Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

L’Express découvre que l’établissement Stanislas est catholique

L’Express découvre que l’établissement Stanislas est catholique

L’Express s’étonne de l’enseignement sur le respect de la vie :

[…] Sarah* n’a plus les souvenirs très clairs, tant l’expérience qu’elle a vécue l’a “choquée”. Dans le cadre des trois séances annuelles d’éducation à la sexualité, prévues par la loi depuis 2001, la collégienne de 14 ans a appris qu’elle devait “être pudique, afin de ne pas être l’objet du regard des garçons”. “La prof disait que c’était le message de notre corps, lorsqu’à la puberté des poils commencent à couvrir notre appareil génital”, relate-t-elle. Marie*, une autre collégienne, abonde : “Pour elle, les garçons avaient des pulsions de vie, et il fallait s’y adapter. Comme tout le monde a peur d’être viré, personne n’a osé la contredire.”

[…] Inès de Franclieu, l’enseignante à laquelle font référence les collégiennes, incarne parfaitement cette idéologie. Cette “spécialiste de l’éducation affective et sexuelle”, fondatrice en 2011 de l’association Com’ je t’aime, intervient chaque année dans le prestigieux établissement. En 2016, celle-ci a écrit Dis, en vrai, c’est quoi l’amour ?, un livre pour les 5-12 ans, dans lequel le contenu de ses cours apparaît explicitement. “Les pulsions de vie, les pulsions sexuelles, sont particulièrement fortes chez le garçon, et elles sont belles” ; “Parfois la façon dont la fille s’habille ne respecte pas assez son intimité. Elle ne réalise pas que le garçon aura plus de mal à maîtriser son regard”, peut-on ainsi lire. Plus loin, la “spécialiste” est plus directe : “Toi, jeune fille au fond de ton coeur tu ne souhaites pas être considérée comme un objet. […] Fais donc en sorte de ne pas provoquer le regard du garçon. La façon dont tu t’habilles aidera ou non le garçon à maîtriser son regard, et donc aussi ses gestes.”

Ces propos, Inès de Franclieu les assume auprès de L’Express :

“Les filles se plaignent qu’on leur parle de pudeur, mais ce sont aussi les premières à dire qu’elles se font violer aujourd’hui. Il faut donc qu’elles apprennent qu’on ne fonctionne pas pareil.” Concernant les vêtements, l’éducatrice prend l’exemple des prostituées, “habillées d’une certaine façon”. “On sait que le corps dénudé fait quelque chose à l’homme, sinon il y a un problème”, explicite-t-elle.

Stanislas cautionne-t-il ce discours ? Frédéric Gautier, le directeur du collège depuis 2015, prétend ne pas connaître tout le contenu de ces cours :

“Ils se font en lien avec l’association des parents d’élèves, et sont présentés aux parents avant l’intervention en classe. Par ailleurs, ils relèvent de notre liberté éducative, reconnue par la loi Debré de 1959.”

Du fait de son statut d’établissement privé sous contrat, Stanislas dispose en effet d’un “caractère propre”, c’est-à-dire qu’il peut se référer à une doctrine philosophique dans son projet éducatif. En l’occurrence, le catholicisme. Dans le cadre d’un cours de catéchisme que L’Express a consulté, cela permet par exemple à l’enseignant d’écrire que

“l’avortement signifie toujours tuer volontairement une personne humaine innocente”.

Ou encore :

“Dans le cas du viol, il est important de différencier deux aspects. D’une part, il y a ce terrible crime brutal commis contre une femme […]. D’autre part, il y a cet enfant, aimé de Dieu, qui a été conçu. Indépendamment de son géniteur, Dieu a un projet avec cet enfant. Aussi terribles que soient les blessures qui ont été infligées à la mère, l’enfant peut devenir un motif de consolation pour elle et lui apporter une nouvelle espérance.”

Un message que Frédéric Gautier assume :

“Je n’évacue pas l’idée que ce discours puisse heurter nos élèves. Mais nous devons transmettre l’enseignement de l’Eglise sur le respect de la vie de sa conception à la fin.”

Et sur la contraception :

Interrogée sur ce point, Inès de Franclieu persiste :

“Je ne parle pas de la pilule car beaucoup de femmes ne veulent pas l’avaler, et les élèves n’ont pas besoin de moi pour savoir ce qu’est un préservatif. Je maintiens qu’il est tout à fait possible d’apprendre les périodes de son cycle, mais cela dans le cadre d’un couple stable.”

Partager cet article

15 commentaires

  1. Je vais dire une énormité : et si on supprimait la mixité dans les collèges privés, cela ne réglerait pas déjà une grande partie des problèmes ?

