Lettre ouverte d'un prêtre à Monsieur Manuel Valls, Ministre de l'Intérieur

Publiée avec l'autorisation de son auteur :

             Monsieur le Ministre,

             M'étant rendu hier à Paris pour la
Manifestation contre la Loi Taubira, en tant que simple citoyen, mais sans
mettre ma condition de prêtre catholique dans ma poche, je viens ce jour
protester fermement contre votre façon d'agir envers les familles françaises.

            Lorsque vous dites que «des groupes
ont essayé de forcer les barrages de police. Les policiers ont fait preuve de
sang-froid. Il y avait une volonté de certains groupes d'en découdre. Il y a eu
une utilisation des gaz lacrymogènes, c'est vrai mais elle était justifiée.
C'était difficile à gérer mais je crois qu'il n'y a pas eu de fautes des
policiers», vos propos sont proprement mensongers. Je me suis rendu
paisiblement à cette manifestation. Ne pouvant rejoindre l'Avenue de la Grande
Armée, je me suis vu contraint de rester Avenue Foch et me suis retrouvé une première
fois devant des barrières derrière lesquelles étaient disposés des gendarmes.
L'atmosphère était on ne peut plus bon enfant. A un moment donné, des policiers
et non les gendarmes (je sais très bien faire la différence, ayant quelques
connaissances du monde militaire), sont sortis et se sont mis à gazer des
familles avec enfants qui n'avaient aucunement forcé les barrières
. Où est le
«sang-froid des policiers» face à des familles et des enfants? En quoi des
enfants avaient-ils la volonté d'en découdre puisqu'en l'occurence ces
«certains groupes» dont vous parlez étaient absents? En quoi l'utilisation de
gaz lacrymogènes était-elle justifiée face à ces familles? Je me suis alors
avancé (recevant au passage quelques gaz) pour dire à l'un de vos policiers,
paisiblement mais fermement, que son attitude était lamentable et injustifiée.
Il m'a simplement répondu par un profond mépris
.

            Vous dites ensuite: «Les
organisateurs ont été débordés. Je ne leur ferai pas d'excuses car le
comportement des forces de l'ordre a été professionnel. Les organisateurs n'ont
pas pris la mesure». Comment pouvez-vous dire cela? Je vous ai dit il y a un
instant que je me trouvais Avenue Foch. A un moment donné, nous avons entendu
que l'on pouvait accéder à l'avenue de la Grande Armée. Je m'y suis rendu avec
un ami et me suis retrouvé juste à côté du podium. En continuant à marcher un
peu, je  suis arrivé près de l'Arc de
Triomphe, sans avoir rencontré un seul policier ou gendarme n'y avoir gravi
quelque barrière que ce soit, ce qui n'aurait pas été très facile avec l'habit
que je porte et n'ayant plus la souplesse de mes jeunes années!
Les gens
flânaient autour de l'Arc de Triomphe comme en balade un dimanche et en
continuant à marcher je suis arrivé à l'entrée de l'Avenue des Champs Elysées.
Je n'ai pas remarqué un instant que les organisateurs étaient débordés ni qu'il
y ait quelque obstacle ou interdit pour tourner autour de l'Arc de Triomphe et
entrer sur les premiers mètres de l'Avenue interdite
. Je me suis approché
jusqu'à l'immense barrière des gendarmes et ai salué ces derniers (qui
d'ailleurs ont répondu à mes salutations très gentiment, à la différence des
policiers, je tiens à le souligner) et je leur ai dit en souriant que j'avais
une messe à célébrer de l'autre côté avec le million de paroissiens derrière.
Les personnes autour de moi ont ri ainsi que les gendarmes et nous avons causé
ensemble. Où sont dans tout cela les dangereux extrémistes que vos services ont
vu? Nous étions parfaitement calmes. Quelques minutes plus tard, j'étais
devant, les mains dans les poches et un chapelet aux doigts, en train de prier
silencieusement et sans que personne autour de moi ne le sache, quand tout à
coup des policiers sont venus nous gazer copieusement sans aucune raison
valable.

