Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Lettre de Philippe Bouvard à François Hollande

Reçu par mail :

"Je ne suis pas un héritier.
Je n’ai jamais disposé d’un franc, puis d’un euro que je n’aie gagné à la salive de ma langue ou à l’encre de mon stylo.
Je profite d’une aisance qu’il ne m’est possible de sauvegarder qu’en continuant à travailler – à 82 ans – dix heures par jour et 365 jours par an.
J’ai élevé de mon mieux mes enfants. J’aide mes petits-enfants à poursuivre les études qui n’ont pas été à ma portée.
J’ai toujours payé mes impôts sans un seul jour de retard et sans un mot de remerciement.
J’ai financé des porte-avions que l’on ne m’a pas admis à visiter, des bâtiments officiels à l’inauguration desquels on a omis de me convier.
Et ne voilà-t-il pas qu’un énarque, entretenu depuis sa majorité par les contribuables voudrait me faire honte de ce que je gagne avant de me déposséder de ce qui a échappé à la triple érosion du fisc, de l’inflation et des emplettes inutiles !
Je suis un créateur et un mainteneur d’emplois.
Je fais vivre des proches dont certains m’accompagnent depuis plus de trente ans et que le candidat socialiste (puisque c’est de lui qu’il s’agit) projette implicitement de diriger vers les Assedic.
Or, en quoi ai-je démérité ? Ai-je volé quelque chose à quelqu’un ? N’ai-je pas donné au fur et à mesure que je recevais, persuadé que la dépense constituait le plus efficace acte social ?
J’ai perçu quelques heures supplémentaires, mais aucune subvention.
Je n’ai touché d’autre argent public que la maigre solde d’un sous-officier durant mes quinze mois de service militaire.
Je n’ai jamais bamboché aux frais d’une république qui examine à la loupe les additions de restaurants de ses dignitaires mais qui continue à les régler.
Je n’ai jamais fréquenté de paradis fiscaux. On chercherait en vain la plus petite niche chez moi depuis que j’ai cessé d’avoir des chiens !
Une seule fois, je me suis délocalisé dans le cadre de la loi Pons à la coûteuse faveur d’un investissement hôtelier dans les Dom-Tom qui m’a fait perdre 100% de ma mise.
A la distribution des bonus, des stocks options et des dividendes, j’ai toujours été oublié.
Mon casier judiciaire est vierge. Mon courage est intact. Je ne suis pas un damné de la terre.
Mais je ne suis pas non plus un profiteur ou un esclavagiste.
Je ne suis protégé de personne, sauf du public auquel je dois la longueur de mon parcours.
J’ai mes opinions mais je n’ai jamais adhéré qu’au parti des amoureux de la France.
J’ai versé à la collectivité davantage que je n’en ai reçu : pas un jour de chômage et une seule nuit d’hospitalisation en six décennies.
Je me situe sans honte mais sans fierté excessive dans cette classe moyenne qu’on souhaite faire disparaître en nivelant notre société par le bas.
Je refuse autant d’être culpabilisé par un politicien (qui voudrait que l’on prenne son inexpérience pour de la normalité) que la France accorde sa confiance à un homme que l’Europe prive de la sienne et qui, bien qu’ambitionnant de devenir le gardien de la constitution ne paraît pas s’être préoccupé de la constitutionnalité de ses propositions.
Quant à moi, j’aurais nourri mes enfants, bâti des maisons, planté des arbres.
Mission accomplie".

Philippe Bouvard

Partager cet article

18 commentaires

  1. BRAVISSIMO Philippe Bouvard!!!!

  2. Amusant.
    Mais prétendre appartenir à la classe moyenne quand on se prénomme Philippe Bouvard, il y a des limites.

  3. …nous sommes pourtant des centaines de milliers, probablement des millions de Philippe Bouvart, ceux qu’il faut tondre en priorité

  4. Toute cette gauche bien pensante du showbiz ont du voter pour Hollande, un milieu éliste de bobo, c’est le juste retour de bâton…

  5. Bravo Bouvard, même si cette lettre n’est pas un scoop puisqu’elle date du 24 mars 2012 : c’est le “bloc note”, tel quel, du chroniqueur publié dans le Figaro Magazine à cette date.

  6. un ourson dans la gauche caviar

  7. chapeau bas c’est excellent!

  8. Il faudrait expliquer à Mr Bouvard, que les classes moyennes ne possédent pas de Ferrari F40 et autres Rolls Royce comme lui.Il a bien gagné sa vie,bravo! mais qu’il arréte de jouer à monsieur toutlemnonde qu’il n’est pas…

  9. clair net précis
    que peut répondre le président ,rien il n’est pas de notre valeur

  10. Un grand bravo à cet homme exemplaire qui s’est toujours illustré à la défense de nos valeurs et de notre culture française. Qu’il en soit remercié de ce qu’il nous a dit. Il a un mérite et il faut le reconnaître, Philippe BOUVARD, ne ment pas mais dit une certaine vérité avec beaucoup d’humour et d’humeur. Je l’apprécie pour ses “grandes gueules” sur RTL.

  11. Il y a 20 ans on lui aurait donné la Legion d’Honneur, aujourd’hui on la reserve aux cuistres et aux voleurs.

  12. wahou!!! Magnifique!

  13. Ph Bouvard a bien plus d’esprit pour brocarder, à la tête de sa bande de vieux libidineux des Grosses Têtes, notre religion catholique, notre Pape et nos prêtres. Ce sans interruption et depuis bientôt 40 ans. Ce triste travail de destruction de tout ce qui était le “normal” de nos anciens lui a assuré certainement une fortune assez considérable.
    Que le fisc des démagos socialos lui en fasse perdre un peu plus qu’à ses malheureux auditeurs ne me chagrine pas.

  14. Euh, travailler 365j par an? Et les dimaches et les jours saints? Il faut faire shabbat, parfois!
    Sacré Coeur de Jésus, j’ai confiance en toi

  15. Bravo St Ethoscope!
    (de plus, votre pseudo est génial)

  16. bravo ! Enfin une voix en la défense des classes moyennes et moyennes supérieures, qui, vu l’état actuel des choses, ne le resteront point

  17. Que faut-t-il penser de l’honnêteté intellectuelle de ce monsieur qui se permet de dire, après une méchante blague :
    “Je ne peux pas être raciste, je suis juif”
    Je rejoins St Ethoscope quant à l’imposition de ce foutriquet

  18. Oui, carrément hypocrite, le Bouvard. J’aimerais qu’il prenne conscience qu’avoir bavé ignoblement, comme il l’a fait, sur tout ce qu’il y a de catholique pendant des années, a fortement contribué à la situation dont il se plaint aujourd’hui, et qu’il en fasse des excuses publiques. Ensuite on commencera à causer.
    St. Ethoscope, je suis largement d’accord avec vous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services