  2. Cette prof est courageuse. Dommage que le titre de son livre offense autant la langue française.

  3. Stanislas est une des rares écoles catholiques qui assume la morale catholique. C’est sans doute pour cela que cette école est la meilleure.
    Quand je lis que des élèves se disent choqués par des propos de simple bon sens, je pense à cette expression qui parle de confiture donnée à des cochons. Vraisemblablement, Sarah* et Marie* auraient préféré ces cours où l’on apprend aux élèves à enfiler des préservatifs sur des bananes. Grâce à l’Express leurs enfants n’en connaîtront peut-être pas d’autre.

    • Voir ma longue réponse ci-dessous qui va arriver. Ces pauvres filles répètent ce que dit leur milieu familial et dessinent et colorient en cours de catéchisme non noté.

  4. Ce qui me frappe est davantage l’intolérance (encore…) de la “gauche morale”, qui ne supporte pas un autre langage sur le corps. Sauf s’il s’agit d’un rapport de force qui lui est défavorable: le “voile” ne fait pas partie de ses préoccupations pour cette raison.
    Peut-être faut-il rappeler aux propriétaires (les seuls responsables) de ce journal que beaucoup de musulmans mettent leurs enfants dans des écoles catholiques pour leur éviter la confrontation aux énormités proférées part cette gauche libertine.
    A propos, quelqu’un a vu publiée quelque part la liste des “clients” du défunt Epstein?

  5. Chers amis, je pense pouvoir vous instruire sur ce qui s’est passé à Stanislas. Nous sommes bien d’accord que je formule une hypothèse de travail car je ne suis pas une petite souris dissimulée dans la salle de classe.
    La scène que j’imagine a pu se dérouler le mardi 29 mars en classe de troisième, avec des adolescents. L’intervenant extérieur, qui n’est pas un professeur de Stanislas, est Inès de Franclieu, une femme extraordinaire qui est une habituée des lieux et que les élèves connaissent déjà très bien.
    Inès de Franclieu fait son énième exposé aux élèves de la classe. Elle parle de ‘porter une tenue décente’ et ‘les garçons et le sens de la vue’. Le ‘cours’ finit cinq minutes en retard. Le professeur Bellifère est derrière la porte et attend son tour. Il entre et demande aux enfants : « Quel cours venez-vous d’avoir ? ». Des enfants répondent : ‘éducation sexuelle’. « Ah cela m’intéresse ! » dit Bellifère. Quelques enfants filles disent : « Oui, Madame de Franclieu nous a dit que c’était une provocation de s’habiller d’une certaine manière, elle justifie le viol ». Un tissu de mensonges est donc envoyé sur la face et l’esprit du professeur Bellifère. Celui-ci, de manière immature ou sautant sur l’occasion, ne prend pas de recul vis-à-vis de ces propos de classe. Sans respect pour Inès de Franclieu, il enfourche un discours de rééducation : ‘Oui, il faut faire des expériences avant de se marier’ ; ‘Cette dame tient des propos d’un autre âge’.
    Des élèves sont étonnés par les propos provocateurs de camardes de classe mais sont surtout choqués par ceux du redoutable professeur Bellifère qui note et châtie. « Il a tenu un vrai discours de soixante-huitard attardé. Le Directeur veut faire bien en proposant Inès et le message est sabordé par Bellifère qui répond aux mensonges de la classe, c’est insupportable. Stan se veut catho et c’est pareil que dans le public. Ces filles et garçons pensent comme leurs parents, et c’est 90% de l’idéologie ambiante. »
    Il y a donc eu une provocation de cinq élèves sur trente et ensuite une manipulation des esprits par un professeur qui part en retraite fin juin 2022.
    A Stanislas vous pouvez trouver une ou des mères d’élèves qui disent à leur enfant : « La seule manifestation de rue à laquelle je participerais, c’est une manif pour défendre le droit à l’avortement. »
    Vous pouvez comprendre alors qu’un article débile sorte dans l’Express. Ce journal est destiné aux ‘modérés’ ; vous savez, ceux qui votent pour l’extrême-centre nihiliste du broyeur de crânes élyséen avec la main gauche posée sur le portefeuille placé dans la veste ou qui se baladent en baskets avec ‘un smic à chaque pied’ comme AOC.
    A Stanislas, le véritable courage n’émane pas de la passagère Inès de Franclieu mais plutôt du professeur de SVT qui parle de contraception chimique en soulignant que cela rend la femme sous contraception chimique : ‘femme-objet’. Mesdames ‘contraceptées’, ‘gavées d’hormones de synthèse’, ‘écolobobodingoisées’, cela ne vous dit rien au fond de votre cœur et de votre corps allongé ! Basta de tous ces mensonges nihilistes qui nous enfument comme un brouillard ambiant ou satanique. La contraception chimique actuelle ne bloque pas l’ovulation et provoque immanquablement des règles artificielles. Oui mesdames ! Nous en déduisons lucidement que probablement 99% des enfants conçus en France ne naissent pas, qu’ils sont avortés par ‘la pilule destinées aux simplets, aux paresseux, aux menteurs’ et nous affirmons fermement devant ‘les meurtriers à l’insu de leur plein gré’ : « Dans le doute abstiens toi ! » Mesdames, vous engendrez le Ciel à votre insu, vous retrouverez et ‘verrez’ ces enfants inconnus par vous et votre aveuglement du jour.
    Marie-Estelle DUPONT est venue à Stanislas le 19 avril à 20h. Elle a bien expliqué que porter le masque en classe est un geste de maltraitance des enfants. Porter un masque en classe comme l’impose la caste gouvernementale aux enfants des établissements sous contrat n’est certainement pas ‘un geste de courtoisie’.
    Ce journaliste de l’Express pro-crime abominable, que masque-t-il ? Quelle est sa source ? Est-ce un parent d’élève qui quitte Stanislas en fin de troisième ou bien est-ce le professeur Bellifère ou bien une autre personne qui lui a raconté ces calomnies colportées sur le dos d’Inès de Franclieu ?
    Par ton article ridicule et mortifère, oh journaliste subventionné par les trente deniers publics, tu n’imagines pas le bien que tu fais aux gens vivants. Ces personnes sont heureuses de savoir que l’idéologie suicidaire que tu promeus est impuissante contre le petit reste des humbles qui adhèrent à la vérité en actes. Tu ânonneras peut-être avec le professeur Bellifère que ‘toutes les religions se valent’ en sous-entendant que ce sont des obscurantismes à dépasser. Des enfants ânonneront avec vous deux votre endoctrinement idéologique mortifère, d’autres entreront dans le flux de la vie en Vérité. Journaliste subventionné, tu as devant toi le mur de la mort ; les vivants ont les branches surplombantes de l’arbre de Vie qui leur permettent de sauter dans la Vie humano-divine en marche inéluctable.
    Pauvres journalistes qui surfent sur des propos tordus et calomniateurs d’élèves adolescents. Vous avez pris des racontars pour argent comptant, vous avez salivé et vous vous demandez pourquoi certaines personnes impolies ou lucides parlent de ‘journalopes’.