            Monsieur le Ministre, est-ce cela le
comportement professionnel des forces de l'ordre? Est-ce être dangeureux
extrémiste de droite que d'être les mains dans les poches et de prier en
silence? Où avez-vous vu ces extrémistes? Est-ce un prêtre en train de prier secrètement
qui vous fait peur et risque d'ébranler la République? En fin de compte, je
crois que vous avez raison d'avoir peur, car Il y en a Un, le Christ, que vous
rejettez et qui a vaincu sur la Croix celui que vous vous servez: le démon.
Je
ne suis membre d'aucun parti, étant prêtre catholique, uni au Pape et à mon
Evêque, et recevant indifféremment toutes les personnes qui se présentent à
moi. Mais je puis vous assurer que je n'ai vu aucun de ces extrémistes que vos
services prétendent avoir vu, sauf à appeler extrémistes toutes ces familles
avec leurs enfants qui viennent simplement vous dire qu'ils ont mal pour leur
pays et son avenir. Alors oui, je comprends que vous trembliez de peur devant
ces enfants qui crient la vérité que vous et vos collègues derrière le
Président de la République refusez de reconnaître
.

            Monsieur le Ministre, je suis prêt à
vous redire tout cela les yeux dans les yeux et paisiblement. Je n'ai pas peur
de vous, non que je sois fort, mais ma force elle est ailleurs. Je sais que
vous n'avez pas peur de moi, et vous avez bien raison car je ne vaux rien. Mais
je crois que vous avez peur de la vérité
. Si je suis convoqué par vous, je
saurai vous dire qu'en tant que prêtre catholique, je rencontre beaucoup de
personnes, et notamment beaucoup de jeunes qui commencent à être à bout et qui
pourtant sont très loin d'être des extrémistes. Je m'efforce, car c'est mon
devoir, de les apaiser, mais je sens bien que cela ne va plus être possible
très longtemps.
Etant donné que vous êtes responsable de l'ordre intérieur du
pays, je tiens à vous le signaler, afin que vous ne puissiez dire que vous
n'étiez pas au courant.

            Monsieur le Ministre, c'est
volontairement que je ne m'abrite pas sous l'anonymat, car j'ai la conscience
tranquille et n'ai rien à me reprocher, si ce n'est d'être un pauvre homme
pécheur qui s'efforce bien difficilement de se convertir tous les jours. Vous
pourrez donc me convoquer quand bon vous semblera. Je suis citoyen français et
j'ai toujours servi et aimé mon pays. Mais je suis aussi prêtre catholique et
je sers Celui qui a dit: «Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui
est à Dieu». Et: «Il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes»
.

            Recevez, Monsieur le Ministre,
l'assurance de mon respect pour votre fonction et de mes prières pour votre
personne.

Abbé François-Marie Blaïn
du Poët+

 

24 réflexions au sujet de « Lettre ouverte d'un prêtre à Monsieur Manuel Valls, Ministre de l'Intérieur »

  1. De Baudan

    Merci monsieur l’abbé. Et oui, ils ont bien plus peur de la prière des catholiques. Il n’y a qu’à se rappeler la sortie des députes socialistes lors de la récitation du rosaire avec Civitas. La prière, les prêtres, les catholiques leur font peur. Étonnant pour des gens qui n’y croient pas et disent que Dieu n’existe pas.

  2. des minieres

    Merci monsieur l’abbé de votre courageux témoignage ! Nous étions a Paris avec enfants ( nombreux ! ) armés de sifflets et drapeaux …..pour informer le président de la république de notre mécontentement ! Nous sommes rentrés dans notre verte campagne avec la colère au ventre !!! Jusqu’à quand serons nous ignorés et méprisés de la sorte ? Soyez notre digne représentant auprès de notre ministre de l’intérieur…. Nous prions pour vous … ! Et que Dieu nous donne de rester sereins ..jusqu’à la prochaine fois !Chritus vincit

  3. juju

    Merci Monsieur l’Abbé, situation sur place bien décrite, très belle lettre ouverte, cela conforte et complète utilement les précédentes ( chacun son rôle ) prions et préparons nous à agir et manifester de nouveau.

