minorités frustrées marchèrent comme un seul homme derrière le slogan « America first ». Ce fut le peuple de Trump. Cet élan-là demeure inoxydable.

Trump a laissé un programme. Ses prédécesseurs n’eurent pas besoin de programme personnel, original – le genre de schéma qui pose un chef et montre son esprit. Ils avaient celui des globocrates. Durant un quart de siècle, on a ouvert les frontières, privilégié l’illégal, alourdi les impôts, chassé les usines, nourri le chômage et choyé Wall Street. Trump s’employa à faire le contraire. Du social mêlé au national. L’Amérique aux Américains. Les vieilles rengaines sont utiles : elles situent les vrais problèmes et sollicitent le bon sens. C’est sur ce bon sens que Trump appuya son programme. Un programme de gouvernement qui restera valable encore longtemps. Et surtout, un programme de combat. Lorsque Trump ferma les frontières, installa le protectionnisme, renforça la classe moyenne, limita l’avortement, corseta l’Etat et rapatria les soldats, il situa son action à deux niveaux : gérer les affaires publiques et arracher les tentacules subversifs. L’Amérique, qui avait un besoin urgent d’une nouvelle direction, exigeait aussi une nouvelle mystique. Celle de l’impérissable nation.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]