Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’Etat au capital de Peugeot ? Quelle drôle d’idée

Lu dans le Minute du 1er août :

"La popularité de Marine Le Pen n’est cependant pas exempte d’ambiguïté. Qui, parmi ceux qui la plébiscitent à droite, connaît vraiment son programme économique ? Combien, au sein des 48 % de sympathisants UMP qui la jugent positivement, savent que, si elle était au pouvoir, elle procéderait… à la nationalisation de Peugeot ? Dans un communiqué du 25 juillet relatif au plan automobile présenté par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, Marine Le Pen dénonce à juste titre, dans ce plan « inconsistant », une série de « mesurettes et [de] taxes déjà testées cent fois, qui n’apportent aucune réponse solide sur la durée ». Elle réclame la mise en oeuvre d’un « plan efficace de réindustrialisation » en trois points. Parmi ceux-ci, « l’entrée provisoire de l’Etat au capital de PSA pour contrôler les décisions et impulser une dynamique positive ». « Quand la situation sera rétablie, ajoute-t-elle, l’Etat pourra revendre avec profits ses participations. » Jean-Pierre Chevènement n’aurait pas dit autre chose… Outre que cette manoeuvre industrielle ne serait possible qu’en sortant de l’Union européenne – qui interdit cette pratique – et qu’on ne sait pas où l’Etat trouverait l’argent pour « entrer au capital » de PSA, la solution avancée par Marine Le Pen part d’un principe qui reste à démontrer, à savoir que l’Etat serait meilleur gestionnaire et meilleur stratège industriel que le secteur privé. Faire redresser PSA Peugeot- Citroën par l’Etat, c’est en confier la direction à qui ? Un énarque ? Et au nom de quoi déposséder la famille Peugeot, qui possède 25 % du capital et 40 % des droits de vote, d’une entreprise qu’elle a fondée au XIXe siècle ? Parce qu’elle licencie ? Pendant que tout le monde était focalisé sur le plan de suppression de 8 000 postes annoncé par l’entreprise – non pas dans une logique de rentabilité financière, mais tout simplement pour redresser l’entreprise –, le mois de juin a été marqué par l’inscription à Pôle Emploi de 23 700 nouveaux chômeurs. Tant qu’à pousser la logique de Marine Le Pen jusqu’au bout, on nationalise aussi les sociétés qui les ont licenciés ?"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]