  4. Xavier

    Avec une prévision d’affluence à deux francs et une fin de parcours en cul de sac, alors qu’il semble que le préfet de police aurait proposé une moitié de la place de l’Etoile – ce qui est l’expression du bon sens pour la gestion des flux (comparez entre la largeur et les voies de dégagement du Champ de Mars)- c’est bien Mr Valls qui est responsable des heurts avenue Foch. Là on était sûrs d’entrée de jeu que débarqueraient des casseurs et des séditieux…et pour cause tout était fait pour!
    Quand on entend ensuite ce même Mr Valls dire que le contrôle de la Manif pour Tous a échappée aux organisateurs… Encore “un mépris qui nous honore”.

  5. Xavier

    Il est certain que le délestage sur l’avenue Foch n’a pas été anticipé par les autorités…ni hélas par Frigide – victime du succès de la Manif pour Tous et qui je crois à péché par excès de prévenance et de civisme auprès des autorités. Ce n’est pas là des choses à lui reprocher.

  6. Benoît GUILBERT

    Aperçu de votre commentaire
    Des lettres comme celle de ce prêtre sont rares ; Justesse,vérité,transparence, en références à celui en qui nous croyons, le Christ. Mais dont nous oublions trop souvent les paroles comme : “Je serai avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde”.
    Nos dirigeants incroyants ont raison d’avoir peur. Et c’est cette peur qui les fait se précipiter pour faire passer leur loi inique et insidieuse.
    Venu de Montélimar en car,et arrivé tôt le matin,j’étais moi-même à 15H00 à 10 mètres du podium. Nous pouvions lire sur l’écran géant placé juste à côté, des appels plusieurs fois réécrits : “Restez calme…Restez en place… Ne répondez pas aux provocations… etc.”
    Ce calme, cette sérénité, cette bonne humeur, étaient bien là, sensible, palpable au milieu de la foule, tant en cette journée du 24 mars, qu’à celle du 13 janvier. Et tout cela reposait sur cet immence coussin de prières qui montaient de tous les lieux ou d’autres manifestaient à leur façon…en même temps,à travers toute la France. Une autre forme de “Force Tranquille” qu’aucun CRS ou policier ne peut arrêter…
    S’agissant de la polémique sur le nombre des manifestants, j’oubliais un dernier point. Qui est appelé le “père du mensonge” et avec qui collabore-t-il ? Avec les mêmes que ceux qui nous tendent des pièges et qui y tombent…
    Aussi, restons mobilisés, dans tous les sens du terme, confiants et en union, jusqu’à la prochaine manif. Nous pourrions bien y être 3 millions si chacun de ceux qui étaient à Paris le 24 mars, y invite un(e) ami(e) ! ?
    Rédigé par : Benoît GUILBERT |

  7. Frédéric

    Pression maximale sur le gouvernement tant qu’il n’a pas trouvé une porte de sortie (pour lui ou pour sa loi ?).
    Mais restons unis : pour réussir la phase de désobéissance civile, nous avons besoin des millions de compatriotes qui ne se sont pas encore déplacé.

  8. Catherine

    Merci mon père, il faudrait que votre lettre puisse aller entre les mains de tout le clergé français, beaucoup de nos prêtres ne nous sont d’aucun soutien par mollesse et indifférence, je pense, et à un moment où notre pays la France, fille aînée de l’église est en grand danger livrée aux mains de ses destructeurs….. Ils attendaient leur heure ….

  9. charlette

    souvenez vous de l’Algérie:CRS,Armée,Gendarmes,tiraient sur femmes et enfants sur ordre des politiques.et cela dans la plus grande indifférence…..Attendez vous au pire. Merci Monsieur l’Abbé pour votre lettre.

