Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Pologne

L’Europe n’a pas le droit d’oublier ce que la Pologne a fait pour elle en 1920 en arrêtant l’invasion des troupes bolcheviques

L’Europe n’a pas le droit d’oublier ce que la Pologne a fait pour elle en 1920 en arrêtant l’invasion des troupes bolcheviques

Mgr Marek Jedraszewski a été évêque auxiliaire de Poznan (1997-2012), puis archevêque de Lodz (2012-2016) ; il est depuis janvier 2017 archevêque de Cracovie. Il a été interrogé dans la Nef. Extrait :

La Pologne est souvent critiquée par l’Union européenne (UE) qui lui reproche notamment ses positions trop « identitaires » et son manque d’ouverture à l’égard des migrants : qu’en pensez-vous ?

Il y a sans aucun doute un problème d’immigration et une vague énorme d’immigrants qui voudraient s’installer en Europe lorsqu’ils quittent leur pays. Nous ne pouvons oublier la voix des évêques syriens et de ces évêques du Proche-Orient qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour que l’aide aux populations, en particulier celles touchées par la guerre et la famine, soit fournie sur place. Il s’agit de ne pas laisser se développer une situation dans laquelle des nations liées au christianisme depuis le début, comme la Syrie et l’Irak, se trouvent vidées de leurs communautés chrétiennes.

L’attention portée à l’Église dans sa dimension universelle exige que l’on vienne en aide justement sur place à nos frères chrétiens qui souffrent et se trouvent dans une situation difficile. Dans ce cas, nous protégeons beaucoup mieux les mariages, les familles et les nations entières que quand nous accueillons quelques groupes de ces nations chez nous, ce qui entraîne de graves problèmes dans les pays d’où ils viennent, mais conduit aussi aux tensions et aux difficultés que connaissent les pays qui se sont totalement ouverts aux émigrés. Ainsi, par exemple, l’attitude de la Pologne, de la Hongrie et d’autres pays est aussi l’attitude de gens se sentant responsables de l’identité de l’Europe en raison de leur expérience de l’histoire. On ne peut pas oublier que c’est d’abord la Hongrie qui fut appelée « antemurale christianitatis », le rempart de la chrétienté en Europe ; titre qui fut ensuite attribué également à la Pologne. Derrière cette histoire se cachent d’énormes luttes et souffrances, pour pouvoir conserver l’identité de nos peuples, et donc aussi l’identité européenne. Ce furent des sacrifices immenses dont l’Europe de l’Ouest, en particulier, ne veut pas se souvenir, mais qui lui ont permis de se sentir en sécurité. Il est bien dommage que la levée du siège de Vienne et la grande victoire du roi Jean III Sobieski à la bataille de Vienne, en 1683, soient méprisées, quasiment depuis le tout début, par ceux que la Pologne a alors libérés en assurant, pour un temps, la sécurité de l’Europe entière.

Tel est notre vécu historique, qu’il n’est pas possible d’oublier, comme l’Europe n’a pas le droit d’oublier ce que la Pologne a fait pour elle en 1920 en arrêtant l’invasion des troupes bolcheviques qui voulaient atteindre l’Atlantique. En défendant les frontières de notre pays, nous avons également défendu les frontières de l’Europe. C’est dans notre tradition et dans notre façon de comprendre l’Europe. Nous voudrions que l’Europe puisse le prendre en compte, le respecter et qu’elle considère avec une grande responsabilité les problèmes qui concernent ces peuples et ces nations qui, sous l’influence d’une mauvaise propagande, quittent leurs territoires nationaux, cherchent le bonheur en Europe et ne le trouvent pas. Je soulignerai ici la grande action conduite par les frères Salésiens en Afrique qui a pour but de retenir sur place les personnes habitant en Afrique Centrale en leur apportant différentes formes d’aide, la possibilité d’une amélioration de leur vie sociale et économique, protégeant ce que l’on peut protéger sur place ; c’est-à-dire le mariage et la famille.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services