Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Les 20 ans de SOS Tout-petits : prières contre blasphèmes

Les prières publiques qui se sont déroulées hier à Paris et en province ont, encore une fois, été perturbées par des extrémistes de gauche.

Sur le Forum catholique, on peut lire un compte-rendu du Rosaire récité à Lyon, qui a rassemblé environ 150 personnes.

Sur le site d’extrême-gauche Indymedia (qui incite à l’occasion à l’émeute violente), un militant pro-mort se vante d’avoir répondu aux prières de pro-vie grenoblois par des obscénités et des blasphèmes (ici; attention… obscénités et blasphèmes).

Henri Védas

Partager cet article

10 commentaires

  1. Ce que ces militants n’ont même pas compris, c’est que ces prières s’élevaient également pour leur salut.

  2. Si vous cherchez un signe en voilà un : celui de la vague déferlante en faveur du respect de la Vie, celle de la victoire planétaire se dessine . Les évêques du Nicaragua, du Pérou, du Portugal, de Monaco se prononcent fermement derrière le Vatican . C’est l’écho clair du discours de Ratisbonne qui retentit : revenons à la raison…et prouvons notre bonne foi et notre bonne volonté . Merci très Saint Père, nous vous soutenons et nous vous sommes infiniment reconnaissants . Reste en France à tenir dans l’Espérance et à demander aux évêques de sortir du bois et de se prononcer courageusement un par un ou à travers la CEF… nous nous enfonçons dans l’Espérance

  3. Ils ne savent pas ce que c’est, le salut.

  4. 500 personnes à nantes pour Sos Tout-Petits

  5. Merci au Salon Beige pour nous avoi cité, ayant été face à face à toutes les pires insanités je peux vous assurer que nous avons tous besoin de prières pour oublier et sublimer toutes ces choses immondes que nous avons du supporter pour les offrir au Bon Dieu et apaisez sa colère .
    Pour la plus grande Gloire de Dieu .

  6. J’ai vu les images à la télé, quel contraste entre la dignité et les bassesses.
    En extrapolant, on pourrait dire entre la civilisation et la barbarie (comme chaque fois que l’homme a voulu chassé Dieu de la société:terreur révolutionnaire française, nazisme, communisme).
    J’ose espérer que cette scène symbolique ne sera pas le prélude à ce que sera notre siècle débutant…

  7. c’est en effet affligeant de bêtise, d’intolérance (les commentaires sur ce site indymedia sont “modérés”, chapeau pour des anars…) et de forfanterie de jeunes ignorants.
    Enfin, franchement, il n’y a vraiment pas lieu de leur faire de la pub. Il faut prier pour eux, bien sûr, mais aussi, sans doute, secouer leur petit moignon cervical malade…

  8. je ne voudrais pas être à la place de ce militant pro-mort qui devra répondre de ses blasphèmes devant Dieu !

  9. Ces militants pro mort sont plus respectables dans leur militantisme que les catholiques qui pratiquent et se moquent éperdument du combat pro vie, et encore plus que les membres du clergé qui ne veulent surtout pas aborder ce sujet, et n’en parlent jamais, dans aucun de leurs sermons. Car l’extrêmiste de gauche qui cherche une vérité dans l’erreur peut comprendre son erreur et se convertir à la vérité : le catholique qui ne cherche rien, si ce n’est une assurance individuelle confortable sur son salut, en faisant de la foi un moralisme social, ne risque pas de convertir quiconque.

  10. Merci Pascal de ces remarques extrêmement intéressantes . Permettez moi d’ajouter :
    Le pire pour les catholiques, est de s’insurger contre ceux qui travaillent à relayer le message de l’Eglise (c’est le pire cas : celui des loups qu’on a fait entrer dans la bergerie, ils ont le micros, les places, les honneurs, la reconnaissance, souvent un salaire ???…In fine, cette attitude engendre une impossibilité de s’exprimer quand on se croit entre catholiques aux sorties de messe, dans les réunions paroissales, au sein même des diocèse …
    Mais nous, laïcs, nous avons une responsabilité éminente à l’égard du clergé
    qui pris l’habitude désastreuse d’éviter soigneusement les sujets qui fâchent . Les conséquences ne sont pas à démontrer : force est de constater les malheurs engendrés par le doute et l’adhésion à des fausses vérités qui baignent dans un sentimentalisme trompeur . Quand c’est le cas, prêtres et évêques passent à côté de leur mission et c’est un drame dont la prise de conscience affleure aujourd’hui.
    Si nous abandonnons nos prêtres et nos évêques à leur mutisme instituionnel, nous renonçons en pendant à notre mission . il nous faut donc inventer les moyens de sortir de l’impasse infernale, ils sont multiples .
    La solution d’actualité : on l’a à la portée de la main, le vrai dialogue, en écrivant en téléphonant: c’est aussi par exemple faire grossir le vent d’espérance qui se lève en nous tournant vers nos pasteurs, pour qu’ils ressentent l’immense attente centrée sur eux afin qu’on entende leur voix …

Publier une réponse