Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : L'Eglise en France

L’évêque n’en veut plus, les fidèles veulent la garder

Ste Il s'agit de l'église Sainte-Thérèse de Saint Quentin dans l'Aisne. Vous trouverez son histoire et la problématique ici. Il faut engager 350 000 euros pour restaurer cette église massive dont le principal matériau, le béton, connaît une désagrégation certaine. A ce prix, certaines municipalités ne regardent pas à la dépense quand il s'agit de mosquées.

Cette somme est exorbitante pour l'évêché, l'église est postérieure à 1905. L'évêque est donc venu annoncer le 2 décembre aux paroissiens de Sainte Thérèse que leur église serait détruite (pour 150 000 euros quand même) et le terrain vendu.

Lever de boucliers et pétition sont désormais d'actualité : Ce n'est pas moins de 20 photos de cette église que j'ai reçues avec un bel historique et une pétition. Les paroissiens se démènent : il me semble qu'un blog ou un site internet serait beaucoup plus efficace pour fixer en un point donné tous ces renseignements et une pétition informatique et sans doute le plus important… un moyen de virement! Quelqu'un pour les aider?

Partager cet article

15 commentaires

  1. « Allez dire à votre maître qu’un évêque ne livrera jamais le temple de Dieu. » disait Saint Ambroise, évêque (que nous fêtions le 7 décembre).
    Quelqu’un qui est prêt à livrer le temple de Dieu pour de l’argent (il s’agit de cela en fait) est-il vraiment évêque, selon Saint Ambroise?

  2. Oui enfin il faut voir si le maintien d’un tel édifice vaut vraiment la peine… si personne n’y va (fréquentation de la messe) et que le bâtiment n’a que peu d’intérêt historique, on ne va pas non plus se saigner pour faire de la conversation de meubles.
    L’Eglise c’est plus que des bâtiments… c’est aussi des fidèles. Or s’ils ne viennent pas, il ne faudra pas pleurer après sur la destruction des biens.
    Il faut être cohérent. Je ne veux pas que l’Eglise en France devienne une entreprise de gestion du patrimoine public…
    Bien sûr c’est triste de voir une église partir, mais la société change, les croyants aussi.

  3. Il est vrai que pour les mosquées,il n’y a pas de problème de financement, c’est vraiment écoeurant;oui,il faudrait faire une pétition (décidément, on ne fait que cela en ce moment : signer des pétitions, j’espère au moins que cela sert à quelque chose)car si on commence à détruire des églises au moment où les mosquées poussent comme des champignons, alors c’est la fin de tout.

  4. L’église Sainte Marie Madeleine d’Aix en Provence est fermée depuis 5 ans et demi pour des raisons de sous-sol ET de murs fragilisés par des commerçants attenants qui les ont autrefois percés pour agrandir leurs officines. Les Messes sont célébrées depuis en la Chapelle des Oblats, fondée par Saint Eugène de Mazenod.
    La réouverture est prévue pour le . . . . . ? ? ? Le coût des travaux est énorme, financé par la Mairie, le Conseil général etc . . .
    Un diocèse ne peut supporter de tels frais. Il vaut mieux « raser » Sainte Thérèse et que les fidèles aillent dans une autre église.

  5. Ce n’est pas un problème d’argent, c’est toujours un problème de foi.

  6. Il vaut mieux la démolir plutôt que la voir se transformer en mosquée !

  7. @ Internet,
    Vous faites peu de cas des dons, legs et autres choses que des fidèles ont généreusement donné à ce diocèse pour l’édification de cette église.
    Personnellement, je la trouve jolie. Et même si elle était moche, elle serait tout de même construite pour Dieu.
    On ne peut pas détruire une église.
    Vous écrivez:
    « L’Eglise c’est plus que des bâtiments… c’est aussi des fidèles. »
    Oui on l’entend souvent celle-là avec des variantes comme « l’Eglise ce sont aussi les pierres vivantes ».
    Moi, les seules pierres vivantes que je connaisse c’est l’intifada.
    A votre aise.

  8. Avec l’argent du terrain, l’évêque pourra par œcuménisme,aider à la construction d’une mosquée!

  9. « Personnellement, je la trouve jolie. Et même si elle était moche, elle serait tout de même construite pour Dieu.
    On ne peut pas détruire une église. »
    Sans blague ? Depuis quand ? C’est ridicule… Vous êtes pire qu’un païen ! La désaffectation au culte permet tout à fait de démolir le lieu. L’histoire l’a bien montré ! Combien d’églses n’avons nous pas détruit par le passé ? Quant aux legs et dons, ils appartiennent au passé. Si aujourd’hui plus personne ne vient y prier, ce n’est plus la maison de Dieu mais un musée.
    Après je peux concevoir qu’on aime une Eglise-musée, mais je préfère la voir travailler à la gloire de Jésus Christ plutôt qu’à l’entretien de ses bâtiments. Question de foi sans doute.
    « Moi, les seules pierres vivantes que je connaisse c’est l’intifada.
    A votre aise. »
    Ma foi, libre à vous d’adorer le veau d’or, les représentations humaines de Dieu plutôt que Dieu lui même. Votre attitude porte un nom, c’est le paganisme. Je préfère de loin le Christianisme ; la foi vivante et active.

  10. Le Maire pourrait-il faire quelque chose, comme il le fait pour les mosquées ?
    Ah non, bon sang mais c’est bien sûr, le Maire est le F.:M.: Xavier Bertrand !
    Donc, il soufflera sur les braises.
    Chrétiens de St Quentin, ne votez plus pour lui !

