Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

L’Etat profond n’a pas réussi à convaincre les électeurs

L’Etat profond n’a pas réussi à convaincre les électeurs

Malgré ses énormes moyens, comme l’écrit Ivan Rioufol :

La “vague” anti-Trump a fait flop, en dépit de la mobilisation générale des médias, du show-biz, des intellectuels, des universités, mais aussi des faiseurs de scandales, des fouilleurs de poubelles, des dénonciateurs anonymes et de tous les habituels prêcheurs du camp du Bien. Le président des Etats-Unis trébuche à la chambre basse, dans un scénario devenu coutumier pour des Midterms. Mais il n’a rien perdu de sa dynamique, qui lui ouvre un possible nouveau mandat pour 2020. Ce matin, Donald Trump a salué “un immense succès” pour son camp : c’est malgré tout beaucoup dire, puisqu’il devra subir une cohabitation avec une gauche hystérisée, qui ne lui fera aucun cadeau. Reste que ce résultat démontre à ceux qui en doutaient encore que l’Amérique silencieuse demeure une réalité politique importante. Elle n’a rien de commun avec l’Amérique bavarde et donneuse de leçons. Il est aisé de faire le parallèle avec ce que connait la France. Les Oubliés de chez nous ressemblent aux Forgotten men de là-bas. Ce même électorat, qualifié de populiste par les élites, est en train de s’imposer comme le nouvel acteur incontournable.

N’en déplaise à la pensée commune : Trump n’est pas l’abruti ni le vendu qui ressort des caricatures de ses adversaires. Le procureur Robert Mueller, qui traque le président, n’a jusqu’à présent rien prouvé de ses multiples soupçons. Les électeurs, eux, ont pu juger Trump sur ses résultats économiques : une croissance en hausse, un chômage en baisse, un pouvoir d’achat en progression. Les blues collars, les ouvriers, savent ce qu’ils doivent à la révolution trumpienne en cours. Ce sont ces classes moyennes qui ont délaissé la gauche pour rejoindre les républicains. Les démocrates ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent. Comme le remarque Guy Millière, bon observateur de la politique américaine : “Le parti démocrate, de fait, n’est plus de parti de John Kennedy. Il n’est plus le parti de Bill Clinton (…). Il est le parti de Barack Obama et de Bernie Sanders, d’Elizabeth Warren et Kamala Harris, de Keith Ellison et de Tom Perez (…) Il est un parti extrémiste”. Les élections de mi-mandat confirment la nouvelle sociologie démocrate, qui attire les minorités ethniques et sexuelles, les femmes célibataires, les étudiants, les diplômés de l’internet, etc. Le parti démocrate s’enlise dans le gauchisme et ses utopies. Pour sa part, le parti républicain se convertit à la pensée positive et au réalisme patriotique de Trump : une stratégie apparemment gagnante.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

1 commentaire

  1. Il y a 2 ans, au matin des élections, 95% des médias américains donnaient Hillary Clinton gagnante. Aujourd’hui, on nous annonçait une vague bleue sur le Congrès. Résultat : à peine une vaguelette pour une courte majorité démocrate chez les Représentants et des sièges Républicains gagnés au Sénat. Et tout ça en dépit d’une campagne hystérique contre M. Trump. Quand on regarde les résultats des élections de mi-mandat des 100 dernières années, rares ont été celles où le Président, élu 2 ans plus tôt, gagne la majorité au Congrès. Le bilan de cette année est positif pour M. Trump : il perd de peu la majorité chez les Représentants et accroît sa majorité au Sénat.
    En dépit des commentaires de nos journalistes bien pensants, donc anti-Trump, le bilan est largement favorable à celui qui sera triomphalement réélu en 2020.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services