Lettre au Parisien en raison de sa désinformation

Lettre d'un manifestant au directeur de la rédaction du Parisien (Monsieur Thierry Borsa
25 avenue Michelet
93400 Saint-Ouen):

P"Dans ma très grande naïveté, j’ai toujours considéré la presse avec beaucoup de
respect et d’admiration : un rouage essentiel pour qu’une démocratie puisse
fonctionner dans une pays de la taille de la France. La presse informe le citoyen,
l’éclaire parfois. Elle voit où le simple citoyen ne peut ou ne sait voir.

J’habite en province dans un village de 2500 habitants du Maine-et-Loire, zone
sinistrée économiquement du saumurois. J’ai 40 ans, je suis chômeur, père de deux
enfants. Je suis “monté” sur Paris pour manifester contre les projets de loi sur le
mariage homo.
Depuis quelque mois, la France se mobilise : partout ont surgi autocollants, affiches,
banderoles (même dans des villages reculés du Saumurois). À Paris tout
particulièrement, l’ampleur n’a pu vous échapper : pas un lampadaire, pas 100 mètres
de périphérique, pas un pont de métro qui ne soit recouvert
.

Monsieur le directeur, en
conscience : avez-vous déjà connu des sujets sur lesquels une telle partie de la
population se mobilise et cela en dehors de tout cadre politique ou syndical préétabli ?

Avez-vous déjà vu foule d’anonymes et « d’inconnus des services de police » si
grande se lever spontanément pour dire non ?
Et dans vos colonnes ? Rien

Depuis la manifestation monstre du 13 janvier dernier, vous avez forcé mon
admiration : peu de mention de la manifestation du 24 mars, aucun compte-rendu ou
enquêtes comme vous savez si bien les faire
. Pas de témoignages : les sujets ne
manquaient pourtant pas sur cette génération JMJ qui rentre en politique, sur cette
France silencieuse et laborieuse que l’on pousse dans la rue par mépris.

J’ai toujours défendu Le Parisien comme un journal “objectif” : voyez comme j’étais
naïf. Croire à l’objectivité ! Mais votre journal daté du dimanche 24 mars m’a
définitivement dégrisé. En Une de votre journal figurait en titre (presque) principal un
reportage de 2 pages sur… les femens
. Tandis que la manifestation, dont nous savions
tous qu’elle serait une nouvelle fois un succès, n’avait le droit qu’à un entrefilet
« mobilisation des anti mariage gay » et une demi page en intérieur. 14 femmes
hystériques contre plusieurs millions de Français (comptez également ceux qui n’ont
pas pu “monter” à Paris).
Trois choses me scandalisent particulièrement :

  • la disproportion de traitement. Que représentent réellement ces furies ?
    14, 20 personnes ? Perdez-vous toute distance critique devant une paire de
    seins nus et des visages remplis de haine ?

  • la place accordée : une double page pour un sujet complètement anecdotique.
    Dans quel monde vivez-vous pour penser que les femens pourraient
    représenter une quelconque force politique ou sociétale autre que ce que les
    médias veulent bien en rabâcher ? Une paire de nichons fait vendre du papier,
    voilà surtout votre vérité ;

  • la provocation inouïe de sortir ce sujet le jour même du défilé, comme pour
    vous mettre au diapason du mépris du gouvernement pour nos revendications.
    Mais qui êtes-vous pour faire le choix de mépriser ouvertement ces millions
    de Français ? Qui êtes-vous donc Monsieur ?

Je suis abonné à la newsletter du Parisien depuis plusieurs années. Je découvre ce
matin que son titre concernant la manifestation de dimanche focalise sur les 98
interpellations. Je ne parle même pas des chiffres de la manifestation que vous
estimez à 300 000… Tout cela est risible. Ni plus, ni moins.
Ainsi, je suis effaré qu’à ce point vous puissiez cumuler la mauvaise foi, le mensonge
et la désinformation
. Je ne vous connais pas Monsieur. Je ne connais pas même votre
nom (sans faire l’effort de regarder sur Internet) : je vous juge sur acte. Ce que je
constate seulement, c’est votre triste idée de la démocratie. Vous salissez les notions
même de débat, de respect et de dialogue, sanas parler de votre beau métier de
journaliste. Ce que je sais, Monsieur le directeur, c’est que vous portez, la
responsabilité d’une séparation toujours croissante entre les élites et le peuple
.
Je vous plains, Monsieur, je vous plains.
De l’autre côté de la barricade, je vous salue."

30 réflexions au sujet de « Lettre au Parisien en raison de sa désinformation »

  1. G

    La presse est en crise. Elle ne survit que par les subventions publiques et les gros richards qui se sont achetés des titres qui furent prestigieux il y a bien longtemps.
    Bref ce sont des “coquilles vides”.
    N’achetez plus ces journaux.

  2. zan

    Cet après midi à l ‘ assemblée nationale, aveuglement total de Valls
    qui parle de mouvement d ‘ extrême droite ultra violents, de dégradations matérielles et de nombreux policiers blessés!!!!!!!!!
    Il a félicité vivement les forcces de l ‘ ordre qui ont admirablement fait leur travail!
    Il persiste dans le chiffre de 300 000 manifestants
    Je suis écoeurée!
    Pas un mot d ‘ excuse pas un mot pour les familles .