  11. En réponse à « Internet », un extrait de mon article sur cette affaire (Daoudal Hebdo N° 106):
    Ce qui est curieux dans cette histoire est que l’on ne parle que du coût des travaux, sans jamais parler de l’église elle-même. Sauf Stéphane Monnoyer, qui rappelle : « Ce serait dommage pour une ville qui se veut capitale mondiale de l’Art-Déco de ne pas sauvegarder ce patrimoine. »
    En effet, Saint-Quentin se vante d’être capitale de l’Art-Déco (la ville a été entièrement reconstruite après la Première Guerre mondiale). En 2005 a été mise en place une politique de valorisation du patrimoine Art-Déco, avec notamment un plan d’aide au ravalement des façades. Avec aussi une mise en lumière des architectures les plus marquantes. Or, parmi ces monuments, il y a précisément l’église Sainte-Thérèse.
    Elle est en effet originale, même dans le genre Art-Déco byzantin… Consacrée en 1937, elle est tardive dans l’histoire de l’Art-Déco, mais ses plans datent de 1933. Quoi qu’il en soit, les services du patrimoine l’ont jugée digne de figurer parmi les bâtiments bénéficiant d’une coûteuse mise en lumière (car il ne s’agit pas de projecteurs, mais de lumières intégrées aux façades).
    L’église Sainte-Thérèse n’est donc pas une de ces églises construites à la va-vite dans des nouveaux quartiers, dénuées de tout intérêt architectural, voire laides. Que l’évêché s’en désintéresse est un scandale.
    Et je faisais le rapprochement avec l’affaire de Plounérin:
    On se souvient de l’affaire de l’église de Plounérin (Daoudal Hebdo N° 87). Une église néo-gothique de la fin du XIXe siècle. Là aussi, il était question de la démolir, parce que le coût de la restauration était élevé. Le maire communiste a organisé un référendum. Les Plounérinois ont plébiscité la rénovation de l’église, à leurs frais : 100 € par habitant sur 30 ans. Pour un coût total de 1,5 million d’euros, soit plus de quatre fois plus que pour Sainte-Thérèse.
    La différence est qu’à Plounérin l’église, construite avant la loi de 1905, appartient à la commune. Tandis qu’à Saint-Quentin, l’église Sainte-Thérèse, construite après la loi de 1905, appartient à l’Eglise.
    On se retrouve donc dans cette situation paradoxale d’une municipalité communiste qui sauve une église tandis qu’un évêché abandonne l’une des siennes.
    Les évêques posent en principe qu’ils n’ont pas les moyens de conserver toutes les églises (même quand il s’agit, comme à Saint-Quentin, d’une église paroissiale). L’exemple de Plounérin a montré que c’est faux. Les habitants, dont seulement une dizaine fréquente la messe dominicale, se sont massivement portés volontaires pour payer les travaux de restauration. On remarque que l’évêché n’a même pas tenté de susciter une association de sauvegarde (qui va sans doute se monter sans lui). Sur le tract distribué aux paroissiens, l’évêque fait seulement savoir qu’en cas de démolition, il y aurait un « espace » pour rappeler l’emplacement de l’église. « Une sorte de mausolée, comme cela se fait pour les emplacements funéraires », commente le journal.
    Autrement dit l’Eglise enterre l’église. Mais cette idée funèbre indique bien que les gens sont attachés à cette église. Et qu’il y a donc une possibilité de la sauvegarder. Peut-être en la donnant à la municipalité. Ironie de l’histoire : l’Eglise donnerait un bâtiment à la République qui lui avait tout volé…

  12. L’Aisne contrairement à la Vendée n’est pas la terre de la réaction religieuse. Elle est révolutionnaire depuis Saint-Just (qui est actuellement l’arrière-petit-neveu d’un avocat de la famille Le Pen).
    La seule solution serait que les catholiques de l’Aisne rachètent par souscription l’église et que chacun donne une obole pour sauver cet édifice.
    Pourquoi ne pas lancer une opération qui pourrait s’étendre à toute la Picardie et au-delà ?
    Et pourquoi ne pas contacter la Fraternité Saint-Pie X pour racheter l’église ?

  13. Ce n’est malheureusement ni la première, ni la dernière église française, qui risque d’être démolie à cause de l’évèque local.
    En effet, ces derniers se conduisent plus en gestionnaires, qu’en visionnaires. Le problème, c’est qu’à force de reculer, la religion catholique se retrouve toujours perdante.
    Par ailleurs, comment peser sur les communes qui rechignent à entretenir leurs églises, si les évèques montrent le mauvais exemple ?

  14. 350 000Euros… ça doit pouvoir se trouver, quand on voit ce reçoit le Téléthon qui n’est jamais que l’antichambre de l’eugénisme… L’évêché a-t-il essayé de lancer une souscription? Ou alors les paroissiens…

  15. @ Internaute (13 déc 2010 07:56:52),
    Une église est consacrée. Par cette consécration elle devient Temple de Dieu et le bâtiment prie et chante la gloire de Dieu.
    C’est pourquoi on ne peut pas la détruire.
    Vous n’avez pas compris ou ne voulez pas comprendre: quand j’écris les pierres vivantes que je connais c’est l’intifada, c’est une image: les pierres rejetées par les démolisseurs d’églises serviront à nous lapider, nous, qui avons laisser faire.

Publier une réponse