    • Belle envolée lyrique et de fond. Tout est dit. Ça fait du bien, n’est-ce-pas ?

    • “Madame de Franclieu nous a dit que c’était une provocation de s’habiller d’une certaine manière, elle justifie le viol”
      Quelle phrase intéressante! Quels synonymes pouvez-vous proposer pour “justifie”: légitime? explique? rend compréhensible? Une analyse grammaticale du “elle” aurait été pertinente: est-ce que “elle” désigne “Madame de Franclieu” ou “une provocation”. J’espère que Monsieur Bellifère n’est pas professeur de français, sinon il me semble qu’il a complètement loupé son intervention. Deux simples questions de compréhension montrent à quel point une phrase peut s’interpréter de manières diverses…
      (Non, je ne suis pas prof. de français, mais professeur de mathématiques qui a retenu une préconisation, à mon avis excellente, de l’Inspection Générale de mathématiques -dans les années de l’entre-deux-guerres-: toute leçon de mathématiques est d’abord et avant tout une leçon de français.)

  6. J’en profite pour témoigner que le petit livre d’Ines de Franclieu m, en de pot de son titre affreux, est une pépite de bon sens.
    Tous ses livres sont d’ailleurs d’excellents outils pour les parents qui souhaitent informer et former leurs enfants a la vie affective, sexuelle et a la vie tout court.
    Mère de prêtre, elle est aussi parfaitement droite et fidèle au magistère dans ses présentations.

  7. Répondre à l’Express entraîne un déchaînement des loups et des jaloux. Les livres d’Ines de Franclieu sont en rupture de stock.
    « Préservatif qui “ne sert à rien”, avortement qualifié de meurtre, grossesse après un viol désignée “cadeau de Dieu”… Ces propos qui font scandale au prestigieux collège Stanislas de Paris – lindependant.fr »
    https://www.lindependant.fr/2022/06/09/preservatifs-incrimines-pudeur-feminine-demandee-on-vous-dit-tout-sur-ces-propos-qui-font-scandale-au-prestigieux-college-stanislas-10348186.php

  8. Ah! ce monde qui comprend que tous les calculs mathématiques pour faire avancer le progrès technique ne peut souffrir la moindre erreur infinitésimale sous peine d’échec, et qui montre une incohérence CRASSE et CYNIQUE en niant l’évidence que l’érotisation de la société qui suinte de partout, rend la maîtrise de la libido (notamment masculine), ingérable!
    L’esprit logique ambiant est vraiment à géométrie variable. Pour faire décoller les fusées ou construire des tours qui rivalisent de hauteur entre elles, là: 1+1=2 . Mais pour ce qui concerne la loi naturelle, 1+1= “ce qu’on veut” (du moment que ce n’est pas le résultat conforme à la réalité.)

    Merci et courage à Inès de Franclieu et à ce corps enseignant remarquables!

Publier une réponse