  3. sicutacies

    Ce monsieur a raison. Ecrivons nous aussi. Il faut les marquer à la culotte à chaque fois qu’ils mentent délibérément ou par ommission. Cela n’empêche pas qu’on s’abonne à Lectures françaises mais il ne faut plus se laisser baillonner, nous n’avons su que râler, nous avons laissé faire… J’écris maintenant.

  4. c

    Je confirme la même attitude de journaux locaux dans d’autre régions de France. Et comme par hasard maire, député et sénateur sont du parti de l’actuel gouvernement, alors que l’on sait pertinemment qu’il y avait de nombreuses personnes des villes et campagnes alentours montées sur Paris alors que le coût du déplacement en famille est loin d’être négligeable…sans parler de la fatigue et des risques…

  5. Hélie Brietat

    Arrêtons d’acheter ces canards truffés des truie-smes et mensonges du politiquement correct et lisons la presse libre, l’Homme Nouveau ou d’autres tout aussi respectables. Bravo pour ce courrier !

  6. G

    Quand les journaleux s’entendent pour se taire sur certains sujets…
    Dire que l’on abat des arbres pour les transformer en papier afin que des pisse-copies, écrivains sans talent doublés d’une fort grande malhonnêteté, puissent y déverser leurs infamies.

  7. Lucie

    Oui, bonne idée, Monsieur. Ecrivons, nous aussi à ces désinformateurs. Et cessons de lire leurs journaux ou de regarder la télé. Nous avons tout sur le Salon beige. Les désinformateurs aux ordres du chef de la milice socialiste, Valls, sont en agonie. Que ceux qui ne s’y sont pas encore mis fassent une grève des médias hollandiens (qui comprennent le Figaro, sur lequel beaucoup de Français sont encore dupes en le pensant à droite).

  8. Laurent

    On ne peut guérir d’un mal tant qu’on n’en comprend pas les causes.
    Nous aurons beau nous débattre, toutes nos prétendues rébellions ont été anticipées, voulues et se retourneront contre nous.
    Connaissez votre ennemi si vous voulez n’avoir ne serait-ce qu’une chance de le vaincre un jour.
    Mais tout cela demande beaucoup de courage… intellectuel et physique.

  9. MIFRA

    Je le disais dns un autre de vos articles . Il faut décorer la police pour “sa bravitude”
    98 interpellations avez-vous dit ? Ai-je bien lu ?
    Lorsque les casseurs s’attaquent à tout ce qui bouge ,brisent les vitrines , mettent le feu aux voitures etc… ACUNE INTERPELLATION . On précise même ” PAS D’INCIDENTS NOTABLES”
    On attaque un RER : AUCUNE INTERPELLATION non plus …….
    La police apeurée recule .

  10. Michel

    @beauchene : Vous ne pensez quand-même pas que le Figaro est toujurs un journal de droite ??
    Ses journalistes sont faits au même moule que les autres (ou presque tous les autres)…
    Valeurs Actuelles n’est malheureusement que hebdomadaire.

  11. Yves G

    hors sujet, mais montre bien l’offensive généralisée…
    http://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2013/03/belgique-suppression-des-conges-de-la.html
    Belgique — Suppression des congés de la Toussaint, de Pâques et de Noël… Enfin les noms.
    Un nouveau décret édicte une règle pour fixer les congés scolaires et le nom de ceux-ci dans les écoles francophones de Belgique. Les nouveaux noms évacuent toute connotation religieuse.

    Françoise Bertieaux poursuit : « Si la Ministre cdH [“humaniste”, ancien parti social-chrétien !] de l’Éducation, Marie-Dominique Simonet, semble ainsi vouloir faire sortir le religieux par la porte, elle laisse en réalité la possibilité de le réintroduire par la fenêtre. Car, sous couvert de se détacher de la religion et des traditions, ce texte ouvre la voie à de nouveaux jours de congés liés à d’autres religions. Et cette formule, le MR la regrette fermement. »

  12. Petit

    Merci, monsieur pour votre lettre au parisien
    A noter le blog de Yvan Rioufol, journaliste au Figaro. Il est avec “nous”.
    A noter aussi un journaliste qui a écrit un édito à la voix du nord disant son indignation et décrivant les actes des forces de police. Son texte n’est pas paru.

  13. Claribelle

    Jolie lettre.
    Et si tous ceux qui sont encore abonnés à une version papier se désabonnaient, avec lettre explicative à l’appui, de tous ces journaux qui oublient leur objectivité et démontrent leur soumission à la gauche sectaire: fuite d’abonnés et manque à gagner pourraient les faire réfléchir.

  14. BRODU

    Votre lettre est magnifique! J’ai exprimé le même dégoût à France info(dont le nom évoque plus d’objectivité!) en 20 lignes par mail, car leur partialité m’a choqué !!
    Je vous rejoins en tous points ! triste presse !

Laisser un commentaire