  10. Tilin

    Ce qui s’est passé dimanche à Paris me rappelle un souvenir celui de la fusillade de la rue d’Islie Alger sur des manifestants pacifiques…on en est pas loin pour ce qui s’est passé avec le gaz. Et nous entendrons ceci à répétition : la police enquête jusqu’à perdurer et passer dans l’oubli.Vous rêvez mesdames messieurs sur une démission de qui que ce soit de cette gauche au pouvoir maintenant. Vous semblez oublier les 93% de votant qui ont fait ROI F.Hollande.La gauche a des beaux jours devant elle.Qui dit quelque chose sur notre retraite maintenant grignoter, la CSG et RDS se montrent insuffisant personne, encore une fois ne trouve rien à dire circuler il n’y a rien à voir…la crise, elle a bon dos cette crise. La droite peut toujours espérer revenir au pouvoir avec cette immigrationniste de tous pays. Il faut venir un jour du marché du vendredi après midi au Val Fourré pour voir qui a fait élire le député socialiste maire de la ville de Rosny.J’en ai bien peur pour notre municipalité encore pour pas bien longtemps au prochaine élection, bientôt. On peut voir de grandes affiches collées de l’Algérie est en France en plein centre ville.

  11. NGUYEN

    Merci mon père de votre témoignage. J’ai une question à poser à tous mes frères : “Pourquoi le gouvernement ne veut absolument pas organiser un référendum sur la question si occupées par le peuple français ? Ce n’est pas la peine de dire que la loi est comme ci ou comme ça. A mon avis, simplement, laisser au peuple de décider lui-même. L’imposer une idéologie comme font les communistes n’attire sur soi-même le mépris et l’éloignement du peuple: ce comportement ne se trouve que chez les régimes totalitaires. Avec un référendum, les pour et les contre du mariage en question peuvent s’exprimer démocratiquement. Est-ce par peur de la vérité que le gouvernement veut imposer au peuple cette idéologie ? Quant à l’utilisement des gaz lacrymogènes contre les manifestants, je le trouve inacceptable.
    Pour quelle raison défend-t-on les français de marcher sur les endroits “non autorisés”. Ces places appartiennent uniquement au gouvernement ?

  12. Roy

    Merci mon Père,
    Vous osez la Vérité et nous encouragez à oser dans la douceur et la fermeté. Nous y étions et pouvons comme des centaines de milliers d’autres, témoigner que tout ce que vous dites est vrai parce vécu à tous les coins de rue ce dimanche 24 mars 2013 om l’Etat a perdu 1.100.000 personnes de vue. N’est-ce pas un sinistre présage que de savoir que l’Etat a perdu la vue ? Au moins si leur coeur était touché mais ils restent droits dans leurs bottes, tout infirmes qu’ils sont ! C’est d’une tristesse inimaginable mais gardons l’Espoir. Prions sans cesse la Vierge Marie qui a sauvé la France en 1947 et qui encore aujourd’hui veille sur elle et sur chacun d’entre nous. Et puis, la reconnaissance de la faute du ministre du Budget va-t-elle donner envie à d’autres de sortir de cet enfermement dans lequel ils se sont mis ? Ne perdons pas espoir, le Seigneur nous demande de croire même quand l’avenir nous parait obscure. La France vit aujourd’hui un chemin de croix et la résurection est proche. N’en doutons pas ! Encore merci du fond du coeur pour votre courage. Nous laïcs avons bien de la chance de vous avoir pour maîtres. Fraternellement, Chantal Roy

  13. Françoise D.

    Je partage la description des évènements de ce prêtre. J’ai vu à peu près la même chose. L’intérêt ici pour M.Valls est de lire le témoignage d’un prêtre..On les entend si peu..Oui pour la dénonciation de l’entreprise démoniaque de ce mariage inverse.

  14. carné

    Merci mon père pour votre lettre. Moi aussi je suis prête en Seine-et-Marne et j’ai vécu la même chose que vous. J’ai du mal à calmer les jeunes de ma paroisse et je crains le pire. Prions et restons unis. Bénissez-moi.
    Abbé Xavier Carné, lc

Laisser un commentaire