Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

“L’esprit du 11 janvier”, feu de paille à géométrie variable, est mort à Garissa

GarA lire dans le Nouvel Obs (photo : première liste des victimes) : 

"C’est un mot d’ordre comme il en naît chaque jour des milliers sur les réseaux sociaux : #147notjustanumber. Dix-huit caractères en forme de bilan pour dénoncer la barbarie qui vient de frapper le Kenya. Dix-huit caractères pour rappeler que, au-delà du nombre, il y avait des vies, celles de jeunes hommes et de jeunes femmes. Dix-huit caractères, enfin, pour s’étonner de la faible mobilisation, pour ne pas dire la relative indifférence, avec laquelle cette tragédie a été commentée dans les chancelleries comme dans les médias.

Lancé au lendemain du massacre qui a frappé les étudiants de l’université de Garissa la semaine dernière, ce mot d’ordre nous interpelle autant qu’il nous ébranle. Le monde aurait-il à ce point manqué de compassion et de solidarité ? Serions-nous coupables d’indignation sélective ? D’une émotion à géométrie variable en fonction des kilomètres qui nous séparent du massacre ou, pire, de la nationalité des victimes ?

Ce jour-là, sur le campus de l’université de Garissa, les terroristes sont arrivés à l’aube. Ils ont encerclé les dortoirs, réveillé les étudiants à coups de crosses et de cris, avant de procéder à un tri aussi méthodique que macabre. D’un côté les musulmans, de l’autre les chrétiens. Aux premiers la vie sauve, aux seconds une balle. Et pour toute une population, le choc et l’effroi (…)

Les valeurs que ces terroristes ont prises pour cible sont universelles. Au-delà des considérations géopolitiques locales, c’est donc un avertissement à la planète tout entière qu’ont voulu lancer les shebabs sur le campus de Garissa. Et pourtant. Il n’y a pas eu de marche ni de veillée spectaculaires pour célébrer la mémoire des victimes. Les télévisions et les sites d’information, toujours prompts à lancer des éditions spéciales, ont tardé à réagir, c’est vrai. Quant aux réactions officielles, elles ont été aussi formelles que lapidaires. Qu’il paraît loin, l’incroyable sursaut des opinions occidentales qui avait suivi les attentats de "Charlie Hebdo". On savait l’esprit du 11 janvier fragile. Il s’est évanoui en deux mois. Oubliant derrière le nombre, les ombres de Garissa".

Partager cet article

6 commentaires

  1. La gauche ne pouvait pas le récupérer. Et les évêques de France sont restés immobiles, comme d’habitude.

  2. Après l’attaque terroriste de Tunis, les Tunisiens ont défilé avec le drapeau national à la main. En France, les manifestants étaient Charlie…

  3. Le prétendu esprit du 11 janvier n’a jamais existé.
    Les manifestations de ce jour-là ne furent qu’un mouvement épidermique ayant duré le temps d’un feu de paille.
    Elles assurent cependant au pouvoir une survie en faisant croire qu’il a encore de l’autorité.

  4. quand les morts d’hier et d’aujourd’hui sont des chrétiens l’umps s’en torche…
    Depuis le temps qu’on nous le rabache il n’y a que les morts nimuzzs/nichrétiens qui sont plus importants que le monde entier des morts ou des vivants !

  5. “D’un côté les musulmans, de l’autre les chrétiens. Aux premiers la vie sauve, aux seconds une balle.”
    Dans l’Obs.
    Décidément, le vent tourne…

  6. Je trouve que l’article-tribune du Nouvel Obs est à lire absolument. Il est à mettre au crédit de cet hebdo que j’ai si souvent mis au pilori pour que je me montre loyal ici.
    Il faudrait aussi l’envoyer à François Hollande, qui a encore commis un communiqué niant la spécificité du crime en haine du christianisme ou par bêtise… François Hollande, cet incapable qui se cramponne à son poste de pilotage droit vers la montagne, suicidaire, ivre de cynisme, de lâcheté, de veulerie.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services