Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Chine

L’étau du communisme chinois s’est refermé sur Hong Kong

L’étau du communisme chinois s’est refermé sur Hong Kong

De Bernard Antony :

Avec les mesures du totalitarisme politico-sanitaire, l’étau du communisme chinois s’est inexorablement refermé sur Hong Kong. Il fallait être niais pour croire que serait durable l’accord de 1997 sur la rétrocession à la Chine du petit territoire sous mandat britannique.

« Un pays, deux systèmes » en était le principe. Avec son regard de calme alligator surveillant pour l‘engloutir une proie sans défense, le président Xi Jinping n’attendait pour cela que le meilleur moment.

Ce moment est venu avec l’épidémie du corona.

Les mêmes caméras, les mêmes contrôles, les mêmes mesures drastiques de confinement permettent de surveiller aussi bien les virus de la liberté que ceux du corona. De plus, aucune réaction internationale majeure n’était à craindre.

Trump n’est guère aujourd’hui en mesure de la susciter.

Les gouvernements des pays adhérents de l’Union Européenne se fichent totalement du sort des hongkongais.

Pour ce qui est de l’ancienne puissance tutélaire, Boris Johnson ne pouvait faire moins que de promettre l’accueil de ceux qui pourraient partir.

Les Australiens ont fait de même, qui ne verraient pas d’un mauvais œil une immigration de chinois de culture britannique plutôt que celle des musulmans indonésiens.

Mais, sans attendre, le gouvernement de Xi Jinping a fait savoir qu’il pouvait s’opposer à ces départs. Et ce n’est évidemment pas de la bouche du pape François que viendra la moindre condamnation de la politique de la Chine communiste.

Ce dernier, on le sait, a toutes les complaisances pour le régime de Xi Jinping. N’a-t-il pas tragiquement ordonné aux catholiques fidèles à Rome d’intégrer l’Église nationale totalement soumise au parti communiste ?

En retour, le pouvoir n’a fait qu’augmenter la persécution, procédant encore à des fermetures d’églises.

Mais, comme les dictatures conquérantes ne savent jamais s’arrêter – on l’a vu avec Hitler et Staline – Xi Jinping ne pourra pas s’empêcher d’accrocher à ses lauriers la conquête de ce qui reste de la Chine libre : Taïwan.

Ce sera là un morceau à avaler beaucoup plus gros que Hong Kong. La résistance militaire en sera forte.

Et c’est là que se jouera définitivement la réduction ou non des États-Unis, leur allié, au rang de puissance de second ordre.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services